Le Brésil

Le rejet de Bolsonaro ne tombe pas. Lula gagne chez les femmes

São Paulo – L’enquête XP/Ipespe publiée ce lundi (25) montre que le rejet de Jair Bolsonaro (PL) et de l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva (PT) reste pratiquement le même que lors de l’enquête précédente, publiée par l’institut 53 jours depuis. Quant au PT, le président et Ciro Gomes (PDT), connus de près de 100% des personnes interrogées, « les attitudes apparaissent dans un casting », explique le politologue Antonio Lavareda, à propos du rejet. Parmi les personnes interrogées, 58% déclarent qu’elles ne voteraient pas « no way » pour l’actuel président. Le volume de rejet était de 59 %. Les électeurs qui répondent qu’ils ne voteraient pas pour Lula restent, comme dans l’étude précédente, à 43%. Dans le cas de Ciro, les mêmes 40% suivent.

Jusqu’à présent, il n’y a donc pas eu de changement positif pour l’actuel chef du gouvernement à la suite de l’approbation du PEC do Auxílio (ou PEC das Bondades), considéré comme la solution miracle avec laquelle Bolsonaro entend renverser l’avantage de Lula dans la course. pour le Palais du Plateau.

Le sondage montre que 44% « voteraient certainement » pour l’ancien président, tandis que 11% disent qu’ils « pourraient voter », soit un vote potentiel de 55%. Les répondants qui voteraient pour Bolsonaro « à coup sûr » sont 34 %, avec 8 % supplémentaires « peut-être ». Par conséquent, le rejet de Bolsonaro est bien supérieur à son potentiel de vote de 42 %.

44% à 35% pour Lula

Lula est en tête de la contestation du Palácio do Planalto au premier tour, lors du vote stimulé, avec 44%, suivi de Bolsonaro, qui apparaît avec 35% (en juin, l’avantage était de 45% contre 34%). L’ancien ministre Ciro Gomes (PDT) arrive en troisième position, avec 9%, suivi de la sénatrice Simone Tebet (MDB), avec 4%. Ensuite, le député fédéral André Janones (Avante), avec 2%, l’homme d’affaires Pablo Marçal (Pros) et le politologue Luiz Felipe D’Avila (Novo), tous deux avec 1%. Vera Lucia (PSTU), Sofia Manzano (PCB), Luciano Bivar (União Brasil), José Maria Eymael (DC) et Leonardo Péricles (UP) n’ont pas marqué.

Dans un éventuel second tour entre les leaders actuels, Lula (PT) compte 53% et Bolsonaro, 36%, tandis que 11% ne savent pas ou n’ont pas répondu.

Ipespe a interrogé 2 000 personnes âgées de 16 ans et plus par téléphone, entre le 20 et le 22 juillet. La marge d’erreur est de plus ou moins 2,2 points (dans l’enquête précédente, l’indice était de 3,2 %). La recherche a été enregistrée auprès du TSE sous le numéro BR-08220/2022.

La bipolarisation demeure

Selon l’analyse de Lavareda, la bipolarisation ne cède pas. Lula et Bolsonaro concentrent 70% du vote spontané, le PT avec 40% et l’ex-capitaine avec 30%, tandis que les autres réunis n’atteignent pas les 10%. Le degré d’intérêt pour l’élection passe de 69% à 71% par rapport à juin.

L’étude montre que Lula se démarque sur trois segments : parmi les plus jeunes (16-34 ans), l’ancien président l’emporte de 50 % à 27 %. Dans l’électorat féminin, Lula compte 48 % contre 30 % pour Bolsonaro. Dans la fourchette de zéro à deux salaires minimums, PT obtient 51 % et Bolsonaro, seulement 28 %. Ces données expliquent le leadership de l’ancien président, souligne Lavareda.

L’électorat à faible revenu est le public cible des mesures que le gouvernement a réussi à faire adopter au Congrès il y a deux semaines. Même si cela n’a pas encore atteint les poches des gens, Bolsonaro et ses conseillers espéraient que l’approbation et la diffusion des mesures pourraient déjà commencer à influencer la recherche, ce qui ne s’est pas encore produit.

Période décisive

Selon Lavareda, l’évaluation des chefs de l’exécutif s’améliore généralement entre juin et juillet des années électorales, grâce aux « investissements publicitaires intenses qui ont eu lieu jusqu’au 30 juin, date limite de la législation électorale ». Au cours de la période, le volume des inaugurations et des actes officiels a également augmenté, ce qui, en 2022, a été renforcé par les efforts visant à faire baisser les prix du carburant et, surtout, par l’approbation du PEC qui « a dépassé pour la première fois de l’histoire le période d’interdiction légale et a créé de nouveaux avantages pécuniaires pour différents segments de l’électorat », souligne l’analyste.

Lire aussi : Lula gagne trois points et passe à 44 %, selon un sondage du FSB

« Ces faits ont alimenté l’attente d’un mouvement ascendant plus vigoureux de la courbe d’approbation du gouvernement, ce qui n’a pas encore été confirmé dans cette enquête. L’espoir du terrain officiel vise donc d’éventuels changements d’humeur de ceux qui recevront le premier versement de l’aide renforcée, une fois qu’elle leur parviendra début août », conclut-il.

Rapport d’enquête XP/Ipespe complet

Vous pourriez également aimer...