Le Venezuela

Les raffineries du monde produisent moins et gagnent plus

La réparation des raffineries d’El Palito et du centre de raffinage de Paraguaná suscite l’intérêt des acteurs pétroliers et des analystes du marché, tant en raison de son impact possible sur les prix du carburant que de ses effets sur la géopolitique énergétique mondiale.

Sans aucun doute, l’impact à court et même à moyen terme est minime, mais à mesure que la capacité de production installée de 450 000 barils par jour d’essence de l’usine de raffinage nationale se redresse, l’intérêt mondial pour le système de raffinage national augmentera.

Aujourd’hui, les yeux des analystes de l’énergie sont tournés vers le plus grand raffineur du monde, les États-Unis, alors que des projets qui avaient été annoncés avant 2019, et retardés à plusieurs reprises par les restrictions liées au Covid-19, ont pris une importance renouvelée à la lumière de la capacité de raffinage américaine sous tension.

Au cours des dernières années, les raffineurs américains ont relativement peu investi dans l’expansion de la capacité lors des examens, en plus de quoi les perspectives à long terme de la demande de carburant pour le camionnage ont été affectées par les perturbations de la demande à court terme causées par la pandémie.

« Tout au long de 2020 et 2021, environ 1,5 million de barils par jour de capacité de raffinage aux États-Unis ont été fermés en raison de la baisse de la demande, et de nombreux observateurs de l’industrie ont estimé qu’il était probable que moins – et pas plus – de capacité de raffinage sera nécessaire raffinée à court terme », indique le rapport.

Selon l’analyste indépendant Paul Sankey, les États-Unis ont un « déficit structurel » de capacité de raffinage pour la première fois depuis des décennies. La capacité américaine a diminué de près d’un million de barils depuis avant la pandémie, pour tomber à 17,9 millions de bpj en février dernier, selon les dernières données fédérales disponibles.

Les stocks de carburant ont chuté pendant sept trimestres consécutifs. Ainsi, alors que le prix du pétrole brut a augmenté de 51 % cette année, les marges de raffinage de l’essence en Europe ont récemment atteint un record de 40 dollars le baril.

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) définit la marge de raffinage comme la différence nette de valeur entre les produits fabriqués par une raffinerie et la valeur du pétrole brut utilisé pour les produire, en tenant compte des coûts marginaux d’exploitation de la raffinerie.

Dans le même temps, la capacité mondiale de raffinage a été réduite en 2021 de 730 000 barils par jour (bpj), la première baisse en 30 ans, selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Le nombre de barils traités quotidiennement a plongé à 78 millions de bpj en avril, le plus bas depuis mai 2021, bien en deçà de la moyenne pré-pandémique de 82,1 millions de bpj.

L’interdiction américaine des importations russes a laissé les raffineries du nord-est des États-Unis à court de matières premières nécessaires à la fabrication de carburant.

La Russie a cessé d’utiliser 30% de sa capacité de raffinage en raison des sanctions occidentales, selon les estimations de Reuters. Les pannes sont actuellement d’environ 1,5 million de bpj, avec 1,3 million de bpj susceptibles de rester hors service jusqu’à la fin de 2022, selon les analystes de JP Morgan.

La Chine, deuxième raffineur au monde, a ajouté plusieurs millions de barils de capacité au cours de la dernière décennie mais a réduit sa production ces derniers mois en raison des restrictions liées au COVID-19, et a plafonné les exportations pour freiner l’activité de raffinage dans le cadre d’un effort de réduction du carbone émissions. Selon l’AIE, la production chinoise est tombée à 13,1 millions de bpj en avril, contre 14,2 millions de bpj en 2021.


Le pétrole brut vénézuélien était en moyenne de 88,70 dollars en mai et la production de 779 500 barils

Le prix du pétrole brut vénézuélien s’élevait en moyenne à 88,70 dollars en mai dernier sur les marchés internationaux, tandis que la production de pétrole faisait son affaire à 779 500 barils par jour, révèle un rapport de PDVSA.

Les données révèlent que le prix du pétrole marqueur vénézuélien, Merey16, a avancé de 5,3 dollars par rapport à la moyenne d’avril dernier, alors qu’il a grimpé de 33,81 dollars par rapport au prix fixé en décembre 2021.

