Le Venezuela

Les sanctions contre la Russie révèlent une profonde crise économique en Europe

La chute de l’euro par rapport au dollar, qui l’a laissé pour la première fois au pair avec la valeur de la monnaie nord-américaine, a révélé la crise économique à laquelle le bloc composé de 27 pays européens est confronté depuis au moins une décennie .

Le déficit budgétaire croissant des petites économies, le ralentissement de la croissance de l’ensemble du bloc, le départ du Royaume-Uni (Brexit) et maintenant le conflit russo-ukrainien, où l’Union européenne a choisi de « punir » la Russie, malgré Parce que cela stratégie a été décrite par les économistes et les politiciens comme un suicide économique, ils font partie des principales causes de l’Europe confrontée à sa pire crise depuis des décennies.

crise structurelle

Parmi les premières difficultés rencontrées par l’Union européenne et qui ont déclenché l’alarme sur le modèle économique du bloc, figurent les crises bancaires en Espagne et en Irlande (2008). Par la suite sont venues les crises économiques au Portugal et en Grèce en raison de l’incapacité à honorer leurs obligations fiscales et de dettes. Dans les deux scénarios, l’UE a eu recours à des programmes « d’assistance financière » dont la principale condition était la subordination de ces pays aux mandats fiscal, monétaire et budgétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

A cela s’ajoute le retard dans le développement des nouvelles technologies et de l’ingénierie de pointe pour la production industrielle que la plupart de ses membres enregistrent, l’Allemagne étant le seul pays du bloc à avoir orienté sa politique vers ce domaine au cours des 20 dernières années.

Comme troisième facteur qui a réduit les possibilités de croissance du bloc européen, c’est le changement démographique qui, dans cette région, se caractérise par la baisse du taux de natalité, entraînant le vieillissement de la population et la diminution de la main-d’œuvre active. avec une capacité technique et scientifique pour le développement productif.

Concernant ces derniers, le vieillissement entraîne une croissance soutenue de la population active inactive qui pèse lourdement sur le budget des États qui doivent garantir le paiement des retraites dans un système de protection sociale à coût élevé, entraînant avec lui des déséquilibres fiscaux difficiles à maîtriser. du fait de l’absence de politiques monétaires et budgétaires nationales, puisque celles-ci sont dictées par la BCE.

dépendance énergétique

L’une des grandes faiblesses du bloc européen est la dépendance énergétique qu’il a développée du fait de l’absence d’importants gisements d’hydrocarbures nécessaires à la consommation de l’industrie et de la population.

Actuellement, les pays qui composent l’Union européenne ne parviennent à garantir qu’un peu plus de 41 % du gaz et du pétrole dont ils ont besoin, alors qu’ils importent plus de 24 % de ces ressources de Russie et 33 % de divers pays producteurs, selon des informations publiées. données par le Centre de documentation européenne d’Almería.

Cette dépendance énergétique devient beaucoup plus prononcée lorsqu’elle est pointée du doigt dans le gaz, principal combustible de l’industrie du chauffage et de l’électricité du bloc, où les pays européens atteignent 83,6 % de dépendance extérieure, la Russie étant le premier fournisseur avec 41 %.

Cette sujétion accroît la vulnérabilité économique de ces pays qui, en lien avec les États-Unis, ont entrepris de promouvoir une diversification des marchés de l’énergie en vue de se débarrasser de la forte dépendance au pétrole et au gaz russes, pariant sur l’isolement du géant eurasien et des négociations avec des producteurs du Moyen-Orient, dont l’Iran, et des producteurs sud-américains comme le Venezuela.

« Notre dépendance au gaz et au pétrole russes est sans doute allée trop loin (…) Cette dernière décision de la Russie ne fera qu’accélérer la conversion de l’Europe aux énergies vertes qui ne créent pas de dépendances et ne menacent pas le climat », a déclaré le Haut Représentant. de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, Josep Borrell.

