« Le blocage rendra les universités ingérables », déclare Andifes

Brasil de Fato – Le blocus de 1 milliard de reais dans le budget des universités fédérales annoncé par le gouvernement du président Jair Bolsonaro (PL) rendra leurs administrations irréalisables. C’est l’avis de Marcus Vinicius David, doyen de l’Université fédérale de Juiz de Fora (UFJF) et président de l’Association nationale des directeurs des établissements fédéraux d’enseignement supérieur (Andifes).

David s’est rendu à Brasilia ce mercredi (1er) pour des audiences avec des ministres et des parlementaires cherchant à inverser la coupe annoncée vendredi (27). Lors des réunions, il tient à préciser que la situation financière des universités, qui se détériore depuis 2016, deviendra insoutenable avec le confinement.

« Les universités seront ingérables », a-t-il déclaré, Brésil de facto. « Il n’y aura pas d’argent pour payer la sécurité, le ménage, les bourses… »

Ce type de dépenses est payé à même le budget dit discrétionnaire des universités. Il sert à financer l’intégralité du coût des établissements, à l’exclusion de la rémunération des enseignants et autres salariés de carrière. Ces comptes font partie du budget obligatoire.

Plus tôt cette année, Bolsonaro avait sanctionné un budget qui prévoyait le transfert de 5,33 milliards de BRL pour les dépenses discrétionnaires des universités. Ce montant était déjà inférieur de 12 % à celui qu’il avait réservé pour les mêmes dépenses en 2019, la première année de son gouvernement. Il est encore plus bas après le verrouillage de la semaine dernière.

:: Nos universités ne peuvent pas être privatisées ::

Selon David, le blocage est linéaire, c’est-à-dire que la réduction est du même pourcentage pour tout le monde. La diminution sera de 14,5 % des ressources dont disposent les universités pour payer leurs dépenses et réaliser leurs projets. Selon les données compilées par Andifes, les établissements d’enseignement sont proportionnellement touchés.

L’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), par exemple, a vu plus de 48 millions de R$ de son budget bloqué, car elle disposait de la plus grande allocation prévue. L’Université fédérale du Paraná (UFPR) et l’Université fédérale de Pernambuco ont, à leur tour, perdu environ 25 millions de BRL chacune avec le blocus.

Nelson Cardoso Amaral, président de l’Association nationale pour la recherche sur le financement de l’éducation (Fineduca), a déclaré que la réduction rendra encore plus préoccupante une « situation déjà dramatique ». « Une crise qui était déjà grave s’aggrave », a-t-il déclaré.

Lire la suite : L’éducation et le travail concentrent les coupes de Bolsonaro

Selon lui, les universités ont déjà du mal à payer leurs factures les plus élémentaires, comme l’eau et l’électricité. Honorer les subventions de recherche ou les versements de bourses aux étudiants défavorisés est alors devenu impossible.

« L’avenir du pays est compromis », a déclaré Amaral, qui est également professeur à l’Université fédérale de Goiás (UFG). « Un gouvernement qui coupe les ressources des universités, de la recherche et de la santé n’a aucun projet pour le pays. »

::Les budgets des universités ne remplacent pas les pertes, et les doyens craignent l’effondrement ::

Selon un article de journal Le globe, entre 2019 et 2020, les universités fédérales ont enregistré des baisses d’inscriptions (de 1,3 million à 1,2 million). Cela ne s’était pas produit depuis 1990. Selon David, d’Andifes, cela est lié à la perte de ressources.

Il a expliqué que la pandémie de coronavirus a imposé des difficultés supplémentaires aux étudiants pour assister aux cours. Sans ressources, les universités ne pourraient pas les aider. Beaucoup ont abandonné le cours.

« Nous n’avons pas les ressources pour réagir », se plaint David. « Il s’agit d’une crise très grave qui aura des conséquences sur le pays pour les années à venir. »

★★★★★