Le Venezuela

Le Parlement reprendra la session sur la destitution du président de l’Équateur

L’Assemblée nationale de l’Équateur a suspendu jusqu’à dimanche après-midi le débat sur la demande de destitution du président Guillermo Lasso présentée par un groupe de députés de l’opposition.

Le président du Parlement, Virgilio Saquicela, a indiqué que la séance reprendrait à 16h00.

Au moment de suspendre la séance, Saquicela a souligné qu’il y avait encore plus de 40 demandes de députés pour exprimer leur opinion sur la demande de destitution du président équatorien.

Pendant plus de huit heures, une trentaine de membres du Congrès se sont prononcés pour et contre le président Lasso au premier jour du débat sur la demande de destitution présentée par le caucus de l’Union pour l’espoir (UNES), accusant le président de la grave crise politique et de troubles internes. qui secoue le pays depuis le début des mobilisations appelées par la Confédération des nationalités indigènes de l’Équateur (Conaie).

La demande présentée contre le président Lasso par les députés de l’UNES avait le soutien des 47 signatures nécessaires pour demander la destitution de Guillermo Lasso du pouvoir un peu plus d’un an après avoir été élu président.

Une fois le débat sur la demande de destitution terminé, les législateurs équatoriens auront 72 heures pour voter sur la poursuite ou non de la mesure contre Guillermo Lasso, pour être approuvée, elle nécessite au moins 92 des 137 soutiens possibles au Congrès.

S’il est approuvé, le pouvoir serait assumé par le vice-président Alfredo Borrero et des élections présidentielles et législatives seraient convoquées pour le reste de la période (jusqu’en 2025).

En plein débat parlementaire, le président équatorien a abrogé l’état d’urgence imposé dans six provinces du pays à la suite des mobilisations de la Conaie.

les protestations continueront

Pour sa part, le chef de la confédération indigène, Leonidas Iza, a nié la reprise du dialogue avec le gouvernement et a réitéré que les manifestations se poursuivront jusqu’à ce que l’exécutif réponde à chacune des dix revendications énoncées dans le cahier de revendications.

Selon l’Alliance des organisations pour les droits de l’homme, depuis le début des mobilisations et des protestations, au moins six manifestants sont morts et plus de 300 ont été blessés en raison de la répression de la police et de l’armée.

Vous pourriez également aimer...