Le Venezuela

L’OPS est « optimiste » quant à l’accès du Venezuela aux vaccins Covax

L’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) a fait part mardi de son « optimisme » quant à l’accès du Venezuela aux vaccins anticovides du mécanisme mondial Covax, exhortant le gouvernement vénézuélien, l’opposition et la communauté scientifique à continuer de travailler ensemble à cet égard.

Ciro Ugarte, directeur du Département des urgences sanitaires de l’OPS, a souligné lors d’une conférence de presse le « rapprochement » entre les parties, qui, selon lui, a permis au processus de démarrer le déblocage des fonds pour acquérir et distribuer les doses.

L’OPS a signalé au début de février que le Venezuela avait réservé entre 1,4 million et 2,4 millions de doses de vaccins anticovides dans le cadre de Covax, un système promu par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour assurer une distribution équitable des vaccins.

Mais l’OPS, l’organe régional de l’OMS, a averti que le Venezuela courait le risque de perdre la réserve s’il ne versait pas une avance de 18 millions de dollars.

Le gouvernement vénézuélien dirigé par Nicolás Maduro n’a pas accès aux réserves financières du pays à l’étranger, dont le contrôle est détenu par le chef de l’opposition Juan Guaidó, reconnu depuis 2019 comme la seule autorité légitime par les États-Unis et une cinquantaine de pays.

Vendredi, l’Assemblée nationale présidée par Guaidó, que Maduro considère comme expirée, a approuvé un accord pour « effectuer toutes les procédures » avec le département du Trésor américain pour débloquer les fonds nécessaires: 18 millions de dollars pour les vaccins et 12 millions de dollars supplémentaires pour les infrastructures. qui permet la distribution.

« C’est un premier pas », a déclaré mardi Ugarte, tout en rappelant que pour que les vaccins soient attribués, le Venezuela devra achever le paiement avec 100 millions de dollars.

Il a souligné que la campagne de vaccination anticovide au Venezuela, qui progresse avec la vaccination russe Spoutnik et le Sinopharm chinois, a mis en évidence «la nécessité de renforcer la chaîne du froid, les aspects logistiques, la formation, l’accès aux services essentiels de carburant, de transport, d’électricité , eau et autres éléments ».

Controverse sur le vaccin AstraZeneca

Ugarte a également réaffirmé que, via Covax, le Venezuela devrait recevoir des vaccins de la société anglo-suédoise AstraZeneca produits par la Corée du Nord, garantissant qu’ils ne seront pas les doses qui ont provoqué une suspension de la vaccination en Europe en raison des risques de coagulation possibles.

Ces risques ont été écartés quelques jours plus tard par l’autorité de régulation européenne et l’OMS, a-t-il précisé.

Le gouvernement Maduro, qui a annoncé le 15 mars que le Venezuela n’autoriserait pas le vaccin AstraZeneca en raison des «complications» présentées, n’a pas commenté publiquement l’avancée des efforts pour accéder à Covax.

Le ministère de la Santé de Maduro est représenté à la table ronde nationale pour l’accès à la stratégie Covax, formée à la mi-février par des acteurs politiques, des spécialistes, la société civile et des organisations multilatérales, y compris l’OPS.

« Nous appelons à ce que ce travail conjoint se poursuive car le bien-être, la vie et la santé des Vénézuéliens sont impliqués », a déclaré Ugarte.

« Le secteur de la santé et les acteurs politiques ont montré qu’il était possible d’aller de l’avant et nous sommes optimistes quant à la concrétisation de ces discussions », a-t-il ajouté.

Ce même mardi, la directrice de l’OPS, Carissa Etienne, a mis en garde contre une augmentation des infections au Venezuela, « notamment dans les états de Bolívar et d’Amazonas, qui bordent le Brésil ».

AFP

Vous pourriez également aimer...