Sanction boomerang

Le bloc européen a décidé de rejoindre la stratégie de sanctions promue par les États-Unis contre la Russie, sous l’argument d’une « punition » au gouvernement russe pour avoir encouragé l’opération militaire spéciale en Ukraine afin de libérer la région du Donbass qui était constamment assiégée du régime de Kyiv.

Ces sanctions ont signifié plusieurs « sacrifices » pour l’Union européenne, avec un accent plus prononcé sur l’énergie en raison de sa forte dépendance au gaz russe, ainsi que sur l’alimentation, la Russie et l’Ukraine étant les principaux fournisseurs de céréales et d’engrais du bloc européen.

« Coupez le gaz dans vos maisons, réduisez la dépendance de ceux qui attaquent l’Ukraine », a demandé Borrell le 9 mars lors de son discours devant le Parlement européen.

Cette attaque contre la Russie a fait augmenter le prix du gaz en Europe de 60%, atteignant des niveaux historiques qui affectent le consommateur qui a vu ses factures augmenter. Elle impacte également le reste de l’économie de la même manière en raison de la hausse des carburants et de l’électricité que les entreprises vont finalement répercuter sur le coût de leurs produits.

La plus grande preuve de l’augmentation du coût de la vie sur le vieux continent est l’inflation qui, pour la première fois depuis la création de l’euro, a dépassé les 8 points de pourcentage, s’établissant à 8,6 % sur un an à fin juin. .

Cette crise économique a secoué les gouvernements européens qui ont connu une vague croissante de protestations comme dans le cas de la France, des Pays-Bas, de l’Allemagne, de l’Italie, de l’Espagne, ainsi que des grèves dans les secteurs de l’agriculture et des transports.

De même, ce séisme économique, ajouté à des scandales internes, a été un facteur déterminant pour la démission de certains dirigeants comme Boris Johnson au Royaume-Uni et Mario Draghni en Italie.

Pas de solutions immédiates

Au milieu de ce scénario, la plus grande peur qui envahit l’Europe est l’arrivée de l’hiver où, comme d’habitude, la demande d’énergie augmente, ceci sans que les gouvernements aient trouvé une solution à court terme pour atténuer les effets que contre leurs pays ont le sanctions qu’ils ont imposées à la Russie.

À l’heure actuelle, le duo États-Unis-UE mène des manœuvres dans le but de promouvoir les pays du Moyen-Orient et d’Amérique latine à fort potentiel de production de gaz et de pétrole, afin de maximiser leur capacité à remplacer l’approvisionnement russe des deux hydrocarbures, une situation qui Cela semble complexe, comme l’a désespérément expliqué le président français Emmanuel Macron à son homologue américain Joe Biden quelques instants avant d’entrer dans le lieu où se tiendrait le sommet du G7 au Royaume-Uni.

« J’ai eu une conversation avec MbZ (Cheikh Mohammed bin Zayed al-Nahyan des Émirats arabes unis) et il m’a dit deux choses. Que je suis au maximum, au maximum (de capacité de production). C’est ce qu’il prétend. Et puis il a dit que les Saoudiens pouvaient augmenter de 150 (mille barils par jour). Peut-être un peu plus, mais ils n’ont pas de grandes capacités », a-t-on entendu dire Macron.

Par la suite, la présidence française, en marge de ce sommet, a déclaré la nécessité de diversifier les sources d’approvisionnement en pétrole », où ils demandent d’inclure le Venezuela et l’Iran, pour lesquels ils préconisent que les États-Unis lèvent toutes les restrictions que la Maison Blanche a imposé à ces pays de limiter leur capacité de production et de commercialisation.

« Il faut que les pays producteurs pompent plus exceptionnellement (…). Le pétrole vénézuélien doit aussi pouvoir revenir sur le marché », insistent-ils.

Les propos de Macron à Biden, ajoutés à l’appel des États-Unis à desserrer les liens imposés au Venezuela et à l’Iran, montrent la course contre la montre que mène l’Union européenne pour résoudre la crise énergétique qui commence déjà à faire des ravages et mettant en évidence la crise économique profonde à laquelle ces pays sont confrontés depuis au moins une décennie.

Vous pourriez également aimer...