Le Brésil

Le Sénat approuve le « PEC do deseepero » face à l’échec du gouvernement Bolsonaro

São Paulo – Le Sénat fédéral a approuvé, par 72 voix pour et 1 contre, lors d’un vote au premier tour jeudi soir, la PEC 01/2022, qui permet au gouvernement de Jair Bolsonaro d’instituer l’état d’urgence. La Chambre a ensuite voté au second tour, avec l’approbation de 67 voix contre 1. Avec cela, l’exécutif est dispensé de respecter le plafond des dépenses et peut instituer des avantages sociaux, tels que l’expansion du programme Auxílio Brasil et l’aide au gaz, crée aux camionneurs et aux chauffeurs de taxi et finance la gratuité des transports publics pour les personnes âgées. Les mesures représentent des dépenses d’environ 40 milliards de reais et sont valables jusqu’au 31 décembre 2022. Le texte doit encore passer deux votes par la Chambre des députés.

Parce qu’elle a été présentée par le gouvernement à des fins électorales, la mesure a été baptisée « PEC du désespoir ». Selon les recherches, le gouvernement Bolsonaro est le principal responsable de la crise économique.

A trois mois des élections, la création de nouvelles prestations sociales serait interdite, mais, avec l’état d’urgence, cette restriction est renversée. Le rapporteur du texte, le sénateur Fernando Bezerra Coelho (MDB-PE), a accepté les suggestions de l’opposition et a retiré du libellé le terme interprété comme une carte blanche à Bolsonaro. Le passage prévoyait pour les mesures mises en place « la non-application de toute clôture ou restriction prévue par une norme de quelque nature que ce soit ».

Bolsonaro et ses alliés préparent une aide électorale, qui n’est valable que jusqu’en décembre

Le passage a été considéré comme une menace juridique et a été contesté par l’opposition lors des discussions d’hier. Pressée, Bezerra Coelho a accepté la critique et supprimé le passage. Le texte précise également que l’état d’urgence ne concerne que les mesures prévues par le PEC.

En raison de l’importance de l’ordre du jour, les sénateurs Fabiano Contarato (PT-ES), Randolfe Rodrigues (Rede-AP) et Leila Barros (PDT-DF) – en mission en Amazonie – ont voté par téléphone. Dans la région où ils se trouvent, la connexion Internet est difficile. Les trois parlementaires ont voté « oui », en faveur du PEC.

Pour Bolsonaro, le PEC n’est qu’électoral

L’opposition a voté pour, mais a exprimé sa protestation. « Le PEC est électoral, oui », a déclaré la sénatrice Zenaide Maia (Pros-RN). En plénière, le sénateur Jean Paul Prates (PT-RN) a guidé la banquette du parti pour voter en faveur de l’amendement à la Constitution, non sans critiques. « Un état d’urgence est trop grave pour être décrété à tout moment », a-t-il déclaré.

« Si la tendance se confirme, les gouvernements en fin de mandat vont créer le chaos au début de l’année (dernière) pour, à la fin, sortir la chèvre de la salle et tenter de se ressaisir électoralement », estime le PT. « Mais cela ne peut pas compenser le besoin d’avantages », a ajouté Prates.

Il a résumé la compréhension de l’opposition en la matière, selon laquelle la situation de pauvreté de la population brésilienne est le résultat de la politique néolibérale extrême du gouvernement Bolsonaro et de son ministre Paulo Guedes (Economie). Mais même ainsi, le parlement ne peut éviter d’aider la population en grande difficulté.

« L’échec économique du gouvernement Bolsonaro est patent, écrasant », a déclaré Prates. Cependant, « il est nécessaire de clarifier la nécessité de soutenir les plus nécessiteux », a-t-il déclaré. La position de l’opposition est la même que celle du vote sur l’aide d’urgence en 2020, lorsque le gouvernement a subi des pressions pour créer la mesure destinée à aider la partie la plus vulnérable de la population.

Découvrez l’intégralité de PROPOSITION D’AMENDEMENT A LA CONSTITUTION N° 1, DE 2022

Vous pourriez également aimer...