Le Brésil

Le paradoxe de la tolérance : faut-il dialoguer avec tout le monde ?

Paradoxe de la tolérance.  Image : Pixabay.
Paradoxe de la tolérance. Image : Pixabay.

Récemment, les débats sur la liberté d’expression et la paradoxe de la tolérance ont été fréquents. Sur les réseaux sociaux, on assiste à la montée en puissance de groupes extrémistes, en plus de nombreux discours et messages diffusant la haine et incitant à la violence. Dans années électorales, ce scénario est amplifié. Nous vivons dans un contexte de grande polarisation et il est courant pour atteintes à la dignité de groupes ou de personnes fondées uniquement sur des positionnements politiques.

Dans ce scénario de diversité des idées, on parle beaucoup de tolérance et de capacité à dialoguer avec tous ces groupes. Mais sera doit-on vraiment parler à tout le monde ? Même avec ceux qui prêchent des idées intolérantes ? C’est là qu’on tombe sur le fameux paradoxe de la tolérance.

Voulez-vous mieux comprendre ce concept et comment il peut aider à construire un débat public plus sain? Continue de lire!

Lire aussi : Comment la polarisation est perçue au Brésil et dans le monde

Qu’est-ce que la tolérance de toute façon ?

Le dictionnaire Michaelis définit la tolérance comme la « acte ou effet de tolérer, d’admettre ou d’acquiescer ». En ce sens, lorsqu’il s’agit d’interaction sociale, nous utilisons le terme pour désigner les capacité à reconnaître le droit d’autrui d’exprimer ses opinionsmême s’ils sont complètement opposés aux nôtres.

Si la tolérance garantit la liberté d’expression, elle en dépend aussi.. Pour qu’il y ait respect et diversité des idées, les individus doivent pouvoir exprimer librement leurs opinions. Et pour quoi les gens se sentent libres d’exprimer leurs idéesne doit pas avoir peur de la persécution ou de la censure.

Ainsi, dans une société démocratique, la tolérance devient un valeur essentielle pour la coexistence et la cohabitation des groupes.

Mais qu’en est-il lorsque les opinions de ces groupes sont elles-mêmes intolérantes ?

De nos jours, les conséquences de l’intolérance sont visibles. Chaque jour, nous entendons des rapports sur le manque de respect pour différentes opinions et modes de vie, que ce soit en raison de l’orientation sexuelle, de la race, de la religion ou des positions politiques. Dans des cas extrêmes, l’intolérance a même conduit à des atrocités comme l’Holocauste.

Avec l’anonymat promu par les réseaux sociaux, il est devenu encore plus facile de diffuser des contenus de contenus intolérants sans conséquences directes. Par conséquent, la recherche d’une plus grande tolérance et du respect des droits de l’homme a été un combat constant.

En 2021, le cas du député fédéral Daniel Silveira a attiré l’attention des médias. Silveira a été arrêté après avoir publié une vidéo offensant et menaçant les ministres de la Cour suprême fédérale, en plus d’avoir présenté des excuses à AI-5, un acte qui a marqué la période de plus grande répression de la dictature militaire. Son discours a été considéré comme antidémocratique et comme une atteinte à l’honneur de la magistrature et des ministres de la Cour suprême fédérale, un crime prévu par la loi sur la sécurité nationale.

Cependant, la défense de Daniel Silveira a affirmé que le député ne faisait qu’exercer son droit à la liberté d’expression, mais l’affaire a soulevé le débat : comment faire face à des discours de ce type, qui vont à l’encontre de l’ordre démocratique et incitent à la violence ?

Un autre exemple que nous pouvons citer est le cas du podcasteur Bruno Aiub, plus connu sous le nom de Monark. Aiub a été retiré du podcast Flow après avoir défendu la possibilité de l’existence d’un parti nazi au Brésil lors d’une des interviews de la chaîne. En plus de soulever des questions telles que la responsabilité des créateurs de contenu envers leur public, l’événement a eu de grandes répercussions sur les réseaux sociaux et a ravivé le débat sur la liberté d’expression.

