Le Venezuela

Le gouvernorat de Carabobo préoccupé par le bruit massif aux points de contrôle de la police

Le secrétaire à la sécurité des citoyens du gouvernement de Carabobo, José Ávila, a exhorté les directeurs des forces de police à se conformer à la réglementation relative à l’installation des alcabalas. « Je tiens à exprimer notre inquiétude face au grand nombre de plaintes que nous recevons de citoyens sur la question des abus dans les alcabalas », a déclaré Avila via un audio destiné aux responsables de l’application des lois à Carabobo.

Sur la base de cet argument, Ávila a exhorté les chefs de police et les composantes militaires qui remplissent les rôles de sécurité des citoyens à se conformer aux règlements lors de l’installation d’une alcabala.

« Dans le cas de la police, le quartier général de la patrouille doit être informé et dans le cas des autres organes, la zone de défense intégrale (Zodi) doit être informée », a déclaré Ávila en expliquant le mécanisme de mise en place d’une alcabala.

À un autre moment, Ávila a signalé qu’elle était en train de créer un numéro de téléphone pour recevoir les plaintes des citoyens. « Le citoyen ne peut pas se sentir écrasé dans une alcabala, personne ne peut commettre d’excès au nom d’une vérification de véhicule », a déclaré Ávila qui a demandé aux hommes en uniforme de ne pas transformer les alcabalas en « une tragédie pour le peuple mais un point d’aide .  »

Lundi dernier, le procureur général, Tarek William Saab, a déclaré à ÚN qu’il avait détecté de nouvelles modalités criminelles dans les alcabalas, l’une d’entre elles consistant à demander si un fonctionnaire circulait dans le véhicule. «Mais s’il n’est pas fonctionnaire, ils le placent à droite, ils commencent à lui demander une facture pour la nourriture, les vêtements et quand il ne les a pas, ils en prennent une. Puis ils deviennent des voleurs vulgaires et déforment le sens de l’alcabala », a-t-il dénoncé.

Vous pourriez également aimer...