La Colombie

La joie de vivre en Christ

Par: Germán Martínez Rodas, P., Vicaire épiscopal pour l’éducation

Parmi les préjugés profondément enracinés contre le christianisme, il y a l’affirmation selon laquelle il ne contient que des vinaigres et, surtout, l’absence de plaisir, d’érotisme et d’humour. Car l’Évangile dit le contraire: «gloutons et ivrognes», ils appelaient Jésus, «ami des publicains et des pécheurs» (Matthieu 11, 19). Jésus lui-même n’a pas l’intention de nier ces qualificatifs, en effet, dans la liturgie de la Parole qui résonne ce cinquième dimanche de Pâques, Jésus affirme de lui-même qu’il est « la vraie vigne », il parle du protagoniste principal, le fermier (il se réfère à Dieu le père), qui est celui qui taille, cueille et jette les sarments qui ne portent pas de fruit (les sarments sont les croyants, certains décident de rester unis à la vigne, et portent des fruits abondants. D’autres décident de devenir indépendants , coupez la relation avec la vie et arrêtez de porter des fruits).

L’enseignement est profond: l’adhésion vitale du croyant au Christ et
Il est essentiel à la fécondité des fruits. Ce n’est pas par hasard que dans le passage d’aujourd’hui, l’expression «demeure en moi» est répétée cinq fois. Sans union intime avec le Christ, notre foi ne peut survivre. Si le croyant se sépare de Jésus, il est déjà condamné à la perdition dans cette vie. La vigne sèche symbolise le mystère de l’être humain qui oppose la vie et l’amour, préférant l’obscurité à la lumière; Saint Augustin l’a dit avec un jeu de mots en latin: aut vitis aut ignis, c’est-à-dire soit la vigne, soit le feu (commentaire de saint Jean 81,3).

Selon la «doctrine des douze apôtres», connue sous le nom de Didache, écrite vers les années 60 après le Christ, la communauté a prié autour du verre de vin dans la célébration de l’Eucharistie avec ces mots: «Nous vous remercions, notre Père, pour le Messie. Il est la vie sainte de la lignée du roi David. Le Christ lui-même se donne à ses disciples, il existe pour ses disciples.

De la même manière aujourd’hui, 2021, les croyants portent des fruits non pas en vivant pour eux-mêmes mais en produisant des fruits de paix, de réconciliation, de solidarité, de véritable abandon. Cependant, nous ne pouvons pas oublier que, si le vin est synonyme de joie messianique, son fondement est en cas de croix. La joie de vivre de Jésus intègre la souffrance, inclut la mort, fait le sang et les larmes qui, en règle générale, on se noie dans l’alcool, se diluent dans le vin donné, le sang versé du Christ. Le chemin de Jésus poursuit également l’épanouissement, le plaisir, l’abondance, le succès, le bonheur, l’amour, la vie sans limites, la grande fête, mais sortant de lui-même. On est heureux quand on est entièrement dévoué à ce qu’il fait et ne pense pas aux musaraignes, cela se passe dans l’amour, ce qui signifie être complètement dans l’autre. Cela porte de vrais fruits.

Vous pourriez également aimer...