Le Brésil

L'hôpital das Clínicas de Ribeirão Preto lance une note de répudiation de la pression pour l'utilisation du «kit covid» – Jornal da USP

L'Hôpital das Clínicas de l'École de médecine Ribeirão Preto (HCFMRP) de l'USP a lancé ce mercredi 12 août, une note de répudiation des attitudes de la presse et des publications sur les réseaux sociaux qui accusent les services de santé publique d'irresponsabilité pour ne pas avoir adopté les soi-disant «kits covid». Le document est signé par 25 autorités qui composent les organes de gestion du soi-disant Complexe de Santé Académique, qui regroupe le FMRP, l'Hospital das Clínicas de la FMRP et la Faepa (Fondation d'Appui à l'Enseignement, à la Recherche et à l'Assistance au HCFMRP), qui comprend le Hôpitaux d'État de Ribeirão Preto et des villes de Serrana et Américo Brasiliense, en plus du Centre de référence pour la santé des femmes de Ribeirão Preto (Mater). Lisez la note complète ci-dessous.

communiqué de presse

Nous, soussignés, professeurs, médecins, directeurs, chefs de départements et autres professionnels de la santé de la faculté de médecine Ribeirão Preto, Université de São Paulo (FMRP-USP), Hospital das Clínicas, École de médecine Ribeirão Preto, Universidade de São Paulo (HCFMRP-USP) et des entités gérées par la Fondation d'Appui à l'Education, à la Recherche et à l'Assistance (Faepa) nous avons vu le public exprimer notre rejet des insinuations exprimées par certains organes de presse et sur les réseaux sociaux en ce sens qu'il y aurait irresponsabilité services de santé publique pour ne pas adopter les soi-disant «kits covid» qui, selon l'opinion exprimée dans ces véhicules, seraient efficaces pour prévenir les formes graves de covid-19. À cette fin, le contenu se propage avec des exemples répétés de villes du Brésil où, selon les opinions des maires et des habitants, des résultats favorables ont été obtenus avec la répartition de la population de ces médicaments.

Il convient de préciser que ces avis n'ont pas de base scientifique solide, ayant été réfutés par des études très récentes, méthodologiquement très bien menées, qui, à l'unanimité, soulignent une absence totale d'effet protecteur ou curatif de médicaments tels que l'hydroxychloroquine et l'azithromycine dans toute phase évolutive des cas de covid. -19.

Basées uniquement sur l'opinion de certains, ces informations défendent également l'utilisation de produits tels que l'ivermectine, le nitazoxanide, le zinc, la vitamine D et l'ozone, jamais soumis à des études contrôlées, attaquant le bon sens et les pratiques scientifiques modernes. Outre l'absence de tout appui scientifique à l'usage de ces médicaments, qui justifierait leur distribution à la population, les bénéfices proclamés dans certaines villes ne résistent pas du tout à une comparaison objective des indicateurs épidémiologiques du covid-19, avec d'autres villes de population similaire autres que celles utilisation.

L'insistance à transmettre ces fausses informations au public constitue une grave irresponsabilité de la part des créateurs de ces contenus et de certains organes de presse, puisqu'elles amènent le public à croire à des solutions prétendument miraculeuses et à ingérer des médicaments qui, en plus d'être inefficaces pour le covid- 19, ont des effets secondaires potentiellement graves. Et plus encore, éprouver un faux sentiment de sécurité qui conduit éventuellement à un assouplissement des mesures scientifiquement prouvées comme ayant un fort impact sur l'interruption de la chaîne de transmission, comme la distance sociale, l'utilisation continue d'un masque et l'hygiène des mains correcte et constante .

Nous soulignons qu'avec les ressources dont nous disposons et avec le grand effort et l'engagement des équipes hospitalières et administratives, les résultats de soins obtenus par les hôpitaux du complexe HCFMRP-USP-Faepa démontrent une prise en charge sûre et de qualité pour les patients admis par covid-19, comparable aux meilleurs hôpitaux du Brésil et des pays développés.

En outre, le protocole de prise en charge du HCFMRP pour les patients atteints de covid-19 est fréquemment revu par une équipe d'experts, et également mis à jour selon les dernières publications scientifiques et les bonnes pratiques médicales.

Enfin, nous avons un engagement signé avec la Société qui nous conduit à utiliser les meilleurs traitements disponibles et nous n'hésiterions pas à offrir ces médicaments s'il n'y avait aucune base pour les justifier.

Si le droit de chaque professionnel de la santé de prescrire les médicaments qu'il juge appropriés pour ses patients doit être respecté, en assumant individuellement la responsabilité de ses actes, il ne peut être convenu avec les politiques publiques qui allouent des ressources substantielles aux traitements sans preuve de leur efficacité, alors que au lieu de les appliquer à des équipements et thérapies déjà consolidés pour faire face à cette grave maladie.

Qu'il soit clair, par conséquent, que ce type d'information est très préjudiciable à la communauté et rend un très mauvais service aux efforts des établissements de santé engagés pour le bien-être de la communauté et dans la lutte contre la grave pandémie que nous traversons.

Ribeirão Preto, 12 août 2020.

Prof. Dr Rui Alberto Ferriani, directeur FMRP-USP et président du Conseil délibératif du HCFMRP

Prof. Dr Jorge Elias Júnior, directeur adjoint FMRP-USP

Prof. Dr Antônio Pazin Filho, directeur des soins de santé HCFMRP

Prof. Dr Benedito Carlos Maciel, surintendant HCFMRP

Prof. Dr Valdair Francisco Muglia, directeur scientifique Faepa

Prof. Dr Ricardo de Carvalho Cavalli, directeur exécutif de Faepa

Profa. Dr Elaine Christine Dantas Moisés, directrice générale CRSMRP-Mater

Prof. Dr Wilson Salgado Júnior, directeur de SE Ribeirão

Dr Maisa Cabete Pereira Salvetti, directrice générale SE Américo Brasiliense

Prof. Dr Marcos de Carvalho Borges, directeur général SE Serrana

Prof. Dr Helton Luiz Ap. Defino, chef du service d'orthopédie et d'anesthésiologie

Profa. Dr Fabiana Cardoso Pereira Valera, chef du service d'ophtalmologie, d'oto-rhino-laryngologie et de chirurgie cervico-faciale

Prof. Dr Lourenço Sbragia Neto, chef de la chirurgie et de l'anatomie

Prof. Dr Francisco José Cândido dos Reis, chef du service de gynécologie et d'obstétrique

Prof. Dr Sonir Roberto Rauber Antonini, chef du service de garde d'enfants et de pédiatrie

Prof. Dr Rodrigo Tocantins Calado, responsable des images médicales, de l'hématologie et de l'oncologie clinique

Prof. Dr Paulo Louzada Júnior, chef de la médecine clinique

Prof. Dr Wilson Marques Júnior, responsable des neurosciences et des sciences du comportement

Prof. Dr João Paulo Dias de Souza, chef du service de médecine sociale

Prof. Dr Aguinaldo Luiz Simões, chef du département de génétique

Prof. Dr Benedito Antonio Lopes da Fonseca, Division des maladies infectieuses

Prof. Dr Valdes Roberto Bollela, Division des maladies infectieuses

Prof. Dr Rodrigo de Carvalho Santana, Division des maladies infectieuses

Prof. Dr Gilberto Gambero Gaspar, Division des maladies infectieuses, président du CCIH HCFMRP

Prof. Dr Afonso Dinis Costa Passos, coordinateur du Centre d'épidémiologie

.

.

Vous pourriez également aimer...