La Colombie

La «  guerre  » politique

17 mars 2021 – 23h45


Pour:

Gerardo Quintero

Les mouvements politiques sont perçus comme très désespérés dans la préparation des élections de 2022. Soit le gouvernement Duque a été un cauchemar que personne ne peut supporter, soit tout le monde est impatient de mordre dans cette tranche du budget national le plus tôt possible.

Cette campagne a commencé tôt, ce qui promet d’être l’une des plus chaudes. D’une part, la droite et le centre droit recherchent un candidat capable de reprendre confiance, de surmonter la faible cote de popularité de Duque et de rester au pouvoir. Il est clair que tout candidat aura besoin de la bénédiction d’Uribe. Rien ne bougera sans que le «président éternel» ne le détermine. Dans ce contexte, en l’absence de Carlos Holmes Trujillo, qui représentait une «  carte gagnante  », certains «  Uribistas pur-sang  » pourraient réorienter leurs paris vers Óscar Iván Zuluaga, que beaucoup reconnaissent comme l’homme le plus expérimenté du Centre démocratique.

D’autres noms comme Rafael Nieto, Paloma Valencia, María del Rosario Guerra et María Fernanda Cabal génèrent beaucoup de résistance et ne semblent pas avoir le poids pour devenir des options gagnantes. En l’absence de consensus, les anciens maires Alejandro Char et Federico Gutiérrez, qui bénéficient d’un soutien dans leurs régions et sont de jeunes visages du Centre démocratique, entreraient pour jouer. Et gardez à l’esprit l’ancien gouverneur Dilian Francisca Toro. Il n’a jamais combattu Uribe ni affronté Santos, il a défendu ses positions avec intelligence et pouvait rivaliser fortement dans cette recherche du centre droit. On ne peut pas non plus exclure que si aucune de ces candidatures n’aboutit, le plus « courageux » de « l’Uribismo » fera pression pour que ce soit Tomás qui prenne les drapeaux de son père. Sans aucune expérience, il est oint par la «lignée présidentielle» et cela suffit encore pour beaucoup dans ce pays.

Sur la gauche, il est clair que Petro sera à nouveau candidat et, encore une fois, il sera l’adversaire parfait pour «Uribismo». Il suffira de le présenter comme le loup qui détruira le pays et nous transformera en Venezuela pour que beaucoup votent «emberracados» ou effrayés. Le centre controversé et vilipendé arrivera divisé. Il ne semble pas y avoir de candidat qui fasse preuve d’une force qui permette de réconcilier les positions et de rassembler tout ce large spectre fatigué des positions extrêmes d’Uribe et de Petro, mais surtout de ce que les deux courants symbolisent.
Alejandro Gaviria, l’ancien ministre de la Santé, s’est imposé comme une réserve qui pourrait devenir une alternative intéressante pour les non-conformistes. Bien qu’il ait dit qu’il n’était pas intéressé, rien en politique n’est le «dernier mot». Certaines options comme Sergio Fajardo, Humberto de la Calle, Jorge Enrique Robledo ou Martha Lucía Ramírez semblent épuisées. La «guerre» a commencé, j’espère qu’elle ne coûtera pas plus de sang et de morts comme toujours quand il y a des élections dans ce pays, mais en raison du niveau de polarisation, j’ai peur que le débat soit bas et méchant.
Suivez sur Twitter @Gerardoquinte

Vous pourriez également aimer...