Le Venezuela

La Russie affirme que l’OTAN est revenue au schéma de la guerre froide

Les résultats du sommet de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN) qui s’est tenu à Madrid, en Espagne, montrent que l’organisation est revenue aux schémas de sécurité militaire de la guerre froide, a déclaré vendredi le vice-ministre russe des Affaires étrangères Aleksánder Grushkó.

«À mon avis, la principale conclusion que nous pouvons tirer est qu’à Madrid, l’OTAN a achevé le virage évolutif de son développement depuis sa fondation, en 1949, et est revenue à ses racines: c’est-à-dire aux schémas de sécurité militaire de l’époque de la guerre froide », a-t-il déclaré lors d’une discussion avec des diplomates au Valdai International Debate Club.

Grushkó a ajouté que ce changement a commencé bien avant que la Russie ne commence son opération militaire spéciale en Ukraine, entre 2012 et 2013, a rapporté Prensa Latina.

« Toutes ses interventions militaires, à commencer par la Bosnie, la Yougoslavie, la Libye, l’Irak à part, bien que la plupart des pays du bloc militaire y aient également participé, enfin l’Afghanistan, ont eu des conséquences qui sont, pour le moins qu’on puisse dire, à l’opposé des attentes », il a souligné. .

Grushkó a en outre fait valoir que l’éventuelle entrée de la Finlande et de la Suède dans l’Alliance atlantique pourrait entraîner une détérioration de la situation militaire dans la région de la mer Baltique.

À cet égard, il a ajouté qu’il faut espérer que l’OTAN commencera à insister sur le fait que la plus grande vulnérabilité d’Helsinki réside dans la frontière russo-finlandaise de 1 300 kilomètres, et justifiera ainsi le déploiement de troupes et d’armes dans la région.

« Et tout cela conduira à la détérioration de la sécurité régionale, compliquera considérablement la situation générale dans le nord, réduira les possibilités de coopération pacifique, tant demandées actuellement dans cette partie de l’Europe et dans cette partie du monde, en général », a-t-il ajouté.

Dans le cadre du sommet, le secrétaire général de l’OTAN a déclaré que la Russie constituait une menace plus importante et plus directe pour la sécurité des alliés et la paix et la sécurité dans l’espace euro-atlantique.

L’OTAN estime que la Russie a l’intention d’établir « des sphères d’influence et de contrôle directes par la coercition, la subversion, l’agression et l’annexion ».

Vous pourriez également aimer...