Le Brésil

l’accent du nouveau gouvernement colombien

São Paulo – Dans son premier discours après la confirmation de la victoire au second tour des élections pour le nouveau gouvernement colombien, ce dimanche (19), le président élu Gustavo Petro, de la coalition Pacto Histórico, a attribué le résultat qui a consacré, pour la première fois, la gauche au pouvoir dans le pays comme « faisant partie d’une accumulation de résistances qui existe déjà depuis cinq siècles ». Hier, aux côtés de son adjointe, l’avocate Francia Márquez, le président a participé à une fête populaire à l’Arena Movistar, à Bogotá. Lors de l’événement, Petro a salué les plus de 11 millions d’électeurs comme le « passé de la lutte, de la rébellion contre l’injustice, la discrimination, l’inégalité ».

L’acte était accompagné d’une foule dans la capitale du pays qui scandait « Oui, si je peux !» – Oui, on pourrait ! Lors de l’événement, Petro et Francia ont remercié « tous les Colombiens qui ont donné leur vie pour que ce moment se produise ». Et ils se sont souvenus, avec regret, des meurtres et des disparitions forcées d’opposants qui luttaient pour un projet progressiste pour le pays.

« Combien de personnes ne nous accompagnent pas aujourd’hui parce qu’elles ont disparu sur les routes du pays ? Des dizaines de milliers de morts. Combien de personnes sont actuellement en prison ? Des jeunes menottés, enfermés, traités comme des criminels alors qu’ils apportaient simplement avec eux l’espoir d’un pays meilleur », a déclaré le président élu qui a demandé au bureau du procureur général colombien de « libérer » la jeunesse du pays. Dans le même temps, les électeurs criaient des slogans pour « liberté, liberté, liberté ».

trépied du gouvernement

Avec 50,44% des suffrages valables, Petro a battu, avec une différence de plus de 700 000 voix, le candidat de droite Rodolfo Hernández, qui a obtenu 47,31%. Ancien membre de la guérilla M-19, le nouveau président colombien est économiste, spécialiste de l’environnement, et a été maire de Bogotá et sénateur. Il s’agissait de la troisième élection présidentielle de Petro, qui, en 2018, avait atteint le second tour face à Iván Duque, alors élu.

Le nouveau gouvernement colombien entre en fonction le 7 août avec l’engagement de créer un « gouvernement à vie ». Devant la foule des électeurs dimanche, Petro a déclaré qu’il « veut faire de la Colombie une puissance mondiale de la vie ». Pour cela, selon lui, son gouvernement aura comme trépied la paix, la justice sociale et la justice environnementale. L’objectif est de sécuriser les accords de paix signés avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC). En plus de garantir un nouveau modèle économique pour le pays, moins extractif et basé sur la réforme agraire.

Dans son discours, le président élu a souligné que les questions environnementales seront également guidées par les relations internationales avec d’autres pays d’Amérique latine et avec les États-Unis. Le discours de victoire a été bien évalué par le professeur du Département de sciences politiques de l’Université d’État de Campinas (Unicamp), André Káysel. Dans une interview avec Marilu Cabañas, de Journal actuel du Brésill’expert a souligné que Petro « met le doigt sur la plaie » en mettant l’accent sur la réforme agraire.

Négociation avec le Congrès

« La question foncière en Colombie est, comme dans toute l’Amérique latine, séculaire, depuis la période coloniale. Il a été l’un des moteurs du long conflit armé (dans le pays) depuis les années 1950. Jusqu’à aujourd’hui, les paysans sont expulsés de leurs terres par les latifundia et plus récemment par l’exploitation minière, avec pour cela recours au paramilitarisme. C’est le pays qui tue le plus de paysans et de dirigeants sociaux et syndicaux, et c’est l’un des points en suspens des accords de paix signés avec les FARC », observe Káysel.

Lors de son discours de ce dimanche, Petro a également renforcé la promesse qu’il changera la structure fiscale, mettant en place l’imposition des grandes fortunes. La justice fiscale est passée à la trappe même pendant le cycle dit progressiste en Amérique latine, au début du siècle, mais elle a été récemment adoptée par des pays comme l’Argentine et la Bolivie.

Le politologue affirme que les changements prévus par Petro nécessiteront des négociations entre le nouveau gouvernement colombien et le Congrès. Bien que lors des élections législatives, tenues en mars, le Pacte historique ait réussi à élire le plus grand banc, dans les deux chambres, les groupes de droite prédominent. Pourtant, il est possible de conclure des accords, conclut Káysel. « Il (Petro) devra négocier avec un congrès dans lequel il n’a pas la majorité, c’est un problème pour tous ces agendas, en fait. Mais il a suffisamment de légitimité et de soutien populaire en ce moment, au début du gouvernement, pour tenter de négocier cet agenda, qui est très important pour mettre en œuvre des programmes sociaux et environnementaux et corriger les inégalités historiques ».

Écrit par : Clara Assunção

Avec des informations d’Opera Mundi et de ComunicaSul

Vous pourriez également aimer...