La Colombie

Le vélo d'occasion

02 août 2020-11: 40 p. m.
Pour:

Victor Diusabá Rojas

Parmi les nombreuses choses qui changent en raison de la pandémie, l'une d'entre elles est la mobilité. Plus encore dans les transports terrestres, pour des raisons de distanciation sociale nécessaire. En ce sens, peut-être que les médias de masse (bus et trains, là où ils existent) sont les moins désirés (une autre chose est la nécessité de les utiliser). Ensuite, les taxis et les applications, suivis des véhicules privés (voitures et motos), ces derniers soumis aux balancements des mesures restrictives.

Il reste alors à patte, ou à vélo. Et puis ce qui s'est passé devait arriver, que le vélo devienne la meilleure ressource pour se déplacer et vise à être pour l'avenir.

Ce qui est incroyable dans cette histoire, c'est que l'invention de cette machine à pédales par l'écossais Kirkpatrick Macmillan en 1839 est devenue plus que jamais nécessaire près de 180 ans plus tard, dans un monde comme celui-ci de 7 625 millions d'habitants et de clients potentiels.

Les diagnostics et les chiffres confirment cette situation. En Colombie, les distributeurs et les consommateurs se plaignent aujourd'hui de pénuries, tant de machines que de pièces détachées. En Europe, les ventes ont déjà triplé dans certains pays. Nous parlons d'un continent où l'utilisation du vélo a été un fait de proportions immenses ces dernières décennies, dans un mélange de tradition, de sens environnemental et de tendance.

Aux États-Unis, société si attachée à l'automobile, on dit qu'entre mai 2019 et le même mois de cette année, ce marché a grimpé de cinq mille pour cent. Les Chinois, également cyclistes de longue date, réclament aujourd'hui cinq fois plus qu'avant ce rouleau du nouveau coronavirus. Cela s'explique par le fait que nous, plus importateurs que monteurs, commençons à ressentir la pénurie d'approvisionnement.

Nous entrons ainsi dans un nouveau monde plein de vélos et de pistes cyclables qui commencent à donner naissance à un nouveau paysage dans les grandes villes et les petites villes. Il est clair que les dirigeants doivent garantir les droits de cette nouvelle tribu. Et les cyclistes, pour faire de leur pratique une avancée en termes d'environnement, de santé, de qualité de vie, en plus d'une immense contribution à la mobilité elle-même.

Face à tout cela et au milieu de la situation sociale et économique difficile qui nous attend, il vaut la peine de demander à ceux qui savent: N'y a-t-il pas ici une opportunité pour l'industrie nationale cherchant à satisfaire une partie de la demande nationale et, en même temps , envisager la possibilité de se développer jusqu'à apparaître dans le secteur du vélo, au moins dans le circuit régional?

Si vous regardez le classement des plus grands exportateurs de vélos, il y a des pointeurs de Chine, des Pays-Bas, d'Allemagne et d'Italie. Mais Taiwan, le Cambodge, le Portugal et la Pologne figurent également dans ce lot. Donnez-vous notre profil pour nous faire une place sur cette liste?

Dans l'affirmative, combien faudra-t-il pour que cela se produise avec un grand projet à moyen et long terme qui comprend des alliances stratégiques efficaces à l'étranger? Et quel type de réglementation faudrait-il élaborer pour éviter que cela ne s'arrête, comme c'est le cas pour tant d'entreprises, y compris celle des motos, en monopole?

Mais comme le temps a les choses, la première volonté est de satisfaire une urgence immédiate, celle du service à des millions de vélos dans le pays (en 2019 quelque 600 mille ont été vendus -source, Diario La República-, imaginez maintenant). Pour cette raison, les hommes et les femmes qui travaillent actuellement dans le métier respectable de cyclistes ne seront pas à la hauteur. Nous allons avoir besoin de beaucoup plus, une source d'emplois qualifiés à envisager.

La Seine a-t-elle senti ça? Et j'espère que plus tard, nous verrons le besoin d'avoir des milliers de nouveaux experts dans la fabrication de pièces, l'assemblage et la réalisation de bien d'autres choses dans cette somme de pignons qui font partie d'un phénomène fantastique né, comme tant d'autres, au milieu de l'un des pire crise. Ce dans lequel l'humanité est si experte, se construisant au milieu des tempêtes.

Suivez sur Twitter @VictorDiusabaR

Vous pourriez également aimer...