Le Venezuela

Lula prédit la destitution ou l’incapacité de Bolsonaro

L’ancien président brésilien Luiz Inácio Lula da Silva, a prédit mardi la destitution ou l’incapacité de l’actuel président de ce pays, Jair Bolsonaro, qu’il considérait comme stupide sans possibilité d’être réélu par les Brésiliens comme dirigeant.

Lors d’un entretien avec Radio Jovem Pan, Lula a critiqué les positions de Bolsonaro sur les élections de 2022.

Le 1er juillet, l’ex-militaire a assuré que, s’il perdait aux urnes l’année prochaine, il ne remettrait l’écharpe présidentielle que si le candidat choisi l’avait emporté « proprement », dans une autre référence au bulletin imprimé.

Bolsonaro s’interroge sur la fiabilité du système de vote électronique, qui est utilisé dans le pays sans problème depuis des décennies et qui s’est offert la victoire au suffrage 2018.

Maintenant, il veut le changer pour le vote imprimé et manuel, en même temps qu’il menace de ne pas accepter une éventuelle défaite électorale avec le système actuel.

Lula a riposté en déclarant que « personne ne veut recevoir le groupe de votre part … Vous pouvez laisser le peuple jurer devant le président élu en 2022. Et ce ne sera pas vous », a-t-il fait remarquer.

L’ancien leader syndical a également félicité la commission sénatoriale qui évalue la gestion du gouvernement avant le Covid-19 et a réitéré qu’à un moment donné, il y aura un verdict: « Soit la destitution (impeachment) ou l’interdiction (incapacitation) de lui (Bolsonaro) » » .

Il a exhorté « à continuer de montrer au peuple brésilien toutes les preuves nécessaires que la personne responsable du crime était le gouvernement brésilien ».

« À un moment donné, nous aurons un verdict. Ce n’est pas la première fois que nous voyons cela », a-t-il souligné.

L’ancien dirigeant syndical de la métallurgie a également qualifié la troisième voie pour les élections d’excuse et d' »invention des partis qui n’ont pas de candidat ».

« Il serait important que toutes les parties lancent un prétendant et testent leur force », a-t-il recommandé.

Il a fait valoir qu’« il n’y a que la démocratie d’un côté et le fascisme de l’autre. Ceux qui n’ont aucune chance utilisent l’excuse de la troisième voie.’

Sur la possibilité de se présenter au vote, l’ancien président a répété le discours qu’il n’a pas encore défini s’il se présentera à la présidence en 2022, mais la « situation au Brésil » favorise une décision pour la candidature.

« Précisément à cause de la situation difficile que traverse le pays, peut-être pourrai-je me définir comme candidat en 2022. Je parle à beaucoup de gens et le moment venu je prendrai la décision s’il est possible d’être candidat ou non,  » il a dit.

En mars, l’ancien chef de l’État a recouvré ses droits politiques lorsque la Cour suprême fédérale a abrogé quatre procès pour manipulation politique, qui se déroulaient contre lui devant les tribunaux de la ville méridionale de Curitiba en raison d’un conflit de juridiction.

Après l’invalidité des peines, Lula a également retrouvé sa chance de briguer le pouvoir l’année prochaine.

Avec des informations de Prensa Latina

Vous pourriez également aimer...