Le Brésil

La pandémie et la technologie aggravent la précarité du travail des femmes

Dans une note technique de la 21e Lettre de conjoncture de l’Université municipale de São Caetano do Sul (USCS), nous avons réfléchi sur certains des défis auxquels sont confrontées les femmes dans leur travail quotidien, sur la base de la configuration actuelle de l’environnement professionnel dans lequel, grâce aux progrès des mécanismes de contrôle, ou autocontrôle, sont présents, avec des formes de plus en plus sophistiquées, visant à garantir la performance individuelle, ce qui a contribué à l’augmentation des problèmes de santé, notamment d’un point de vue psychologique. Dans cet article, nous présentons un résumé de la note, dont le texte intégral est accessible à l’adresse https://www.uscs.edu.br/noticias/cartasconjuscs.

Discipline et contrôle du travail à l’ère industrielle

Les spécialistes du travail de «l’ère industrielle» ont identifié (et étudié) le désir, de la part des propriétaires des moyens de production, d’améliorer les aspects «disciplinaires» qui garantissaient l’efficacité de la production et l’augmentation des profits. Au fur et à mesure que le processus de production changeait, permettant une plus grande production en moins de temps, il serait nécessaire de déterminer le processus de contrôle. La figure du « patron », élément symbolique du processus de management, chargé de s’assurer que chacun s’acquittait correctement de ses tâches, était un objet permanent d’observation et d’amélioration.

Cet aspect de « discipline » peut être associé à une démarche de surveillance. La surveillance, fonction dévolue à un élément extérieur au travailleur, en général le patron, est devenue fondamentale pour conformer le travail à l’intérêt productif. Un exemple en est l’accès aux toilettes, qui n’est pas toujours librement autorisé, car s’éloigner du travail peut compromettre la réalisation d’un profit. Il existe des rapports de mécanismes utilisés pour rendre difficile l’accès aux toilettes, tels que : demander la clé au patron, et peut-être expliquer quel est le besoin physiologique ; toilettes éloignées du site de production, ce qui rend difficile la distance à parcourir jusqu’aux toilettes et garantit le temps de retour. Cela concerne principalement les femmes enceintes ou qui ont leurs règles.

Le XXe siècle se caractérise, en ce sens, par le défi d’organiser, de manière rationnelle et scientifique, les formes de production et de gestion. Dans les premières décennies, les modèles tayloriste et fordiste, puis, dans les années 1970, le toyotisme, sont des exemples des formes d’organisation qui vont révolutionner le travail en usine. La « gestion du temps » et la maximisation de la production et du profit étaient les principaux objectifs. Ces modèles ont, chacun à leur manière, structuré des mécanismes de contrôle et de surveillance.

Le taylorisme-fordisme, modèle fondé sur une production en plusieurs étapes, organisée en « chaîne de montage », a pour paradigme la figure du patron contrôlant la production. Le toyotisme, à son tour, modifie ce modèle et introduit, à travers des travaux en « cellules », un contrôle exercé par le groupe lui-même, qui, en quelque sorte, contrôle la production.

Il faut considérer, par rapport au travail dans la modernité, qu’en plus des éléments économiques impliqués (production, profit, plus-value), il y a aussi des éléments « symboliques ». Si chez Marx le travail peut être compris comme une forme d’accomplissement social, chez Weber nous avons, de son analyse de l’idée protestante du travail comme une « vocation » – une manière de plaire à Dieu -, une signification « éthique/morale ». , voire distinction. Cela rend toute cette discussion complexe, y compris l’idée de la possibilité de plus de « temps libre », que nous aborderons ensuite.

Le contrôle au travail à l’ère numérique

Le sociologue Domenico De Masi analyse le travail, à l’ère industrielle, comme un travail routinier laissant peu de place aux loisirs et à la créativité. Pour l’auteur, les avancées technologiques et la réduction conséquente de certaines étapes du processus de production apporteraient, à l’ère du numérique, plus de temps libre au travail, laissant place à la créativité, ce que De Masi appelait les « loisirs créatifs ». Dans quelle mesure cette idée s’est-elle matérialisée ?

