Le Venezuela

Lasso a refusé de comparaître devant le Congrès pour les Pandora Papers

Le président équatorien, Guillermo Lasso, a refusé ce mercredi de se rendre au Congrès pour proposer sa version du scandale qui l’implique avec les « Pandora Papers », déclenchant un nouvel appel de la commission législative pour que le président se présente comme « voie obligatoire » .

Le président a été convoqué par la Commission des garanties constitutionnelles pour témoigner après qu’une enquête journalistique internationale a révélé que plusieurs dirigeants et personnalités du monde entier, dont Lasso, cachaient des avoirs dans des paradis fiscaux.

Dans un courrier, le président a fait savoir qu’il n’y assisterait pas mais qu’il est disposé à recevoir les législateurs au siège du gouvernement « une fois que toutes les comparutions prévues dans le programme de travail auront été évacuées ».

Lasso a affirmé qu’il avait le « plein droit » de connaître les déclarations des autres personnes mentionnées avant de donner son propre témoignage.

En son absence, le président de la commission, José Cabascango (Pachakutik, gauche), a clos la séance en convoquant le souverain « pour la deuxième fois et de manière obligatoire et conformément à la loi à comparaître » ce vendredi devant l’Assemblée nationale.

« Nous ne sommes pas la Commission des comptes, qui fait des apparitions chez nous », a précisé le législateur, ajoutant que « ce manque de collaboration entrave » l’enquête parlementaire.

L’épouse du président et un fils ne sont pas non plus venus témoigner devant la commission parlementaire mercredi, estimant qu’ils ne sont pas obligés car ils ne sont pas des agents publics.

Lasso, au pouvoir depuis mai, contrôlait 14 sociétés offshore, pour la plupart basées au Panama, et les a fermées après que l’ancien président Rafael Correa (2007-2017) a approuvé une loi en 2017 interdisant aux candidats à la présidentielle d’avoir des sociétés dans des paradis. « Papiers Pandora. »

« Ni lors de l’enregistrement de ma candidature à la présidentielle, ni depuis lors jusqu’à aujourd’hui, je n’ai été impliqué dans l’interdiction susmentionnée », a-t-il déclaré dans sa lettre, dans laquelle il déclarait qu’il n’avait pas enfreint la loi pour être candidat.

Le président reconnaît avoir eu « des investissements légitimes dans d’autres pays », dont il s’est débarrassé pour être candidat aux élections qu’il a remportées cette année.

La ministre du gouvernement (Intérieur), Alexandra Vela, maintient que le Congrès a l’intention de traduire le président en procès politique, mécanisme par lequel il peut être démis de ses fonctions.

Le parquet a ouvert une enquête pour fraude fiscale présumée

Le bureau du procureur général de l’Équateur a indiqué que ce jeudi 21, il a ouvert une enquête préliminaire pour le crime présumé de fraude fiscale contre le président Guillermo Lasso, pour l’affaire Pandora Papers, a rapporté le portail Spoutnik.

Il indique que la Direction de la communication du Parquet, en réponse à des questions de journalistes, a indiqué que l’enquête se fonde sur une plainte déposée le 6 octobre par l’ancien candidat présidentiel du mouvement indigène, Yaku Pérez, contre le chef de l’État pour les révélations des Pandora Papers mentionnés.

La plainte précise également que le Parquet demande à l’Internal Revenue Service (SRI) tous les mouvements financiers, paiements et impôts de Lasso, ainsi que ceux de ses plus proches parents, depuis 2013, date à laquelle il a été présenté pour la première fois comme un candidat à la présidence.

Vous pourriez également aimer...