L’« impasse stratégique » entre les États-Unis et la Chine

Après la visite de Nancy Pelosi à Taïwan, de nombreuses opinions ont été exprimées sur ce que la Chine pourrait et devrait faire en réponse. La semaine dernière, nous avons passé en revue certaines actions que des lecteurs m’ont envoyées en guise de conclusion à leurs propres réflexions. Beaucoup d’entre eux étaient de nature conflictuelle et catastrophique, supposant la nécessité d’une réponse de la Chine qui aurait conduit à une guerre, même de nature nucléaire. De telles opinions ne semblaient pas tenir compte de l’impact qu’un événement de ces caractéristiques aurait sur la planète entière. Certains raisonnements, imprudents -de mon point de vue- ont assuré que s’il n’y avait pas de réponse dure (comprise comme de nature guerrière), cela montrerait une faiblesse de la part de la Chine.

Essayant d’anticiper ce point de vue probable, j’ai écrit : « Cependant, pour ceux qui supposaient que la réponse chinoise allait être l’abattage de l’avion de Pelosi, l’invasion avec une force navale du territoire de Taiwan, ou la dévastation du île sous une pluie de missiles hypersoniques, il faut dire qu’ils ne savent rien de la Chine, de sa philosophie, de son histoire, ni de sa pratique politique et diplomatique ».

Cependant, une telle inquiétude a motivé la mienne, alors j’ai entrepris d’enquêter afin de révéler ce que les Chinois eux-mêmes pensent en termes structurels de leur confrontation stratégique avec les États-Unis. Pour cette raison, je présenterai les aspects les plus importants d’un long article récemment rédigé par le Dr Huang Renwei Vice-président de l’Institut des relations internationales de l’Académie des sciences sociales de Shanghai intitulé « Pourquoi le conflit de la Chine contre la puissance hégémonique est entré dans une phase de stagnation stratégique ?

De manière générale, le texte définit que cette phase d’impasse stratégique entre la Chine et les Etats-Unis est un intermédiaire entre les phases « d’intensification et d’amortissement de la bataille ». Selon l’auteur, cette étape durera environ 30 ans en fonction des conditions que la Chine est capable de créer pour atteindre son objectif de devenir une puissance moderne, de l’évolution des rapports de force entre les États-Unis et la Chine, et de leur influence sur le les changements de gouvernement aux États-Unis et les ajustements qu’ils pourraient apporter à leur politique vis-à-vis de la Chine.

Dans un effort pour expliquer cette idée intéressante qui pointe vers la nature stratégique de l’affrontement entre les deux puissances, le Dr Huang explique que le concept de « phase de confinement stratégique » a été forgé par Mao Zedong dans son ouvrage « On Prolonged War », publié au Japon pendant la Guerre de Résistance. A cette époque, Mao a défini trois étapes pour ladite guerre : l’offensive stratégique du Japon, la confrontation stratégique (ou impasse stratégique) de la Chine avec le Japon et la contre-offensive stratégique de la Chine.

Partant de cette conception, l’auteur développe son hypothèse, mais note que par rapport à ce conflit, il y a trois différences principales avec la rivalité stratégique entre la Chine et les États-Unis aujourd’hui : la première est que cette nouvelle concurrence ne s’inscrit pas dans un cadre de un conflit armé. Deuxièmement, il établit que la troisième étape ne sera pas marquée par une contre-offensive stratégique, car la Chine n’a pas pour objectif de vaincre complètement les États-Unis. La troisième différence est qu’après une longue période d’impasse stratégique, les relations sino-américaines « entreront dans un état de coexistence et de co-gouvernance ».

Le chercheur chinois estime que l’étape de « l’impasse stratégique » a trois caractéristiques : le rapport de force relatif entre les deux camps, la difficulté de chaque camp à vaincre l’autre, et l’absence de définition entre ce que pourraient signifier la victoire et la défaite. Tout cela basé sur le fait que les deux parties ont une forte confiance dans leur capacité à résister et à maintenir l’impasse stratégique : « Les États-Unis sont convaincus qu’ils maintiendront l’hégémonie mondiale pendant plus de 50 ans, et la Chine est convaincue qu’elle atteindra le grand rajeunissement de la nation d’ici 2050… »

Cette phase de stagnation stratégique que traverse se caractérise par la dualité des structures de pouvoir chinoises et américaines. Cela s’explique par le fait que les États-Unis sont restés relativement forts pendant leur long déclin, tandis que la Chine est restée faible pendant sa montée, qui est en train de changer. Cette caractéristique a fait que le fondement principal qui est vécu est celui d’une étape de changements sans précédent qui se transformera au fil du temps.

Pour les États-Unis, la dualité signifie un écart croissant entre sa puissance hégémonique et ses objectifs, car lorsque les États-Unis et l’Union soviétique étaient des superpuissances dans le monde bipolaire, leur hégémonie mondiale était incomplète. Après la fin de la guerre froide et la disparition de l’URSS, les États-Unis sont devenus la seule superpuissance au monde, établissant une hégémonie unipolaire qu’ils n’ont pas pu soutenir, comme en témoignent le retrait des troupes d’Afghanistan et la crise en Ukraine.

