Le Brésil

Les employés de banque veulent rediscuter des conditions de travail

São Paulo – Lors d’un nouveau cycle de négociations avec la Fédération nationale des banques (Fenaban), hier (1er), le Commandement national des employés de banque a présenté des données sur la santé dans la catégorie et a alerté le secteur des entreprises. Selon les représentants des travailleurs, les banques représentent moins de 1 % du stock et des emplois dans le pays, mais représentent 3 % des arrêts maladie.

« Nous présentons un nombre alarmant de licenciements dans la catégorie, conséquence d’un travail quotidien épuisant, avec la confrontation d’objectifs abusifs et de harcèlement moral », a déclaré la présidente du Syndicat des employés de banque de São Paulo, Osasco et Région, Ivone Silva, une des coordonnateurs du Commandement. « Nous savons que le taux élevé de maladie est lié à une pression abusive pour atteindre des objectifs », a-t-il ajouté.

Ivone a cité en exemple la récente affaire qui a eu lieu à la Caixa Econômica Federal, qui s’est terminée par le départ du président de l’époque, Pedro Guimarães, après des allégations répétées de harcèlement sexuel et moral. Il y a quelques semaines, Santander a été condamné par le tribunal du travail à payer 275 millions de reais en compensation pour avoir inculpé des cibles abusives, dans le cadre d’une action du ministère public du travail (MPT).

Les distances grandissent

« Au cours des cinq dernières années, le nombre d’absences dans les banques a augmenté de 26,2 %, alors que globalement la variation était de 15,4 %. Les banques sont parmi les entreprises les plus exposées aux risques d’accidents du travail ou de maladies professionnelles au Brésil », a rappelé Ivone. En 2020, plus de 20 000 employés de banque (20 669) ont été supprimés, selon les données de l’INSS publiées par les syndicalistes. « En ne considérant que les départs accidentels, les troubles mentaux et comportementaux (comme le stress, la dépression, le syndrome panique) correspondaient à 55 % en 2021, en 2012 ce volume était de 30 % du total. Les congés dus au RSI/Dort sont passés de 40 % en 2012 à 23 % en 2021. »

« Les banques ont commencé la réunion en disant que les objectifs ne génèrent pas de maladie, que la maladie mentale n’est pas un problème pour les employés de banque. Mais nous avons prouvé que les employés de banque sont plus malades mentaux que dans les autres catégories », a déclaré la présidente de la Confédération nationale des travailleurs de la finance (Contraf-CUT), Juvandia Moreira, également coordinatrice du Commandement. « Pour clore la campagne, il faut avancer dans la lutte contre le harcèlement moral. »

Les employés de banque ont comme date de référence le 1er septembre. Les négociations sont divisées par sujet. Une proposition économique n’a pas encore été soumise.

Vous pourriez également aimer...