Le Cri des exclus distribue de la nourriture et défend la démocratie au bicentenaire

São Paulo – Si, d’une part, le président Jair Bolsonaro a utilisé le 7 septembre pour faire campagne et menacer de coup d’État, le 28e Grito dos Excluídos en a profité pour faire preuve de solidarité. A São Paulo, sous 13 degrés de froid et de pluie, l’acte a commencé tôt à Praça da Sé, région centrale. L’endroit, ces dernières années, a vu la présence de sans-abri se multiplier. Là, les militants ont préparé un grand petit-déjeuner pour les plus vulnérables à partir de 7 heures du matin, avec café, jus, pain, fruits et distribution d’imperméables.

On estime que les mouvements sociaux qui composent le cri ont distribué plus de 5 000 repas. Les slogans de l’acte de cette année sont « Por Terra, Teto, Pão e Democracia – Pain et bien vivre » et « Brésil : 200 ans d'(In)dépendance. Pour qui? ». Les tentes de l’Opération Basses Températures de la Mairie de São Paulo ont gagné la compagnie d’autres structures pour accueillir des pastorales, des syndicats, des mouvements sociaux, entre autres.

« La Praça da Sé, malheureusement, est devenue la maison de nombreuses personnes et comment se rend-on chez ces personnes ? Nous avons pensé être un moment d’accueil par le mouvement social, les syndicats et les pastorales pour cette population », a expliqué le coordinateur de la Pastorale Operária, Paulo Pedrini.

Engagement envers le peuple

« Grito s’est engagé contre l’exclusion sociale, quel que soit le gouvernement. Nous ne pouvons en aucun cas laisser notre agenda de côté, nous réclamerons toujours ce qui est nécessaire pour notre peuple », a conclu Pedrini. En plus de São Paulo, le cri était également actif dans de nombreuses autres villes, telles que Recife, Campo Grande, Porto Alegre, Natal, Belém, Curitiba, Belo Horizonte, Alagoas, Mossoró (CE), Santo André (SP), Aparecida de Goiânia (GO) et Rio de Janeiro. Dans la capitale de Rio de Janeiro, Avenida Presidente Vargas a fait distribuer 5 tonnes de nourriture dans une action organisée par le Movimento dos Pequenos Agricultores (MPA). « La contestation a couru dans les rues de la région du centre, apposant des affiches dénonçant l’aggravation de la faim et de la misère dans le pays », informe le Mouvement des travailleurs ruraux sans terre (MST).

« Bonjour, Mossoro. Nous sommes ici dans la concentration du Grito dos Excluídos, un autre acte de résistance contre les offensives autoritaires de Bolsonaro et de ses partisans. Simbora ! », a déclaré la députée fédérale Natália Bonavides (PT-RN), de Mossoró.

Evaniza Rodrigues, militante pour le logement, était à Praça da Sé dès son plus jeune âge. « Une fois de plus, nous avons sauvé ce souvenir très important. Le mouvement syndical, les étudiants, les mouvements populaires sont là à ce moment fondamental. Nous devons renforcer la lutte des gens dans la rue, c’est-à-dire lutter contre le bolsonarisme », a-t-il déclaré.

pour la dignité

Le Cri des exclus se déroule dans tout le pays depuis 1995 le 7 septembre. « L’action de cette année se déroule à un moment où les données relatives à l’insécurité alimentaire au Brésil sont alarmantes, étant donné qu’en plus d’être revenu sur la carte mondiale de la faim, nous avons déjà compté plus de 33 millions de personnes affamées dans le pays », dit-il, en note, Carla Bueno, agronome, militante du MST. « Nous voulons promouvoir une matinée de dignité collective pour ceux qui sont exclus, abandonnés par le système politique et en marge des droits civiques, alors qu’en fait ils devraient avoir accès à la santé, à l’emploi, au logement, à la culture et à l’éducation », ajoute-t-il. .

La Conférence nationale des évêques du Brésil (CNBB), qui organise également les actes d’aujourd’hui, a publié un manifeste en faveur du cri. « Nous voulons que les visages et les cris de toutes les réalités soient vus et entendus ! Depuis ses débuts, la défense de la démocratie et de la souveraineté du peuple a été une marque historique du Grito ».

suivre

Avec Brasil de Fato, Jornalistas Livres, CUT Brasil, MPA et MST

★★★★★