De son côté, le prix moyen du baril de l’Opep est monté en mai à 113,94 dollars, contre 105,52 dollars le mois précédent, soit 7,98%. Au cours des douze derniers mois, le prix du baril de pétrole de l’OPEP a augmenté de 70,29 %.

La production pétrolière du Venezuela a connu une clôture ponctuelle en mai de 824 200 barils, supérieure à la moyenne atteinte jusqu’à présent cette année, de 793 000 barils par jour.

L’essentiel de la production provenait de la ceinture pétrolière de l’Orénoque, où PDVSA Petróleo et les sociétés mixtes ont extrait 506 600 barils à la fin du mois, pour une moyenne de 466 700 barils par jour en mai.

Oriente se classe deuxième avec 183 500 barils à la fin du mois, avec une moyenne de 181 100 barils par jour. Punta de Mata a terminé avec 118 600 barils et une moyenne de 116 200 barils par jour, respectivement.

Fin mai, l’Ouest produisait 127 300 barils avec une moyenne de 125 200 barils par jour. Là, avec les chiffres de la fin du mois, Sur de Lago et Trujillo étaient en tête avec 37 000 barils, puis Costa Oriental 32 500 barils, Lago 32 300 barils et Costa Occidental 25 600 barils.

L’apport de Costa Afuera a été d’à peine 2 170 barils.


L’utilisation de l’essence automobile a remplacé 359 000 litres d’essence par jour en 2021

Alors que PDVSA Gaz prévoyait pour 2021 une consommation de 81 400 000 m3, mais les véhicules équipés de bicarburants, Gaz-essence, utilisaient 113 497 658 m3 (403 802 m3/jour), de Gaz Naturel Véhicule (GNV), ce qui équivaut à un rejet de 119 172 541 litres (358 953 litres/jour) de carburant liquide.

« Cette consommation représente un pourcentage de conformité de 146% et se traduit par un nombre estimé de 20 000 unités servies quotidiennement dans les points de vente », indique le rapport de la filiale. « Il existe des preuves d’une augmentation significative de la consommation de gaz naturel comprimé, GNC, en raison de la diminution de l’approvisionnement en carburant liquide dans les stations-service, ce qui a favorisé l’utilisation du GNC par les véhicules. »

En ce qui concerne la libération d’énergie équivalente au combustible liquide, pour l’année 2021, une moyenne de 198 000 litres / jour était prévue, cependant, fin décembre, une libération moyenne de 323 000 litres / jour a été atteinte, atteignant un pourcentage de conformité de 181%.

Pour booster la consommation de GNV, la filiale assume les politiques du Plan de la Patria 2019-2025, dans lequel il est proposé de construire un modèle de villes, d’urbanisme et de bâtiments éco-socialistes, dans le respect des variables géographiques, des traditions et coutumes, dignes et efficaces pour le développement du bien-vivre.

En outre, l’objectif est de consolider un nouveau modèle de développement urbain écosocialiste qui soit une expression dialectique et un outil de lutte et de développement d’un modèle urbain inclusif et qui, à son tour, valorise la construction concrète et historique des espaces, culturels, politiques, la démocratie économique et sociale dans l’expression urbaine de la société.

Au cours de la période, l’accent sera mis sur la promotion de villes économes en énergie, grâce à l’utilisation de technologies économes en énergie, ainsi que sur celles basées sur l’utilisation d’énergies propres, ce qui comprend la génération d’une politique de transport public, ainsi que son développement industriel et système technologique pour l’utilisation du gaz et des systèmes alternatifs.

« Nous nous dirigeons vers l’utilisation du Gaz Naturel pour Véhicules (GNV) comme carburant principal pour les transports en commun », précise-t-il. L’incorporation d’ateliers de conversion sera faite pour l’installation du système bi-carburant pour les véhicules à moteur, avec un système de carburant liquide, ainsi que pour les systèmes de transport qui l’exigent au niveau national ».

La Direction Générale d’AutoGas, à fin décembre 2021, dispose d’un réseau de 107 points de vente de Gaz Naturel Comprimé (GNC) opérationnels, qui garantissent l’approvisionnement en gaz automobile dans 15 États du pays, dans les Districts Centre, Métropolitain, Est et Ouest , dont 44 points de GNC prioritaires pour les transports publics.

Vous pourriez également aimer...