La Colombie

Les féministes demandent au CNE d’exiger la présence du candidat Hernández dans les débats présidentiels

Après que Gustavo Petro et Rodolfo Hernández ont été définis le 29 mai comme les candidats qui affronteront le second tour présidentiel, un groupe de féministes a demandé au CNE d’obliger Hernández à participer aux débats.

La pétition, dirigée par l’ancienne députée Ángela María Robledo, Il survient après ce mardi 31 mai, le candidat LIGA a déclaré sur Blu Radio qu’il n’était pas d’accord avec les débats en face-à-face, arguant qu’en deux minutes il ne peut pas faire connaître ses positions. Il a ajouté qu’il n’accepterait pas les invitations aux panels de groupe.

Il est important de souligner que le candidat à la présidentielle a brillé par son absence dans la plupart des débats qui ont été menées dans les médias, avant le premier tour. Hernández a basé ses interventions sur la virtualité. En fait, son discours après son exploit du dimanche 29 a été prononcé depuis son domicile, par le biais d’une émission en direct.

Diana Otavo, Juana Afanador, Viviana Vargas Vives, Martha Lucía Ortiz et Ana María Sánchez sont les militantes féministes qui, avec l’ancienne députée Ángela María Robledo, ont adressé la demande au CNE. Selon ses arguments, le candidat Hernández viole les règles électorales en n’assistant pas aux débats dans les médias.

« Mener trois (3) débats d’une durée maximale de soixante (60) minutes chacun, par et à la demande conjointe de tous les candidats à la présidence ou de certains d’entre eux, avec les règles et sur les thèmes qu’ils indiquent dans la requête pendant la période de la campagne présidentielle ». Cet article 23 de la loi 996 de 2005 établit le débat comme un droit des candidats et a été cité par le groupe féminin dans la demande, ainsi qu’une phrase qui le déclare exéquitable :

“Comprend le besoin de débat et considère qu’il est essentiel que les candidats exposent et clôturent l’exposition de leur programme politique. En outre, elle considère qu’il est essentiel que ces débats et expositions soient diffusés en même temps, condition qui est remplie avec le lien national des réseaux de radio et de télévision d’État », arrêt CC 1553/05.

C’est ainsi que les femmes demandent au CNE deux choses : la première, que des débats soient programmés dans les médias afin que les deux candidats au second tour puissent clarifier leurs positions et propositions au pays, dans le respect de la loi ; la deuxième, que le candidat Hernández soit invité à assister.

Dans le document transmis aux magistrats du Conseil national électoral, les signataires font également deux considérations au sujet de l’ancien maire de Bucaramanga. D’un côté, indiquer que son plan gouvernemental ne correspond pas aux propositions qu’il a faites sur les réseaux sociaux et qu’il a exposées dans ses prises de position.

« La proposition qu’il a déposée, en termes programmatiques, est très différente de ce qu’il souligne maintenant et cela devrait exiger de la cohérence de la part de M. Rodolfo Hernández », a déclaré l’ancienne députée Robledo.
D’autre part, expriment leur inquiétude et leur indignation face aux déclarations sexistes que le Santanderean a récemment faitespour lesquels ils exigent qu’il clarifie ses positions sur les femmes dans un débat.

« Nous, les femmes, dénonçons le caractère misogyne et sexiste des propos tenus par la candidate Hernández. Nous, les femmes, savons que le machisme tue, ces expressions de mépris et de mépris total pour la vie et la dignité des femmes mettent en danger la vie de millions d’entre elles », a conclu Robledo.

Vous pourriez également aimer...