Néanmoins, en cette période de long déclin américain, Washington reste le pays le plus puissant du monde en raison de son contrôle financier considérable, de sa plus grande innovation scientifique et technologique, de sa puissance de frappe militaire supérieure et de sa capacité à influencer l’opinion publique mondiale. En ce sens, il faut considérer que le « déclin de l’hégémonie » n’est pas la même chose que « l’affaiblissement de la puissance nationale globale » des États-Unis. En outre, le système international actuel hérité de la Seconde Guerre mondiale continue d’être influencé de manière décisive par les États-Unis, même s’ils tentent désormais de modifier cette situation, en établissant ce qu’ils appellent « l’ordre international fondé sur des règles » qui est rien de plus qu’une nouvelle taxe américaine.

À ce stade, l’également directeur de l’Institut Pudong pour l’économie des États-Unis déclare que d’autres variables doivent être prises en compte, si la confrontation entre les puissances émergentes et les puissances en défense est inévitable dans le processus de transfert du pouvoir aux grandes puissances. De même, si la réduction de l’écart de pouvoir entre les puissances montantes et les puissances défendantes créera des limites et conduira à une confrontation stratégique. Autrement dit, il faut garder à l’esprit qu’en 2001, l’économie chinoise représentait 10 % de celle des États-Unis, alors que cette année elle sera de 77 %. Ce chiffre continuera d’augmenter sans que les États-Unis puissent empêcher la Chine de le rattraper et de le dépasser.

Une autre variable qui mérite réflexion est de savoir si les contradictions structurelles entre la Chine et les États-Unis peuvent se transformer en relations conflictuelles dans certaines conditions, ou en relations de coopération dans d’autres. La Chine et les États-Unis ont un degré élevé d’interdépendance et de coïncidence d’intérêts, et aucun des deux ne peut complètement abandonner la relation complémentaire avec l’autre et mettre en œuvre le soi-disant « découplage ».

De mon point de vue, cette dernière affirmation incarne une contradiction dialectique, puisqu’il ne semble pas possible qu’il y ait à l’avenir des « relations de coopération » entre les États-Unis et la Chine car cela implique une confrontation antagoniste entre le socialisme et le capitalisme, s’il Il est vrai que Comme cela a été dit mille fois et sera réitéré lors du prochain 20e Congrès du Parti communiste chinois, le pays avance vers le socialisme. Cette question est négligée dans l’analyse du Dr Huang.

Dans un nouvel aspect de la question, la durée de cette phase de stagnation stratégique est également analysée. L’universitaire chinois estime que cela dépendra de la rapidité de l’évolution du rapport de force entre les deux parties. Cette puissance fait référence à une compétitivité mondiale qui englobe tous les facteurs, y compris l’opinion économique, militaire, diplomatique, politique et publique dans laquelle la compétitivité scientifique et technologique devient un élément décisif pour s’imposer comme une puissance nationale mondiale contemporaine. le développement technologique déterminera la durée de cette phase. Dans quatre domaines : science et technologie, militaire, finance et soft power, les États-Unis continuent d’être dominants et bien que l’écart avec la Chine se rétrécisse, il reste important malgré le fait qu’il est prévu que d’ici 2035, la Chine se rapproche du niveau des États-Unis dans les domaines technologiques de base en voie d’atteindre les objectifs stratégiques fixés pour le centenaire de sa fondation en 2049.

C’est le cadre qui permet de comprendre la tendance générale des relations entre les États-Unis et la Chine afin de maintenir la stabilité stratégique, considérant – comme cela a été dit précédemment – que chaque changement de président aux États-Unis signifiera des oscillations dans la politique entre les deux puissances…

Ce contexte devrait conduire la Chine à exploiter le succès de ces changements cycliques pour prendre l’initiative stratégique et profiter de cette période tampon, en évitant une confrontation à grande échelle avec les États-Unis. Le Dr Huang conclut en déclarant que : « … si nous voulons éviter une confrontation stratégique entre les États-Unis et la Chine dans une période de 20 à 30 ans, nous devons profiter de […] pour digérer les séquelles laissées par la période d’intensification précédente et se préparer à la crise qui pourrait survenir dans la période suivante… ».

Comme on le voit, la question est bien plus complexe que les répercussions que pourrait engendrer le voyage de Mme Pelosi à Taïwan, la tirade quant à savoir si son avion aurait dû être abattu et même la possibilité d’occuper Taïwan par la force, une opération qui, en termes militaires, termes cela ne devrait pas être un inconvénient majeur pour la Chine, mais qu’il conduirait à un embrasement que Pékin veut éviter à tout prix, car le succès de sa pensée et de sa philosophie repose sur la victoire par la supériorité de son soft power, comme elle est tiré des enseignements de Confucius.

Gazouillement :@sergioro0701

★★★★★