Le Brésil

Les inégalités devraient conduire la pandémie de covid-19 à « rédiger jusqu’en 2022 »

São Paulo – La pandémie de covid-19 est encore pleine d’incertitudes. Alors que les scientifiques mettent en garde contre les dangers d’une reprise après la fin des mesures de protection, il existe des risques d’émergence de nouvelles variantes. Surtout avec le virus qui circule de manière intense et incontrôlée dans une grande partie du monde. L’inégalité vaccinale extrême entre pays riches et pays pauvres a également un impact sur le scénario de pandémie. À la lumière des faits, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme que la crise « s’éternisera facilement jusqu’en 2022 ».

L’OMS a renforcé les critiques sur la commercialisation de vaccins qui laisse une grande partie du monde sans surveillance, alors que plus de 70% des doses appliquées l’étaient chez des citoyens des 10 pays les plus riches du monde. Par exemple, le continent africain n’a complètement vacciné que 5% de sa population. Cette moyenne hors Afrique est de 40 %. Même le consortium Covax Facility, créé par l’OMS pour livrer des vaccins aux pays les plus pauvres, n’atteindra probablement pas 30% de son objectif de 2 milliards de doses. Jusqu’à présent, moins de 371 millions ont été livrés.

« Avons-nous vraiment besoin d’intensifier, ou savez-vous ce qui va se passer ? Cette pandémie durera un an de plus qu’il n’en faut. Je peux dire que nous ne sommes pas sur la bonne voie », a déclaré Bruce Aylward, directeur principal de l’OMS, dans un reportage de la BBC News. Il a souligné que les pays disposant d’une large disponibilité de vaccins devraient appliquer un « moratoire » sur l’application des troisièmes doses. L’idée de l’organisation est de vacciner au moins 10% de tous les pays avant que les doses de rappel ne soient appliquées aux personnes sans comorbidités ou immunodéprimées. Ainsi, le plus grand défi pour surmonter la pandémie est l’inégalité.

inégalité clé

Dans un autre communiqué publié aujourd’hui (21), le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom, a souligné la lenteur de la vaccination des professionnels de la santé dans le monde, en plus des grandes inégalités. Selon une enquête de l’entité, seuls deux travailleurs sur cinq sont complètement immunisés. La même étude indique qu’entre 80 000 et 180 000 professionnels sont décédés depuis le début de l’épidémie, en mars 2020. La grande marge d’erreur est liée à la sous-déclaration de certains pays, comme le Brésil, qui n’a pas adopté de politique au niveau gouvernemental. politique publique de lutte contre le virus. Au contraire, le gouvernement du président Jair Bolsonaro a dédaigné les morts et minimisé les virus, en plus d’être accusé de plusieurs crimes dans la gestion de la crise.

L’OMS a insisté sur le fait que ce groupe devrait être une priorité mondiale dans le processus de vaccination. Adhanom a estimé qu’il existe également de grandes inégalités régionales en ce qui concerne les décès de professionnels de la santé pendant la pandémie. « Il est évident que cette moyenne cache d’énormes différences entre les régions et les secteurs économiques. En Afrique, moins d’un agent de santé sur 10 a été entièrement vacciné, tandis que dans la plupart des pays à revenu élevé, plus de 80 % sont vaccinés avec le régime complet », a-t-il déclaré.

Équilibre

Avec près de 5 millions de morts dans le monde, le covid-19 est la plus grande crise sanitaire mondiale depuis la grippe espagnole en 1918. Au Brésil, 604.228 décès ont été enregistrés, selon un bilan du Conseil national des secrétaires à la santé (Conass), publié aujourd’hui. De plus, c’est le pays qui compte le plus de victimes du virus en 2021 et le deuxième depuis le début de l’épidémie, derrière les États-Unis, avec un peu plus de 700 000 décès et une population 50 % plus importante.

Inégalités et nombre de covid au Brésil
Les chiffres du Covid-19 au Brésil. Source : Conas

Au cours des dernières 24 heures, il y a eu 451 victimes sans données du Ceará, non informées avant la clôture du bilan. 16 852 nouvelles infections ont également été signalées, pour un total de 21 697 341 depuis le début de l’épidémie. La moyenne des décès et des cas quotidiens continue dans une tendance stable avec une légère augmentation depuis la semaine dernière. L’indice, calculé en sept jours, est de 369 victimes et 12 158 patients. La métrique des décès, qui était la meilleure depuis avril 2020, est désormais supérieure, au-delà de la période initiale de la pandémie, à la « vallée » (mouvement décroissant illustré dans le graphique) présentée en novembre de l’année dernière.

inégalité pandémique
Courbes moyennes de cas et de décès quotidiens par covid-19. Source : Conas

Vous pourriez également aimer...