Le Brésil

L’avis de nouvelle direction de Cinemateca Brasileira publie le résultat final

São Paulo – Après avoir obtenu le maximum de points dans l’avis public, la Société des Amis de la Cinémathèque (SAC) a été élue pour contrôler la Cinémathèque Brasileira, une entité qui abrite la plus grande collection audiovisuelle d’Amérique latine. Le résultat du concours a été publié dans le Agenda Officiel de l’Union ce lundi (18), comme le rapporte le journaliste Jotabê Medeiros sur son blog.

Le nouveau contrôleur devra faire face aux défis laissés par l’abandon de la Cinemateca par le gouvernement Olsonaro, qui comprend un incendie dans une partie de l’un de ses entrepôts, en juillet. L’avis public qui a élu le nouvel administrateur de Cinemateca, d’une valeur de 14 millions de reais, a été publié avant l’incendie.

La SAC est une entité civile à but non lucratif créée en 1962. Selon son site Internet, la SAC vise à « contribuer au développement des activités de la Cinemateca Brasileira, en articulant des initiatives avec la société civile et avec les sphères publique et privée ». Créée en 1962, elle est devenue en 2008 Organisation de la Société Civile d’Intérêt Public (Oscip) condition qui l’accrédite pour conclure des conventions avec les pouvoirs publics.

A la tête de la Cinemateca sera Carlos Augusto Calil, spécialiste des collections cinématographiques et audiovisuelles et critique sévère de l’abandon de l’institution par le gouvernement fédéral. Professeur à l’Université de São Paulo (USP), il a déjà occupé le secrétariat de la Culture de la ville de São Paulo et également le commandement de la Cinemateca. « Le sentiment que reflète le gouvernement fédéral actuel est que la culture est l’ennemie des institutions, du maintien du pouvoir constitué. En fait, l’art a la capacité de promouvoir l’émancipation de l’individu, ce qui peut déranger un pouvoir anachronique et réactionnaire, exposant ses incohérences et ses sophismes », a déclaré Calil dans une interview avec Journal de l’USP.

Le mépris à la cinémathèque

L’espace était autrefois considéré comme la cinquième plus grande cinémathèque au monde. Il y a 44 000 titres en tout. En plus des longs métrages, moyens et courts métrages, la collection conserve des décennies d’enregistrements d’émissions de télévision brésiliennes, de films publicitaires et de « trésors », tels que les originaux de tous les films, scénarios et lettres du cinéaste bahianais Glauber Rocha. C’est aussi la première occasion pour les enfants d’entrer en contact avec l’art cinématographique.

Le gouvernement a donné les premiers signes de son intention de démanteler l’institution et a fait preuve de mépris pour sa collecte fin 2019. À l’époque, le ministre de l’Éducation de l’époque, Abraham Weintraub, avait décidé de rompre unilatéralement le contrat de l’institution avec l’Associação de Educational. Communication Roquette Pinto (Acerp), qui gérait la Cinémathèque. Pour justifier la rupture, il a utilisé des arguments incohérents tels que «la lutte contre l’endoctrinement et le marxisme culturel», entre autres. L’ancien ministre a même expulsé les travailleurs d’Acerp du ministère.

Vous pourriez également aimer...