Le Brésil

L’action de Bolsonaro contre Moraes est « politique » et doit être abandonnée

São Paulo – Les nouvelles criminelles contre le ministre Alexandre de Moraes, de la Cour suprême fédérale (STF), déposées par le président Jair Bolsonaro (PL) et publiées hier (17), ont eu un impact négatif sur le gouvernement fédéral dans l’environnement juridique . Dans l’action, déposée auprès de la Cour, le représentant cite un prétendu crime d’autorité, des atteintes à la démocratie, un non-respect de la Constitution et un mépris des droits fondamentaux et des garanties de la part du ministre pour étayer l’accusation.

Mais, de l’avis des juristes, il s’agit d’une énième offensive contre la Justice menée par Bolsonaro, qui tente politiquement de l’emporter sur l’action, réitérant l’une de ses cibles favorites, Alexandre de Moraes, qui est rapporteur d’enquêtes contre le président. et alliés. Des membres du gouvernement, comme les députés Carla Zambelli (PL-SP) et Filipe Barros (PL-PR) ont célébré, par exemple, la représentation contre le ministre. « C’est une stratégie artificielle et puérile. C’est comme si le président essayait de creuser une peine, mais le juge, les institutions et l’opinion publique écoutent. Il essaie de créer une situation pour se favoriser à l’avenir », a observé le coordinateur du groupe Prerogativas, un collectif d’avocats et de juristes, Marco Aurélio Carvalho.

Selon l’avocat, dans une interview accordée au site Internet Congrès en bref, le président de la République tenterait de « créer la gêne » pour « imposer une déclaration de soupçon ou d’empêchement » au ministre STF qui assume la présidence du Tribunal supérieur électoral (TSE) lors des élections d’octobre. Marco Aurélio voit également dans l’action la tentative du chef de l’exécutif de « détourner l’attention des vrais problèmes du pays, comme l’inflation et l’augmentation de la pauvreté et de la faim ».

Lire la suite: Des entités remettent une lettre à Fachin contre « le chantage et les menaces de rupture institutionnelle »

La destination est en cours d’archivage

« C’est un autre factoïde que le gouvernement crée. Ce n’est pas le premier et ce ne sera pas le dernier. Scandal est créé aujourd’hui pour dissimuler ce qu’il a créé la veille. C’est une tactique de diversion. Au moment où le pays vit avec la faim et la misère, cela crée une crise pour se concentrer sur ce qui est fondamental », a déclaré le groupe. Le bilan de Prerogativas est partagé par le député fédéral Orlando Silva (PCdoB-SP) qui a qualifié l’action de « purement politique ».

Pour le parlementaire, l’actualité criminelle n’a aucune chance de prospérer, encore moins d’empêcher (Moraes) d’assumer la présidence du TSE. « Genocida veut créer des faits », a-t-il tweeté. Avocat pénaliste, pré-candidat à la députation fédérale du PSB et l’un des fondateurs de l’Institut pour la défense du droit à la défense (IDDD), Augusto de Arruda Botelho a partagé sur ses réseaux l’analyse selon laquelle l’action devait être classée sans suite. aucun effet contre le ministre de la Cour suprême.

« L’action que Bolsonaro a présentée contre Alexandre de Moraes ne réduira pas l’inflation, elle ne réduira pas le prix de l’essence et elle ne nourrira pas la population qui meurt de faim. L’action sera mise en veilleuse et les problèmes structurels de notre pays y perdureront. Nous ne perdrons pas de vue », a déclaré Botelho.

enquêté par fausses nouvelles

La nouvelle du crime n’a pas été présentée par le bureau du procureur général (AGU). Le 9, Bolsonaro a signé une procuration pour l’avocat Eduardo Reis Magalhães, inscrit auprès de la section Paraná de l’Association du barreau brésilien (OAB), pour intenter une action en justice. Parmi les motifs de la plainte, la défense du président allègue, en premier lieu, ce qu’il appelle une « enquête injustifiée sur l’enquête sur les fake news, soit en raison de son délai exagéré, soit en l’absence de fait illicite ».

En août de l’année dernière, le ministre de la Cour a décidé d’inclure Bolsonaro en tant qu’enquêteur dans l’enquête sur la divulgation de fausses informations. L’ouverture de l’enquête était une réponse aux attaques répétées du Président de la République contre le Tribunal électoral et le Tribunal électoral lui-même, pour faire pression pour le vote imprimé. au cours d’une habitentà l’époque, le représentant a divulgué des informations confidentielles du TSE pour remettre en cause la sécurité des machines à voter électroniques, sans aucune preuve.

Mais le procès intenté contre Moraes rapporte également que l’enquête sur le fausses nouvelles « ne respecte pas le système contradictoire » et ne permet pas aux avocats d’avoir accès au dossier. L’avocat de Bolsonaro accuse également Moraes d’avoir « décrété contre des mesures d’enquête non prévues dans le code de procédure pénale, contraires au cadre des droits civils pour Internet ». Selon la défense, la police fédérale et le bureau du procureur général (PGR) ont également « reconnu qu’il n’y a aucun crime » qui justifie une enquête contre Bolsonaro. Cependant, Bolsonaro affirme que « le ministre insiste pour le maintenir sous enquête ».

Acte abusif de la présidence

LA CNN, professeur de droit constitutionnel à l’Université catholique pontificale de São Paulo (PUC-SP) Georges Abboud a qualifié les informations criminelles apportées par Bolsonaro d' »un autre acte de constitutionnalisme abusif perpétré par la présidence de la République ». « L’exécutif utilise des mesures légales, comme les grâces et les délits d’information, sachant qu’il n’a pas de contenu, mais s’en sert pour murer un autre pouvoir, en l’occurrence le STF », a expliqué le professeur.

En outre, Abboud souligne que la déclaration du PF sur l’affaire n’est pas absolue pour l’issue de l’enquête. L’action contre Moraes sera rapportée par le ministre Dias Toffoli. La semaine dernière, Alexandre de Moraes a décidé d’unifier deux enquêtes impliquant Bolsonaro et ses alliés. Premièrement, la performance d’une milice numérique contre la démocratie. Et un autre, portant directement sur le président, l’enquête sur ses attaques contre la machine à voter électronique et le système électoral. De cette façon, les deux calculs se produiront ensemble.

La fusion fait suite à une demande du bureau du procureur général (PGR), selon laquelle l’union des procès est nécessaire avant toute éventuelle plainte contre Bolsonaro. Moraes est le rapporteur dans les deux cas. Il dit qu’il existe « des preuves solides et significatives indiquant l’existence d’une organisation criminelle ».

Lire la suite: Le complot contre les machines à voter électroniques est actif par Heleno, Ramos et Abin depuis 2019, révèle PF

Rédaction : Clara Assunção – Montage : Helder Lima

Vous pourriez également aimer...