La Colombie

La défaite du showman

06 novembre 2020-11: 40 p. m.
Pour:

Muni Jensen

Il y a exactement quatre ans, le grand Manuel Erice (RIP), m'a invité à collaborer à l'écriture et à la publication du livre «  The showman's triumph '', récit de la campagne électorale inhabituelle aux États-Unis entre Donald Trump, un «  outsider 'qui a résisté à l'establishment et à la candidate démocrate impopulaire et hautement préparée Hillary Clinton. Notre défi était d'identifier les clés du succès de Trump, du vote des femmes à la gestion des médias. Aujourd'hui, les raisons de son succès servent à expliquer la trajectoire que le pays a suivie.
Décrit par Erice comme: «Une nation qui menace aujourd'hui la fracture, distribuant l'euphorie et le découragement de manière équilibrée», elle l'est aujourd'hui plus que jamais. Lorsque l'empire de Trump prend fin, si Joe Biden gagne, il hérite d'un pays fracturé. Armé d'expérience et affaibli par les années, sa tâche serait de restaurer la décence en Amérique et de ramener le pays à la table des démocrates du monde.

Les quatre derniers jours ont laissé plusieurs leçons. Plus important encore, le président le plus controversé, tricheur et antidémocratique de l'histoire américaine a failli être réélu.
Il a réussi à transformer son parti et le pays avec impolitesse, sans respecter les règles du gouvernement et sans sauter les processus de son bureau. Même ainsi, il a atteint près de 70 millions de voix, et la victoire dans la moitié des États. Il n'y a plus de surprises, comme en 2016, sur son style de gouvernement, sa politique commerciale, ses relations internationales. Il n'y a pas d'excuses, ni les Russes, ni les cyberattaques, ni parce que leur rival était impopulaire.
Aujourd'hui, le «Trumpisme» est un mouvement incontournable, protégé par des politiciens traditionnels comme Mitch McConnell, des bannières supposées du parti Lincoln et Reagan. La moitié des Américains l'ont préféré. Tous racistes? Non. Misogynes? Certains. Corrompu? Peut-etre non. Latinos, femmes responsables et travailleuses, hommes de combat, jeunes hommes riches aux aspirations entrepreneuriales, vétérans des guerres que Trump a évitées, chefs d'entreprise, grands-mères et employés d'usine, ont tous voté pour lui. Non seulement cela, ils se sont habillés de la tête aux pieds avec son nom, et sont descendus dans les rues défiant un virus mortel pour montrer leur enthousiasme. Une force de cette taille ne peut être ignorée, et la comprendre sera le premier défi du président Biden.

Ni les sondages, ni les analystes, ni les médias n'ont été en mesure d'expliquer la popularité de Trump. Le réseau Fox, qui pendant quatre ans a augmenté ses cotes d'écoute et ses revenus en tant que l'amplificateur le plus bruyant (pas le seul), tente aujourd'hui de décocher le président. D'autres médias grand public ont publié pendant quatre ans, avec persévérance, des listes de mensonges du président, ses accusations de harcèlement sexuel, ses déclarations fiscales frauduleuses, ses retraits impardonnables des organisations internationales et son amitié répréhensible avec des dictateurs comme Kim Jong-Un. Ça m'est égal. Les chroniqueurs sérieux et les chaînes prestigieuses ont été réduits aux insultes et au ridicule, abaissant également le niveau du discours. L'indignation des scientifiques, n'a même pas atteint les masques dans les événements de la campagne. Les universitaires, penseurs et économistes qui se sont consacrés pendant quatre ans à critiquer avec des arguments rationnels, n'ont pas réalisé la fameuse «  vague bleue '' du triomphe démocrate, ni le vote de protestation et le désir de changement, ni ils n'ont changé le système, ni influencé les résultats. . Pas même Obama.

Joe Biden, s'il fait le «  dernier kilomètre '' sur le chemin de la Maison Blanche, il a deux tâches. Le premier, face à la résistance de son prédécesseur, des blocages à son équipe de transition, une Maison Blanche en plein désarroi, et de multiples revendications pour l'élection. Le second, tenter d'interpréter le sentiment des Américains qui n'ont pas voté pour lui, de les inclure dans leur plan pour le pays, de comprendre comment ils pourraient tenter de réélire un populiste autoritaire dans le pays de la démocratie libérale. Quelque chose a changé, et Donald Trump n'est rien de plus que le symptôme d'un pays scindé en deux. La défaite du «showman» n’est que le début d’une réflexion profonde et nécessaire.

Suivez sur Twitter @Muni_Jensen

Vous pourriez également aimer...