Le Brésil

L’exclusion scolaire pendant la pandémie a principalement affecté l’éducation de base – #Jornal da USP

Les enfants âgés de 6 à 10 ans représentaient 40% des élèves sans accès à l’éducation au Brésil en novembre 2020

Photo : Musée de Bakken/Reproduction

MPlus de 5 millions d’enfants et d’adolescents âgés de 6 à 17 ans n’avaient pas accès à l’éducation dans le pays en novembre 2020, selon l’étude L’exclusion scolaire au Brésil, réalisé par l’Unicef ​​en partenariat avec le Cenpec (Centre d’études et de recherche en éducation, culture et action communautaire). Parmi ceux-ci, plus de 40 % étaient des enfants âgés de 6 à 10 ans, dont la scolarisation était pratiquement universelle avant le début de la pandémie.

Bien que la pandémie indique une aggravation du nombre d’alphabétisés dans le pays, les données de la dernière enquête nationale par échantillon de ménages, par l’IBGE, réalisée en 2019, avant même le début de la pandémie, montrent qu’il y avait 11 millions d’analphabètes dans le pays. Brésil. Le principal problème est celui des élèves qui avancent dans les années scolaires sans maîtriser les bases de la langue. « Ces retards, accumulés, auront un impact sur différentes années scolaires, même parce que ceux qui ont finalement eu une littératie précaire peuvent régresser dans ce processus », explique l’enseignant José Marcelino de Rezende Pintode la Faculté de Philosophie, Sciences et Lettres de Ribeirão Preto (FFCLRP) à l’USP.

Les impacts et les conséquences de la fermeture des écoles pendant la pandémie font encore l’objet d’études. Pourtant, même avec la crise du covid-19, le retour des élèves dans le milieu scolaire est une réalité et amène la discussion sur la qualité de l’enseignement, la formation des enseignants et le budget de l’éducation.

José Marcelino de Rezende Pinto – Photo : Publicité

La qualité de l’enseignement dépend des modèles d’enseignement considérés comme prêts, qui sont souvent réalisés par des professionnels extérieurs au domaine, sans connaissances spécialisées. « Nous avons le livre de Diane Ravitch, qui analyse le système éducatif américain et montre comment cette tentative d’imposer des modèles comme des bonus et autres tactiques similaires ne génère que des dysfonctionnements », explique Rezende Pinto.

Une pièce fondamentale dans la formation des étudiants est, sans aucun doute, l’enseignant qui doit être inséré dans la recherche dans le domaine. « Il faut comprendre que l’éducation est une activité artisanale, c’est une activité qui dépend beaucoup de l’enseignant. Il existe un certain consensus dans la recherche aux États-Unis et dans le monde sur le fait que l’enseignant fait la différence », déclare Rezende Pinto.

Au Brésil, il y a comme axe la formation de l’enseignant en tant que chercheur, qui aide l’enseignant à identifier les problèmes au sein de la classe. « Cet enseignant, dans sa prestation professionnelle en classe, doit être attentif comme un bon chercheur pour voir les difficultés, c’est la question la plus importante », mentionne Rezende Pinto.

Les enseignants étant l’un des piliers de l’éducation, il est nécessaire de structurer leur carrière pour être attractifs. En chiffres, le Brésil dispose d’un nombre suffisant de professionnels dans différents domaines de l’éducation, mais nous avons encore des professeurs travaillant dans des domaines qui ne sont pas leur spécialité. Cela est dû à la faible rémunération des enseignants, ce qui les oblige à avoir des charges de travail de plus de 40, 50 heures par semaine afin d’obtenir une rémunération adéquate.

En faisant une comparaison avec d’autres professions, on peut observer la disparité des salaires des professionnels ayant le même degré de formation. « Un professeur au Brésil gagne aujourd’hui la moitié de ce qu’un économiste du même niveau d’éducation gagne, un tiers de ce que gagne un avocat, un cinquième de ce que gagne un médecin », dit Rezende Pinto.

L’analphabétisme scientifique, explique le professeur, est également l’un des problèmes rencontrés à l’université, car les étudiants entrants n’ont pas un niveau d’apprentissage suffisant pour suivre les matières. Par rapport aux systèmes éducatifs actuels en Europe, la qualité de l’éducation brésilienne doit encore s’améliorer, notamment en ce qui concerne le niveau de formation requis des enseignants et le nombre d’élèves par classe.

Au Brésil, les dépenses par étudiant sont encore inférieures à celles des pays développés, selon un document officiel de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques). « Les dépenses moyennes des étudiants dans les pays développés, à parité en dollars, sont trois fois supérieures à celles du Brésil. La Corée du Sud, qui est toujours citée en exemple, dépense par élève environ quatre fois le montant dépensé par élève au Brésil », explique Rezende Pinto.

photo : flickr

Le professeur Rezende Pinto attire également l’attention sur le réseau de l’État à São Paulo. « Ce doit être le plus grand système scolaire public au Brésil dans l’éducation de base, il y a 3 millions et demi d’élèves et la moitié des enseignants sont temporaires, ont des contrats précaires et enseignent dans des écoles exactement là où se trouvent les enfants qui ont le plus besoin d’une éducation de qualité, à la périphérie des grandes villes et dans les zones rurales où les enfants auraient besoin d’un enseignant expérimenté et bien formé », explique l’enseignant.

Dans une note, le secrétaire à l’éducation de l’État de São Paulo (Seduc-SP) précise que « l’État a été le premier au Brésil à avoir l’autorisation du Conseil d’État de l’éducation pour mettre en place des cours à distance, rendus possibles par les médias de l’éducation Centre (CMSP) ». Toujours selon la note, « pendant la phase d’urgence du Plan SP pour faire face à la pandémie, les écoles n’ont ouvert que pour les élèves les plus vulnérables, selon CadÚnico. Et, en phase rouge, les écoles pourraient recevoir 35% d’élèves. En tout cas, les reprises de janvier et juillet se sont déroulées en présentiel – avec la présence facultative en janvier ».

Concernant l’appréciation des enseignants, le Seduc informe que « la nouvelle carrière d’enseignant, instituée en mars 2022, à travers la loi complémentaire n° réseau d’Etat ».

Le modèle, comme l’explique la note, « permet des majorations de 5 % à 10 % pour les masters et les docteurs ; une évolution de carrière plus rapide, avec des écarts de seulement deux ans ; possibilité de prendre le temps d’écart de développement de carrière actuel vers la nouvelle carrière et d’accélérer la progression ; évolution par la performance et le développement, entre autres innovations ». Il conclut en disant que l’enseignant a la possibilité de ne pas migrer vers la nouvelle carrière d’enseignant.

Par : Laura Oliveira et Eduardo Nazaré

Vous pourriez également aimer...