Dès lors, la question se pose : serait-il alors juste, au nom de ce droit, qu’un parti nazi – dont l’objectif principal est l’extermination d’un groupe, les Juifs – soit légalement reconnu ? Pour y penser, il faut comprendre paradoxe de la tolérance.

Écoutez aussi notre podcast sur ce qu’est l’intolérance !

Le paradoxe de la tolérance de Karl Popper

Karl Popper était un philosophe austro-britannique considéré comme l’un des plus grands théoriciens des sciences du XXe siècle. D’origine juive, Popper a été contraint d’émigrer de son pays natal en 1937 en raison de la montée du nazisme en Allemagne. Il est surtout connu pour sa défense de la démocratie libérale et de ce qu’il appelle la « société ouverte »..

Dans son livre « La société ouverte et ses ennemis » (initialement publié en 1945), en réponse aux mouvements totalitaires de l’époque, il forge l’idée du « paradoxe de la tolérance » pour répondre à la question suivante : Doit-on tolérer les intolérants ?

Pour Popper, la réponse est ne pas.

Il explique que pour être vraiment tolérant, la société doit être intolérante à l’intolérance. Cela semble déroutant, n’est-ce pas? Mais l’idée est simple : s’il y a une tolérance illimitée, les groupes qui prêchent des idées intolérantes finissent par corrompre le débat publicet peut même menacer la démocratie et la liberté d’expression d’autres groupes. La tolérance illimitée conduit à l’extinction de la tolérance elle-même.

Par conséquent, nous devons être prêts à défendre la société contre de telles idées. Selon les mots de Popper, nous devons « se réserver le droit de ne pas tolérer les intolérants ». Par conséquent, tout mouvement qui prêche la persécution et l’intolérance doit être illégal.

Image : Freepik.
Image : Freepik.

Intolérance x Liberté d’expression

Est-ce à dire qu’il n’y a pas de place pour les opinions dissidentes ? Plutôt l’inverse. Popper dit que la première chose à faire devrait toujours être d’essayer combattre les idées intolérantes avec des arguments rationnels et « les tenir en échec face à l’opinion publique ». Bref, il faut dialoguer.

Cependant, si l’option de dialogue ne fonctionne pas, le combat plus incisif à ces idées ne doit pas être écarté, en particulier lorsque des groupes intolérants utilisent la violence comme mécanisme d’intimidation et de persuasion.

À la fin, la haine et l’intolérance ne se propagent pas uniquement par les actions. Même s’il ne s’agit pas d’incitations directes, les les paroles et les opinions peuvent créer un climat propice à la violence ou des actes plus directs.

Incitation à la violence

Un exemple de ce phénomène est l’incident de marches néo-nazies à Charlottesville, Virginie, USA, en 2017. A cette occasion, un groupe de suprématistes blancs portaient des torches et des affiches qui prêché des idées contre les homosexuels, les noirs, les juifs et d’autres groupes minoritaires, beaucoup d’entre eux violents. Certains portaient ouvertement des armes. Une personne a été tuée et plus de 30 personnes ont été blessées dans la mêlée..

L’événement a suscité un débat houleux sur les limites de la liberté d’expression. LA Union américaine des libertés civiles (ACLU), l’une des principales organisations progressistes du pays, a pris une position contraire au discours. Pourtant, dans son discours, il a défendu le droit des suprématistes blancs à la libre expression de leurs idées.

Le communiqué a été cible de vives critiques, comme celle du président de Association nationale pour l’avancement des personnes de couleur (NAACP) Janette Martin. Dans une interview avec Nexo, l’activiste a prévenu que le débat sur la liberté d’expression qui découle de ce type d’événement est souvent faux. Dans l’agenda de la suprématie blanche, il est plus pertinent de causer du tort et de promouvoir le discours de haine que de défendre réellement le droit à la liberté d’expression.

