Le Venezuela

Ils ont déclaré tamunangue et sones de negros comme patrimoine Iribarrense

Les députés du Conseil législatif de l’état de Lara (Clel), se sont réunis avec les législateurs d’Iribar, dans le cadre de l’agenda national Route du Bicentenaire, à l’occasion des 200 ans de la bataille de Carabobo

La session spéciale entre les législateurs de l’État et les conseillers de la municipalité d’Iribarren a réuni le gouverneur Adolfo Pereira et le maire Luis Jonás Reyes ainsi que des membres des secteurs militaire, policier et communautaire.

L’acte parlementaire a eu lieu sur la Plaza Lara, située dans le centre historique de Barquisimeto, d’où « les événements de l’arrivée dans cette ville du général Rafael Urdaneta, dont les troupes, dirigées par le colonel José Antonio Rangel, ont rencontré les patriotes du colonel José de La Cruz Carrillo », a commenté le président de Clel, député, Ramón Suárez.

Parmi les aspects à souligner, de la session historique, qui s’est tenue ce dimanche 13 juin, a parlé le conseiller municipal Francisco Carmona, président de la Commission permanente de la culture, qui a rendu compte de la déclaration du tamunangue et des sones noirs, en tant que patrimoine immatériel de la municipalité iribarrense.

De même, il a souligné que ce 13 juin a été institué comme Journée du patrimoine culturel et expression des sons des noirs dans la ville.

Pendant ce temps, Katy Yánez, directrice de l’Institut municipal de culture et d’art (Imca), a souligné la reconnaissance en tant que patrimoine immatériel, l’héritage d’Ángel Pérez « El Catire » et d’intérêt culturel pour la juridiction, la création record de Pérez dédiée au tamunangue, sones de negros, interprété par l’ensemble typique de l’état de Lara.

Yánez a précisé que Pérez était un capitaine exceptionnel de cette expression culturelle et a enregistré le premier album, en 1978, des sones del tamunangue, réussissant à massifier et à projeter les sones, au niveau national et international.

Vous pourriez également aimer...