Le Brésil

Marco Aurélio ordonne à Bolsonaro et Paulo Guedes de réaliser le recensement de 2021

São Paulo – Ministre Marco Aurélio Mello, de Cour fédérale de justice (STF), a accordé, mercredi (28), une injonction au gouvernement de Maranhão, déterminant que le gouvernement de Jair Bolsonaro procède au recensement 2021, de l’IBGE. O annonce d’annulation de recherche a été faite vendredi (23), sous l’argument du manque de ressources. Le budget 2021, sanctionné par le président de la République, ne prévoit pas de fonds pour l’étude, indispensable pour que le pays développe des politiques publiques. C’est une autre attaque directe de Bolsonaro contre la citoyenneté.

En acceptant les arguments de l’exécutif du Maranhão, le gouverneur Flávio Dino (PCdoB), le ministre suprême affirme que le recensement permet de «cartographier» les conditions socio-économiques de chaque partie du Brésil. « Comment lutter contre les inégalités, mettre en place des programmes de transferts monétaires, construire des écoles et des hôpitaux sans connaissance préalable des besoins locaux? », Demande Marco Aurélio. Selon la dépêche, le droit à l’information «est essentiel pour la puissance publique pour formuler et mettre en œuvre des politiques publiques», puisque, avec la possession de données et d’études, «les fonctionnaires peuvent analyser la réalité du pays».

Obligation légale et constitutionnelle

En n’effectuant pas le recensement en 2021, en raison d’un prétendu manque de fonds – poursuit le ministre -, l’Union et l’IBGE méconnaissent «le devoir spécifique d’organiser et de maintenir les services officiels de statistiques et de géographie de portée nationale», selon l’article 21, point XV, de la Constitution de 1988. «Ils menacent la force normative de la Loi Majeure», souligne Marco Aurélio. En plus de violer la Magna Carta, la suspension de la recherche est contraire à la loi 8,184 / 1991, qui détermine le recensement à effectuer tous les dix ans, compte tenu de sa pertinence.

Si le gouvernement Bolsonaro allègue un manque de moyens, avec l’injonction, le ministre STF détermine « l’adoption de mesures visant à réaliser le recensement, dans le respect des paramètres préconisés par l’IBGE, dans le cadre de la discrétion technique elle-même ». Dans son compte Twitter, le gouverneur du Maranhão a célébré la décision du STF comme une «victoire du droit constitutionnel à l’information, au respect de la science et de la légalité».

Le gouvernement Bolsonaro avait déjà reporté l’enquête de 2020 à 2021. L’IBGE a annoncé vendredi qu’il « reprendrait les négociations » avec le ministère de l’Economie pour promouvoir le recensement de l’année prochaine.

Vous pourriez également aimer...