L’IEA lance un appel public à l’obtention d’un diplôme interdisciplinaire en sciences – Jornal da USP

Le projet propose la création d’une nouvelle modalité de formation des enseignants, avec un appel public ouvert aux professeurs de l’USP

par Claudia Costa

Cours de sciences moléculaires USP – Photo : Divulgation

Destiné aux étudiants en formation initiale et aux enseignants du réseau de l’éducation, principalement du réseau de l’éducation publique, le projet porté par la Chaire Alfredo Bosi d’éducation de base de l’Institut des hautes études (IEA) de l’USP, avec le soutien du doyen des diplômes à l’USP L’USP, propose un parcours expérimental pour la création et la mise en œuvre du Diplôme Interdisciplinaire en Sciences (LIC). « L’objectif est de rassembler l’énergie de ceux qui débutent avec l’expérience de ceux qui travaillent déjà dans les réseaux d’éducation », explique le titulaire de la chaire Naomar de Almeida Filho. Ainsi, le projet ouvre un appel public à l’accueil des professeurs de l’USP intéressés à participer en tant que co-créateurs de cette nouvelle modalité de formation initiale et continue des enseignants. L’interdisciplinarité est quelque chose qui est recherché depuis longtemps, depuis les orientations de base de l’éducation, en passant par le socle commun curriculaire national (BNCC). Cette perspective s’inscrit dans la mission de la Chaire Alfredo Bosi, qui est de réfléchir et de contribuer à la création de nouveaux modèles d’enseignement des diplômes au Brésil. Le programme actuel forme des enseignants qui gèrent des tâches restreintes à un domaine de spécialisation, voire de sur-spécialisation, contradiction voire inadéquation entre les normes actuelles et les diplômes interdisciplinaires visés, comme le souligne Almeida Filho. « Il y a une vision disciplinaire, c’est-à-dire l’idée de former par domaines de connaissances », convient le professeur Luis Carlos de Menezes, coordinateur académique de la chaire Alfredo Bosi. « Il y a une division des sciences comme si la solution était la fragmentation et non l’intégration des connaissances », dit Almeida Filho.

Cependant, il existe de nombreuses initiatives réussies, à l’USP même, comme c’est le cas du cours de sciences moléculaires, qui existe depuis 30 ans, sans examen d’entrée – c’est-à-dire que les étudiants migrent d’autres domaines et peuvent continuer dans ce cours ou revenir au cursus d’origine – ou cursus spécifique, où l’étudiant, guidé par l’équipe enseignante, choisit d’étudier certaines matières parmi les différents domaines de connaissances pertinents pour son projet d’études. C’est dans cette optique que le projet LIC veut travailler : un scénario ouvert d’expérimentation, dans lequel étudiants et professeurs sont co-créateurs de cette nouvelle modalité de licence, telle que définie par Menezes. « Nous voulons articuler les efforts, créer des espaces d’innovation et rechercher des alternatives », assure-t-il. « L’interdisciplinarité transcende les champs d’action. Nous proposons un parcours expérimental, dans lequel il y a une intégration des connaissances et des connaissances scientifiques », dit Almeida Filho, et répète : « Les participants construiront leur propre projet d’enseignement-apprentissage ; créeront collectivement un projet pédagogique de licence interdisciplinaire ».

un cours expérimental

L’idée de proposer la création du LIC a émergé à travers un avis public publié par le ministère de l’Éducation (MEC), au milieu de l’année dernière, qui signalait déjà la recherche de projets innovants avec une perspective interdisciplinaire. Comme le rappelle le professeur Roseli Lopes, coordinatrice générale de la Chaire Alfredo Bosi, certains groupes de travail élaboraient déjà des propositions de futurs diplômes, et l’annonce publique est apparue comme une possibilité de mettre en œuvre ces projets. Par ailleurs, l’USP s’est associée à l’Universidade Federal do ABC (UFABC), qui travaille déjà avec ce type de diplôme interdisciplinaire, ainsi qu’à Unisantos, une université à but non lucratif, pour rédiger le projet, qui a ensuite été récompensé par un financement public. Le professeur Roseli informe également qu’avec les ressources déjà garanties par l’avis public, le projet prévoit également, au terme des quatre années de mise en œuvre, 160 bourses de résidence pédagogique pour une durée de six mois. « La proposition est de créer un parcours expérimental car ce format, qui est autorisé par la loi, a beaucoup plus d’agilité et de flexibilité, permettant aux professeurs de différentes unités qui ont une expertise dans le sujet de travailler ensemble, où la synergie entre la recherche, l’enseignement et la vulgarisation est possible, encore plus fort », explique Roseli. « Bien sûr, à l’Université de São Paulo, dans tous les cours, cela est déjà présent, en particulier dans les cours de premier cycle, mais dans ce format de cours expérimental, il y a une plus grande intensité dans cette collaboration entre professeurs », ajoute-t-il. « C’est un point de convergence d’apporter ces expériences différenciées de chercheurs qui sont dans leurs unités respectives pour les partager et les mettre en pratique », souligne-t-il. 80 places seront proposées aux débutants, avec des options de qualification dans les domaines de connaissances suivants : Sciences naturelles ; Math; Apprentissage des sciences ; lettres/portugais; et 80 autres postes vacants pour les enseignants du réseau de base en tant que deuxième degré. « De cette façon, il y aura une forte interaction entre ceux qui débutent leur carrière d’enseignant et ceux qui travaillent déjà et veulent se former dans cette perspective interdisciplinaire afin qu’ils soient mieux préparés aux défis actuels », explique le professeur.

Cours de sciences moléculaires USP – Photo : Divulgation

Le projet prévoit la création de deux environnements. Le premier, méta-présentiel, c’est-à-dire le co-apprentissage, avec le partage d’espaces pédagogiques grâce à la technologie, dans lesquels les participants interagissent en temps réel. « Agréger des expérimentations, des productions et des échanges de projets plus intenses entre les groupes », explique Roseli. Et le second, les Laboratoires de sciences, dans lesquels les enseignants auront plus d’autonomie pour construire de nouvelles expériences, pour travailler sur un certain sujet qui est pertinent pour leurs élèves, « d’un point de vue plus fabricant», tel que défini par Roseli. Dans un premier temps, plusieurs réunions sont prévues, sous forme d’ateliers, au cours desquelles les nouvelles propositions seront discutées – dont la première est prévue le 11 février. Par la suite, le processus de sélection des étudiants, intéressés ou ayant une vocation pour l’enseignement, sera effectué, qui comprendra des ateliers de travail collaboratif sur des thèmes et/ou des problèmes d’éducation – ceux qui ont été retenus seront inscrits par transfert de l’unité d’origine. À la fin du projet, l’idée est que le cours soit approuvé et mis en œuvre. L’appel public à l’inscription des professeurs de l’USP au projet de diplôme interdisciplinaire en sciences (LIC) est accessible via ce lien. Plus d’informations et de détails sur le projet via l’e-mail Academicoiea@usp.br en indiquant comme sujet « Chamada Cocriadores LIC ».

★★★★★