Bien que la « promesse » de plus de temps disponible, résultant des avancées technologiques, et par conséquent une diminution du temps consacré à chaque tâche, cela ne s’est pas produit dans la pratique. Dans la Modernité, le temps est devenu de l’argent, et le temps de travail signifie plus ou moins de profit. Ainsi, ce que nous vivons, dans la plupart des activités professionnelles, c’est l’utilisation de la technologie pour améliorer les mécanismes de contrôle du temps de travail.

Comme le thème ici est les mécanismes de contrôle et de surveillance, perfectionnés à partir de la technologie, disons qu’au stade actuel, nous avons atteint ce que le philosophe coréen Byung Chul Han appelle la « société de la performance ». Avec la possibilité pour les managers et les ouvriers, de manière de plus en plus immédiate, d’évaluer le résultat de la production, des biens ou des services, ce qui se passe, c’est que l’ouvrier est « poussé » (par le paradigme de la performance) à exercer une charge incessante (ou auto- demande) sur leurs propres objectifs.

Les travailleurs de la « société ubérisée »

Les prémisses essentielles des modes de production capitalistes – l’aliénation et l’exploitation – peuvent être encore accentuées par les plateformes numériques. L’ubérisation de l’économie, à travers des formats souvent imperceptibles, permet de maîtriser le temps du travailleur dans des proportions encore plus grandes. Aux femmes, il est claironné que la flexibilité du travail (horaires à temps partiel, banque d’heures, horaires alternants) est une « opportunité » de concilier journée de travail et tâches ménagères. Cet argument s’est renforcé en cette période de pandémie, de covid-19, où télétravail et bureau à domicile étaient largement utilisés.

La pandémie a apporté encore plus de précarité dans l’univers féminin, en particulier pour les travailleuses noires. Beaucoup ont perdu leur emploi formel (protégé) et ont commencé à faire des petits boulots ou à travailler dans des systèmes « ubérisés ». Alors qu’elles cherchent à atteindre les objectifs imposés par les systèmes qui évaluent immédiatement la quantité et la qualité de la production, les femmes commencent à accumuler encore plus de tâches – travail domestique, travail reproductif, économie des soins. De cette façon, la perspective de temps libre et d’une vie de qualité se rétrécit.

Considérations finales

Les études sur le genre et les plateformes numériques se sont développées. Le niveau élevé du chômage dans le pays – 13,5 millions de chômeurs en novembre 2021 (IBGE) – associé à la montée en puissance des plateformes numériques comme alternative immédiate de revenus et à la croissance de l’ubérisation représente, comme le commente Ludmila Costhek Abílio, dans le même temps, une option et un risque pour les femmes. Cela est dû au fait que ce type de travail est souvent lié à des horaires de travail quotidiens épuisants, au contrôle exacerbé par les entreprises et à l’absence de tout type de garantie ou de droits du travail, situations inhérentes à la société de la performance et qui conduisent à la fatigue de la société .

Lire aussi : Moteur hybride éthanol : développement productif au Brésil

Dans ce contexte, les expériences de production « non capitalistes » issues de l’économie féministe doivent être mieux analysées. Un exemple est MatchImpulsa,[1] un pôle de programmation transversalement féministe de la plateforme numérique de l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) et de l’Economie Collaborative. Un autre projet pertinent est le DisCOs, qui propage les principes du coopérativisme dans l’économie féministe aux organisations autonomes décentralisées (ou DAO).


Claudio Pereira Noronha. Diplôme en administration des affaires (Centre universitaire Fundação Santo André); Master (Lato sensu) en Mondialisation et Culture (São Paulo School of Sociology and Politics Foundation); Master et Doctorat en Sciences de la Religion de l’Université Méthodiste de SP; conseiller auprès de l’ABC Bankers’ Union.

Inez Galardinovic. Licence en sciences sociales et musique. Elle est banquière, administratrice du Syndicat des Employés de la Banque ABC (Secrétariat de la Formation) et de l’Association des Employés de Caixa Econômica (Apcef), en tant que Secrétaire des femmes. Coordonne le collectif de femmes CUT/ABC.


[1] Voir https://matchimpulsa.barcelona/about-matchimpulsa-eng/

Vous pourriez également aimer...