Jusqu’où va la liberté d’expression ?

L’avertissement de Janette Martin est particulièrement pertinent pendant les années électorales, qui suscitent traditionnellement d’intenses débats politiques. Pour protéger la démocratie, nous devons prêter attention aux groupes qui revendiquent le droit de la liberté d’expression comme prétexte pour propager des discours de haine.

Mais comment faire la distinction ? Malheureusement, il n’y a pas de règle d’or à suivre. Souvent, la ligne entre l’opinion et l’intolérance peut être fine. D’où vient le importance de l’éducation politique et du développement de la pensée critique: Par ces moyens, il est possible d’identifier la motivation derrière les discours que nous lisons en ligne ou entendons des candidats. Nous pouvons donc réfléchir à des moyens de protéger la société contre ces idées nuisibles.

Combattre l’intolérance : des mobilisations judiciaires

Le droit à la liberté d’expression est garanti par le point IX de l’article 5 de la Constitution fédérale, mais, comme déjà mentionné, ce n’est pas une garantie absolue. D’autres droits fondamentaux entrent également en jeu, comme le droit à la vie privée, à l’égalité et à la sécurité, par exemple. Considérant qu’il n’existe pas de législation spécifique interdisant les discours de haine, le action du pouvoir judiciaire est fondamentale dans la lutte contre les idées intolérantes.

La célèbre affaire Ellwanger, jugée par le Tribunal fédéral en 2003, illustre très bien le concept du paradoxe de la tolérance.

Siegfried Ellwanger était un industriel et éditeur gaucho qui a utilisé sa maison d’édition pour publier plusieurs ouvrages dans lesquels il a nié l’existence de l’Holocauste et diffusé d’autres idées antisémites. Dans un procès controversé et passionné, précisément parce qu’il traitait des questions paradoxales que nous avons vues ci-dessus, la Cour a décidé de condamner Ellwanger.

La décision est la suivante : la publication des travaux est illégal et n’était pas protégé par la liberté d’expression en raison de son contenu, qui caractérisait crime de racisme.

C’est à dire, la motivation n’était pas de faire connaître les discussions historiques pertinentes, mais de mener une propagande antisémite.

Ceci n’est qu’un exemple de la façon dont le la liberté d’expression peut être discutée dans les espaces juridiques.

Regardez aussi notre vidéo sur les droits de l’homme !

mobilisations civiles

En plus de la voie légale, un autre mécanisme de combat est le modération active des plateformes en ligne comme Twitter et Facebook. Sur ces réseaux, il est courant de voir du contenu hostile qui enfreint les directives de la communauté.

En réponse à la propagation du discours de haine dans l’environnement virtuel et en préparation de la Élections 2022, plusieurs réseaux sociaux ont déjà commenté la modification de leurs politiques de modération. En Europe, certaines lois ont été étudiées dans le même but. L’objectif, qui rappelle le paradoxe de la tolérance de Popper, est de supprimer plus efficacement les messages offensants et d’essayer de minimiser les idées intolérantes.

D’autres exemples de mobilisations civiles incluent : le retrait du parrainage par des entreprises, comme dans l’affaire Monark, des pétitions, des manifestations, entre autres.

Il n’y a pas qu’une seule voie, et il n’y a certainement pas de solution simple au problème, mais la célèbre phrase prononcée par le prix Nobel de littérature José Saramago peut être un bon point de départ : « La tolérance s’arrête au seuil du crime. Vous ne pouvez pas être tolérant envers le criminel. Renseignez-vous ou punissez-vous.

Et vous, comment comprenez-vous le paradoxe de la tolérance ? Comment garantir un débat sain et démocratique sans supprimer la liberté d’expression ? Laissez votre avis dans les commentaires !

Références:

Vous pourriez également aimer...