Le Brésil

Les pétroliers respectent leur programme et veulent la prolongation de l'accord sur la pandémie

São Paulo – En période d'incertitude, les pétroliers veulent que la convention collective soit prolongée aussi longtemps que l'état de calamité publique dure jusqu'au 31 décembre. La santé et la sécurité sont des priorités, précise la Fédération unique des travailleurs du pétrole (FUP), qui a envoyé hier (23) à Petrobras et ses filiales la liste des réclamations dans la catégorie, approuvée lors d'un récent congrès national. L'accord est valable jusqu'au 31 août, la veille de la date de base.

«Le FUP a souligné que le degré élevé de contagion entre son propre personnel et son personnel externalisé aurait dû être suffisant pour reconnaître que faire face à la crise qui considère les travailleurs comme un objet et non comme le sujet de la situation est par nature inefficace», dit la fédération. Pour les membres du syndicat, il est nécessaire de discuter du retour aux activités en toute sécurité après la pandémie. Pour cette raison, l'extension de l'accord donnerait plus de tranquillité à la négociation, en plus de protéger «le maillon le plus faible de cette relation, que sont les travailleurs et leurs familles».

Le coordinateur général du FUP, Deyvid Bacelar, a ouvert la réunion avec le département des ressources humaines de Petrobras, critiquant ce qu'il a appelé la «position autoritaire» de la direction actuelle. Selon lui, la société d'État a pratiqué des actions antisyndicales et des persécutions politiques.

• Les travailleurs du pétrole disent que la privatisation de Petrobras est sur le radar du gouvernement

En outre, les dirigeants ont exigé la suspension immédiate de tous les processus de vente et de cession d'actifs, tant de Petrobras que de ses filiales. «Le FUP a de nouveau souligné que l'intensification des privatisations pendant la pandémie est au moins imprudente, lorsque les prix sont bas et que le marché subit une réduction drastique de la demande de produits pétroliers. Cela en soi rend injustifiables les ventes d'actifs qui réduisent et affaiblissent l'entreprise pendant et après la crise, mettant en péril l'avenir des travailleurs.

Part plus importante pour les actionnaires

Sur l'agenda économique, ils réclament un ajustement basé sur l'IPCA cumulé, estimé à 2,3%, en plus de 2,2% en augmentation réelle. Ce deuxième indice se réfère, selon la FUP, aux pertes sur la période 2016-2019.

«La direction de Petrobras prône la prévisibilité pour les actionnaires et les acheteurs, mais elle n'offre pas la même prévisibilité pour les travailleurs, qui sont responsables des résultats de l'entreprise», déclare FUP. «Alors que la direction de Castello Branco privilégie les actionnaires et le secteur financier, qui consomment plus de 30% de la richesse produite par les pétroliers, les travailleurs en conservent 12% et sont toujours accusés d'avoir un impact sur les coûts de l'entreprise.

La fédération des pétroliers affirme qu'en plus d'augmenter la rémunération au sommet, la société d'État a alloué 1,7 milliard de reais aux actionnaires pendant la pandémie. En 2019, il était de 9 milliards de reais.

"Juste pour avoir une idée de ce que cela signifie pour les travailleurs, les 10,7 milliards de reais versés aux actionnaires équivalent à presque le double de ce que Petrobras investit dans les SMS", déclare le FUP. L'acronyme est lié à la sécurité, à l'environnement et à la santé.

Vous pourriez également aimer...