Le Brésil

L’ancien président de Petrobras dit qu’il pourrait incriminer Bolsonaro

São Paulo – L’ancien président de Petrobras, Roberto Castello Branco, a laissé entendre qu’il pourrait avoir des éléments déstabilisateurs contre Jair Bolsonaro. Lors d’une conversation avec des économistes samedi (26), il a déclaré que sur son téléphone portable d’entreprise, utilisé alors qu’il dirigeait l’entreprise publique, il y avait des messages qui « pourraient l’incriminer ». Cependant, il a ajouté qu’il avait rendu l’appareil « intact ». L’information a été publiée par métropoles. La conversation devrait naturellement faire monter la tension au Planalto, déjà à son comble à cause du scandale à la MEC.

« J’avais des messages et des audios sur mon téléphone portable d’entreprise qui pourraient l’incriminer. J’ai insisté pour le rendre intact à Petrobras », a déclaré Castello Branco, selon le rapport publié sur le site Web. Il n’est pas entré dans les détails sur d’éventuels crimes commis par Bolsonaro qui pourraient se trouver dans la mémoire du téléphone portable.

L’ancien président de l’entreprise publique s’entretenait avec Rubem Novaes, ancien président de Banco do Brasil. Le sujet était la hausse des prix du carburant et Novaes a déclaré que Castello Branco attaquait le gouvernement fédéral. « Si j’ai voulu attaquer Bolsonaro, ce n’était pas le cas et ce n’est pas faute d’opportunité. Chaque fois qu’il produit une crise, avec des milliards de dollars de pertes pour ses actionnaires, je suis invité avec insistance par les médias à donner mon avis. Je n’accepte pas 90 % (des invitations) et quand je parle, j’essaie d’éviter les attaques », a écrit Castello Branco, le premier président de Petrobras sous Bolsonaro.

Un groupe de sénateurs a présenté une demande d’information adressée au président de la Chambre, Rodrigo Pacheco (PSD-MG). Ils veulent que la Chambre couvre les explications du ministre des Mines et de l’Énergie, Adolfo Sachsida, sur les déclarations de Castello Branco. La demande a été proposée à la plénière par les sénateurs Jean Paul Prates (PT-RN), Jaques Wagner (PT-BA) et Zenaide Maia (PROS-RN). Mais il doit encore être approuvé par le conseil d’administration.

« Président psychopathe »

Dans un autre extrait, Castello Branco qualifie Bolsonaro de « psychopathe ». « J’ai déjà entendu dire par votre président psychopathe que dans les wagons des trains de Vale, à l’intérieur de la cargaison de minerai de fer vendu aux Chinois, il y avait beaucoup d’or », a-t-il dit. Castello Branco a pris la présidence de Petrobras après 15 ans chez Vale, occupant les postes d’économiste en chef et de directeur des relations avec les investisseurs.

La crise de Petrobras semble sans fin sous le gouvernement Bolsonaro. Vendredi (24), le nom de Caio Mário Paes de Andrade a été approuvé par le « comité d’éligibilité », pour présider l’entreprise publique par 3 voix pour et 1 contre.

Les exigences évaluées sont au nombre de quatre : réputation sans tache, connaissance notable du secteur, formation académique et expérience. Le vote contraire aurait été dû à des doutes sur les connaissances et l’expérience d’Andrade. La question serait qu’il n’a aucune « connaissance notoire ».

Qu’il s’agisse d’Andrade ou d’un autre, le nouveau président de l’entreprise sera le quatrième dirigeant à commander l’entreprise publique avec Bolsonaro. Le nom ne sera officialisé que dans la seconde quinzaine de juillet. Le délai est prévu par la loi générale sur les sociétés d’État.

Lire la suite

Vous pourriez également aimer...