L’Arabie saoudite n’a pas renouvelé l’accord « Petrodollar » avec les États-Unis

L’Arabie saoudite a décidé de ne pas renouveler l’accord « Petrodollar », qui a expiré le 9 juin, mettant fin à une relation d’environ 50 ans avec les États-Unis.

L'accord, signé en 1974 avec Henry Kissinger comme architecte, consistait en la création d'un accord selon lequel les exportations de pétrole saoudien seraient payées en dollars américains.

L’alliance a consolidé cette monnaie en tant que monnaie mondiale dans le secteur de l’énergie et a placé les Saoudiens au sommet de la pyramide du commerce et des exportations de pétrole.

À partir de 2022, l’Arabie saoudite a commencé à ne plus respecter l’accord, donnant à la Chine, son nouvel acheteur important, la possibilité de payer en yuans.

Bien que l'accord puisse être renouvelé le 9 juin 2024 – 50 ans après la signature initiale -, le royaume saoudien a décidé de ne pas profiter de ce renouvellement et d'opérer en toute liberté dans la commercialisation du pétrole à travers différentes devises.

Cela signifie que l’Arabie saoudite peut désormais vendre du pétrole et d’autres biens dans des devises telles que le RMB, l’euro, le yen, le yuan et bien d’autres, au lieu du simple dollar américain.

Ce changement majeur remet en question la domination du système pétrodollar, en place depuis que les États-Unis ont cessé de lier leur monnaie à l’or en 1972. De plus, cette décision devrait accélérer le processus de dédollarisation.