Le Brésil

La désapprobation de Bolsonaro augmente et 42% défendent la destitution

São Paulo – La désapprobation du gouvernement Jair Bolsonaro a augmenté de 8 points de pourcentage et a dépassé l’approbation. Pour 40% de la population, l’actuel président de la République est mauvais ou très mauvais, souligne une enquête Datafolha publiée vendredi (22). Dans le sondage précédent, réalisé en décembre, il était de 32%. L’approbation de Bolsonaro, en revanche, a subi la plus forte baisse depuis le début de son gouvernement. Parmi ceux qui le jugent excellent ou bon, l’indice est passé de 37% à 31% et le taux régulier est de 26%, contre 29% dans l’enquête de décembre. L’enquête a été menée ce mercredi et jeudi a entendu 2 030 personnes à travers le Brésil.

Parmi les raisons de la chute de la popularité du président figurent l’aggravation de la pandémie du nouveau coronavirus, le manque d’oxygène à Manaus et les vaccins pour le Brésil. La fin de l’aide d’urgence est également considérée comme une raison de l’augmentation de la désapprobation de Bolsonaro. Le paiement aux familles nécessiteuses a été interrompu le 31 décembre, malgré l’augmentation du nombre de chômeurs et l’augmentation des cas de covid-19. On estime entre 10% et 15% l’augmentation du nombre de personnes qui vivront dans l’extrême pauvreté avec la fin de l’aide, qui peut atteindre 23 millions de Brésiliens.

Bolsonaro est le pire

Au stade actuel, au début de la deuxième année de gouvernement, Bolsonaro maintient la pire note enregistrée parmi les élus lors de son premier mandat depuis 1989, selon Datafolha. Seul l’ex-président Fernando Collor (PRN) perd, il a eu un rejet plus important de 48%, contre 15% d’approbation en 1992. Mais il était déjà embourbé dans les dénonciations qui ont conduit à l’approbation de sa destitution et de sa démission.

Fernando Henrique Cardoso (PSDB) a obtenu 47% d’approbation et 12% de désapprobation à ce stade du mandat. L’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva (PT) en comptait respectivement 45% et 13%. Déjà l’ex-présidente Dilma Rousseff (PT) avait, au début de sa deuxième année, au premier mandat, avec 62% d’approbation et 7% de rejet.

La moitié des Brésiliens considèrent également que Jair Bolsonaro n’a pas la capacité de gouverner: 50% contre 46% qui le jugent capable. Il est également considéré comme un président «peu fiable» pour la moitié des Brésiliens, évalue Datafolha. 41% sont ceux qui ne font jamais confiance à leur parole; 38% font parfois confiance et 19% toujours.

La destitution de Bolsonaro

Même avec la baisse de l’approbation, la plupart des Brésiliens ne veulent pas que Bolsonaro fasse l’objet d’un processus de destitution, selon le sondage Datafolha. La Chambre des députés ne devrait pas porter plainte contre l’actuel président pour 53% des répondants. Ils défendent la destitution à 42% et ne connaissent pas 4%. Toujours selon Datafolha, 51% rejettent la démission de Bolsonaro et 45% défendent la mesure.

La fin du gouvernement Bolsonaro via le processus de destitution est une question débattue par des juristes de renom. Le conseil d’administration de la Chambre des députés totalise 61 demandes de poursuites contre le Président de la République. Quatre ont été déposés par le toujours président de la Chambre, Rodrigo Maia, qui devrait démissionner en février. Les autres sont tous en cours d’analyse. Les partis d’opposition à Bolsonaro devraient soumettre dans les prochains jours une nouvelle demande d’inaction face à la crise du système de santé qui a tué des centaines de personnes.

Ce samedi (23), des caravanes sont prévues dans tout le Brésil pour réclamer la destitution de Bolsonaro aux députés fédéraux et aux sénateurs.

En savoir plus sur les raisons de la destitution de Bolsonaro

Vous pourriez également aimer...