Le Brésil

Le Brésil a des «  épidémies '' de covid-19 avec un nombre élevé de décès dans huit États

São Paulo – Ce lundi (20), alors que le Brésil comptait 718 nouveaux décès dus au covid-19, dépassant la barre des 80000 victimes d'une infection causée par le nouveau coronavirus, huit États ont montré une augmentation des enregistrements de décès. Selon le bilan du consortium de médias, basé sur les données des services de santé de l'État, la moyenne mobile des sept derniers jours a augmenté dans le Sud: Paraná (31%), Rio Grande do Sul (64%) et Santa Catarina (127%).

Le nombre de décès augmente également dans le Minas Gerais (24%), le Mato Grosso do Sul (29%), le Mato Grosso (16%), Tocantins (50%) et Paraíba (29%). Dans 12 autres États, les perspectives sont stables. Mais le nombre de décès quotidiens reste élevé. La situation ne montre qu'une baisse dans les États d'Amazonas, Roraima, Ceará, Piauí, Rio Grande do Norte et Sergipe. Cela confirme qu '«il y a plusieurs épidémies au Brésil», comme l'a souligné la présidente du Centre brésilien d'études sur la santé (Cebes), Lucia Souto, dans un entretien avec Glauco Faria, dans ce mardi (21) numéro de Journal actuel du Brésil.

Médecin sanitaire et chercheur à la Fondation Oswaldo Cruz (Fiocruz), Lucie rappelle que le tableau épidémiologique du pays est dynamique. Jusqu'à dimanche (19), par exemple, le Paraíba et le Mato Grosso étaient stables, mais depuis, ils font désormais partie des régions dans lesquelles les décès augmentent. Rio de Janeiro, qui tombait, est revenu au groupe dans la stabilité.

«Cette dynamique est diversifiée et un travail objectif avec des informations, des données, des analyses scientifiques et épidémiologiques est très important. Cette pandémie doit être envisagée à l'aune de chaque région du pays pour que les mesures, par exemple de flexibilité, puissent être adoptées en toute sécurité », prévient le président de Cebes.

Vaccins: espoir et prudence

La précaution du médecin hygiéniste s'applique également à la mise au point de vaccins. LES RBA a montré hier qu'au moins trois études ont montré des résultats sûrs et immunisants. Le Brésil est déjà sur la voie de la recherche avec des vaccins de l'Université d'Oxford et un chinois, CoronaVac. Les deux sont en phase 3 – la plus avancée des tests. Le développement du médicament est un espoir, mais il doit encore être considéré avec prudence.

«Si tout se passe très bien, l'attente la plus rapide pour que ce vaccin soit disponible pour tous est vraiment au milieu de l'année prochaine», se souvient Lucia. D'ici là, le pays doit continuer à adopter les mesures d'isolement social et l'application de tests pour détecter la maladie, toujours en dessous de la quantité idéale, mais, principalement en garantissant les conditions pour que la population puisse avoir le droit de protéger la vie et de respecter la distance. .

«Nous devons être conscients de notre santé que nous vivrons avec cette pandémie pendant longtemps. Et, pour vivre avec, nous devons refléter les pays qui le font très bien. Du Vietnam, de l'Allemagne et de Cuba, qui n'ont connu que 2 morts au cours des 30 derniers jours, en plus de l'Argentine et de l'Uruguay. Plusieurs pays mènent cette protection de la vie de manière efficace et objective. Et cette protection est aussi en mesure d'affecter beaucoup plus l'économie avec la pratique du revenu universel », prévient le président de Cebes.

Til est temps de sauver des vies

Cebes est l'une des entités de la région qui propose le plan national de lutte contre la pandémie Covid-19. Le document formule une série de recommandations et conteste la fausse contradiction entre économie et santé qui semble «compliquée dans certains endroits qui adoptaient la flexibilité et, soudain, la pandémie a de nouveau explosé. C'est le cas dans le sud du pays », souligne Lucie.

Le plan couvre tout, de la mise en œuvre du revenu de base universel à une plus grande transparence de la part du gouvernement fédéral, ce qui est considéré comme un échec à faire face à la pandémie. L'administration de Jair Bolsonaro n'a exécuté que 45,5% du budget destiné à la santé publique. En plus de contredire les directives des experts et de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et d'indiquer des médicaments qui n'ont pas d'efficacité scientifique prouvée.

«Compte tenu de l'écart entre le gouvernement fédéral et le ministère de la Santé, occupé par des militaires qui ne connaissent pas le sujet, il est nécessaire d'affirmer une autorité sanitaire pour le pays. Une autorité qui peut contribuer à réduire ou au moins atténuer la confusion sur ces informations », explique le chercheur Fiocruz. Pour Lucie, il est encore temps de protéger et de sauver des vies au Brésil.

Vous pourriez également aimer...