L’héritage et les souvenirs de Primo Levi – Jornal da USP #jornaldausp

La nouvelle édition du magazine «Literatura e Sociedade» célèbre le centenaire de l’auteur italien et revisite ses œuvres

Par Guilherme Gama

Art sur la couverture du numéro 32

« Ecrire un poème après Auschwitz est un acte barbare », a déclaré Theodor Adorno. Barbare ou pas, c’est ce qu’a fait Primo Levi (1919-1987), après avoir survécu onze mois dans ce camp de concentration sous le régime nazi. L’écrivain a utilisé des mots dans des histoires courtes, des poèmes et des romans pour raconter son expérience, même s’ils la considéraient impossible à décrire, et a laissé un héritage de contributions et d’inspirations pour les études humanistes jusqu’à aujourd’hui. En regardant les œuvres de Levi’s, le Département de théorie littéraire et de littérature comparée de la Faculté de philosophie, lettres et sciences humaines (FFLCH) de l’USP lance une nouvelle édition du magazine Littérature et société. La publication porte le nom de l’écrivain honoré depuis 100 ans et rassemble quatre articles qui analysent ses œuvres, en plus de six autres, qui en parallèle amènent d’autres discussions critiques.

Dans Les noyés et les survivants: les crimes, publié en 1986, Levi reconstitue les souvenirs de la vie quotidienne hostile dans le camp d’Auschwitz et réfléchit aux conditions de l’Holocauste. À partir de ce travail, à son tour, Pedro Spinola Pereira Caldas, de l’Université fédérale de l’État de Rio de Janeiro (Unirio), reflète le concept d’événement dans l’article intitulé L’événement limite dans Primo Levi: une lecture de Les noyés et les survivants. Spinola s’appuie sur l’historien Saul Friedländer pour comprendre l’événement limite comme «l’événement capable de tester les catégories traditionnelles de connaissance et de représentation »et vous oriente vers les mémoires d’Auschwitz.

«J’ai l’intention d’examiner ici les souvenirs de expériences extrêmes, des infractions subies ou infligées. »

« Comme cas limite de la déformation de la mémoire il y a sa suppression.

Voici quelques phrases extraites par Spinola, dans sa réinterprétation de l’oeuvre de Levi, dans lesquelles il observe la présence de termes liés à l’idée de limite et les utilise pour établir des analyses dans le rapport de la limite de parler avec, à, pour et par l’autre.

Toujours en dialogue avec d’autres auteurs, une autre proposition d’analyse des œuvres de Levi est vue dans Figurines de survie dans Primo Levi, par Andréa Borges Leão et Antonio Cristian Saraiva Paiva, tous deux de Université fédérale du Ceará, Fortaleza (UFC). Cette fois, le livre vedette est Le tableau périodique, dans lequel Primo Levi, qui était également chimiste, développe son récit sur l’expérience d’Auschwitz en métaphore avec les éléments chimiques du tableau périodique, organisé par également le chimiste Dmitri Mendeleev. Pour aborder la construction de l’auteur sous l’angle de la sociologie, le sociologue allemand Norbert Elias est invité à révéler les figures de la survie, ainsi que Michel Foucault et de nombreux autres penseurs sociaux.

«Le modèle d’interprétation construit par Elias permet l’établissement d’un tableau comparatif large et détaillé entre des sociétés éloignées dans le temps et dans l’espace, nous amenant à nous interroger sur les possibilités d’équivalences entre différents processus de civilisation. Ce qui nous relie, même à distance, aux formalités de l’existence, aux schémas de coexistence sociale des courtisans français, anglais et allemands, dans les siècles précédant les directions décrites par des changements sociaux et psychiques à long terme », affirment Andréa et Saraiva.

Primo Levi – Photo: Reproduction

Plus éloigné des contributions de Levi, dans la section Bas de page, Edinael Sanches Rocha utilise l’écrivain brésilien João Guimarães Rosa, plus précisément au feuilleton Buriti, pour extraire la relation du récit avec la culture traditionnelle des peuples indigènes d’Amérique. Dans son analyse, l’auteur analyse les références à Curupira, personnage caractéristique du folklore brésilien, contenues dans l’œuvre de Rosa et met en évidence la relation entre l’intrigue et les mythes de la création du monde communs aux indigènes des Amériques. « Les quelques réflexions faites ici, nées de la comparaison du travail rosien avec les cultures, habitudes et mythologies autochtones, ne sont que le signe de tout ce que le texte de l’auteur de Minas peut encore (re) révéler», considère Sanches.

Toujours dans cette section, l’article Bardes, plumes et armes: production littéraire dans la presse afro-brésilienne, de Petrônio Domingues et Ruan Levy Andrade Reis, explore les textes littéraires publicains dans la presse compris comme noirs au Brésil entre les années 1915 et 1931, en se concentrant sur les témoignages historiques imprimés dans les périodiques de l’époque, qui se distinguaient par l’espace inhabituel prévu pour les poèmes, contes et romans. L’étude montre des personnages célèbres du mouvement noir et met en lumière leurs œuvres littéraires imprimées sur papier. Cependant, non seulement en analysant la trajectoire et le style de noirs notoires tels que José do Patrocínio et Luiz Gama, «l’article est pertinent car il traite de poètes méconnus et invisibles du système littéraire brésilien, analysant leurs trajectoires et leurs styles, et indexer les informations sur la presse noire comme support et archive de textes littéraires », soulignent les chercheurs dans ce qu’elle informe la fonction d’énonciation, de visibilité et de soutien à la production intellectuelle noire dans les journaux.

Couverture du numéro 32

Selon l’auteur, cette presse a joué un rôle très important en tant que centre de communication et d’agglutination pour les intellectuels afro-brésiliens. «La presse noire a servi de canal pour diffuser des idées non seulement dans le domaine journalistique (« nouvelles »), mais aussi dans le domaine littéraire», disent-ils.

Le magazine a également un entretien avec le professeur, traducteur et chercheur français Michel Riaudel en juin 2019, accordé à Raquel Machado Galvão, sur l’œuvre de la poète Ana Cristina Cesar, en plus de la revue Du livre La représentation de l’espace et du pouvoir à Mário de Carvalho: apologie de la subversion, par le chercheur Márcia Manir Miguel Feitosa, de l’Université fédérale de Maranhão (UFMA).

La nouvelle édition du magazine Littérature et société, du Département de théorie littéraire et de littérature comparée de la Faculté de philosophie, lettres et sciences humaines (FFLCH) de l’USP, est disponible à ce lien.

.

.

★★★★★