La Colombie

le couvre-feu n’a pas arrêté les émeutes

À Cali, même le couvre-feu qui régit actuellement s’est prolongé jusqu’à dimanche, a mis fin à la journée de manifestations contre la réforme fiscale, qui a été convoquée à nouveau au niveau national ce jeudi, après que la Central Unitaria de Trabajadores de Colombia (CUT) a annoncé que la la grève s’est poursuivie.

Bien qu’il y ait eu de forts affrontements entre les participants et la force publique, le développement des manifestations a été moins chaotique que celui enregistré mercredi dernier, en termes d’excès et de vandalisme. Cependant, des opérations ont été nécessaires dans divers secteurs de Cali, pour cela, ils avaient plus de 3000 policiers et un renforcement de la force publique et Esmad pour maintenir l’ordre.

Dans diverses parties de la ville, la journée est devenue tendue l’après-midi. En fait, dans le secteur Sameco, Villa del Sur, Paso del Comercio, sur la Calle 5 avec Carrera 10, sur l’Avenida 4 Norte avec la Calle 70, les situations les plus critiques se sont produites avec des barrages routiers, des pneus brûlés, des émeutes et des affrontements. intervention d’Esmad – où des gaz lacrymogènes et des réservoirs ont été utilisés pour disperser les manifestants.

Dans le secteur de Puerto Rellena également, il y a eu de graves affrontements, cependant, selon le poste de commandement unifié, un pacte de non-agression avait été conclu entre la communauté et les autorités, mais en fin d’après-midi, des émeutes avec des vandales ils sont revenus avec force. .

A la hauteur de Loma de la Cruz, il y a eu des blocages avec la présence d’Esmad; à la station MÍO située à Santa Librada et Capri, des vandales y ont mis le feu.

Lisez aussi: Les experts craignent une augmentation des cas de covid-19 à Cali en deux semaines

À divers endroits, certains magasins ont également été vandalisés, notamment un siège social D1 à Portada al Mar.

Aux points de concentration de Floralia sur la Calle 70 avec Carrera 4, Juanchito, Alfonso López, Puerto Resistencia, entre autres, au milieu des affrontements, plusieurs manifestants ont été blessés. Et au total, il y a 32 policiers blessés -entre le jour de ce mercredi et jeudi-.
D’un autre côté, le bureau du procureur général par le biais des réseaux sociaux a indiqué «que la situation de mobilité à Cali est critique. Trois ambulances ont été vandalisées et des événements qui affectent le transfert des patients et des femmes en travail ont été enregistrés ». Par conséquent, un soutien a été demandé pour le transfert aérien d’hommes en uniforme blessés et gravement malades.

On savait même que l’un de ces événements s’est produit à Terrón Colorado, où un téléphone portable paramédical a été attaqué avec des pierres alors qu’ils étaient en route pour soigner un patient qui avait besoin d’être transféré dans un établissement de santé.

Selon le général de la police, Juan Carlos Rodríguez, il y avait «25 activités en cours, soit environ 4 600 personnes qui sont toujours liées à ce type d’activité dans différentes parties de la ville. Nous couvrons avec des forces militaires dans certains points stratégiques ».

À divers points de concentration, parmi eux dans le Parque de Las Banderas, des manifestants ont participé pacifiquement, y compris des groupes d’étudiants.

De même, vers le sud de la ville, des blocages ont été enregistrés notamment à l’intersection de la Calle 13 avec Carrera 100, et sur l’Avenida 2N, au feu de circulation devant le CAM, où un groupe d’étudiants est resté calme avec les activités de la Grève nationale.

« Il y avait des mains criminelles »

Dans le reste de la journée de mercredi, alors que plus de 60 activités de vandalisme ont été menées dans toute la ville, dans différentes parties, affectant principalement le secteur commercial, les biens des citoyens et les biens publics, les autorités locales ont indiqué que les violences et le vandalisme était prévu.

«Je ne doute pas qu’il y ait planification, préméditation et trahison; Nous avions un petit groupe d’irresponsables et de criminels qui se consacraient au pillage et à l’agression », a déclaré le maire Jorge Iván Ospina.

De même, il a souligné: «Nous avons eu une distinction claire entre ceux qui étaient des manifestants légitimes protégés par le droit constitutionnel de manifester, mais qui ont également participé, dans une intensité belliqueuse et criminelle, à un groupe de personnes qui n’ont fait que délibérément et malicieusement nuire et détériorer. le public et le privé ». En outre, a-t-il déclaré, concernant la participation de certains migrants vénézuéliens aux excès, il a déclaré: « Les Vénézuéliens identifiés dans le vandalisme et les activités criminelles doivent être expulsés immédiatement. »

Pendant ce temps, le secrétaire à la Sécurité, Carlos Rojas, a assuré qu’il y avait « des gens qui ont planifié et conçu une stratégie pour faire une journée d’horreur ».

Lire aussi: Le service MÍO continuera d’être suspendu ce vendredi 30 avril

Et il a ajouté: «Nous sommes convaincus qu’il y avait ici une planification, une stratégie, pour attaquer les infrastructures de grande valeur pour la ville comme le système de transport en commun, également les infrastructures publiques telles que Dian, le gouvernement de la vallée, le bureau du maire. , cela a un objectif spécifique, donc ici il doit y avoir des mains criminelles derrière cela et nous voulons que le bureau du procureur nous clarifie et nous dise qui est responsable « , a déclaré le responsable, qui a précisé qu’il y avait au moins 45 personnes capturées, » nous attendra que le bureau du procureur nous dise qui ils sont et ce qui se cache derrière cet événement ».

Sur le chemin de la vallée

Selon le dernier rapport rendu par le Secrétariat de la mobilité de la vallée, à la fin de cette édition, les blocus se sont poursuivis à Yotoco, avant le rond-point de Mediacanoa, où les peuples autochtones manifestent. De même, il y avait des blocages dans la voie médiacanale.
Buenaventura.

A Buga, fermeture complète sur le pont de la Seine. La route Alcalá-Cartago, également bloquée.

Vous pourriez également aimer...