La Colombie

« Nous demandons seulement qu’ils nous laissent travailler »

Bien que de nombreux secteurs soient touchés par la pandémie; les bars, les bars gastronomiques et les boîtes de nuit continuent d’être durement touchés chaque fois que les mesures restrictives sont renforcées.

Manuel Pineda, directeur d’Asobares, chapitre Valle, propose d’alterner le couvre-feu qui permettrait de mieux partager le fardeau des pertes et de ne pas finir par les assommer.

Il raconte également que la situation de son syndicat est si grave qu’au moins 570 bars ont déjà été fermés à Cali et que ceux qui respirent encore font don d’une partie de leurs ressources parmi les employés parce que la boîte est terminée. Interview qui raconte le drame des bars mais présente également des idées contre des solutions possibles.

En termes de chiffres, comment la pandémie a-t-elle atteint les bars et les gastrobars à ce jour?

Avant la pandémie, nous étions enregistrés dans le secteur de nuit 1527 établissements, sans compter les restaurants, sur ces 1527 à ce jour il n’y en a que 957. C’est parce qu’ils ont fermé leurs portes. Ces établissements se noient parce qu’ils n’ont pas de ventes mais ils ont des coûts tels que la masse salariale, le loyer, les taxes. Nous pensons que 12 000 emplois ont été perdus à Cali dans notre secteur.

Quelle aide spécifique le syndicat du barreau a-t-il reçu du bureau du maire ou du gouvernement?

Du gouvernement national, nous n’avons reçu aucune aide économique ou humanitaire pour nos collaborateurs, qui sont les plus vulnérables. Compte tenu de ces conditions, le gouvernement et la mairie ont apporté une aide humanitaire à ces collaborateurs, à savoir: serveurs, cuisiniers, sécurité. À ce jour, nous avons fourni plus de 6 000 aides humanitaires à cet égard. Au nom de la Gobernación del Valle, en tant que secteur de nuit, nous n’avons reçu que 375 obligations il y a plus de six ou sept mois, par l’intermédiaire de l’Industria de Licores del Valle. Cependant, les établissements en tant que tels n’ont reçu aucun soutien. Bien que nous ayons été présents lors de la signature des trois pactes, le premier avec le plan pilote de réactivation en août, le deuxième en décembre lorsque la relance économique a commencé et le troisième en mars, dans lequel, avec la présidence et le Secrétariat de l’économie Développement a organisé des ateliers pour la croissance économique, où ils nous ont promis le fonds de solidarité de 30000 millions de dollars, afin que le Conseil de Cali puisse l’approuver et qu’ils nous fournissent ce financement, notamment pour atténuer la question de la location de locaux et de services, Mais le projet n’est même pas enraciné au Conseil, notre demande est qu’il soit fait le plus tôt possible.

Vous pouvez lire: Le Zaperoco Bar, un club de salsa traditionnel de Cali, ferme ses portes face à la crise due à la pandémie

Pourquoi pensez-vous que le projet n’a pas été réglé?
Nous n’avons honnêtement aucune idée, lorsque l’atelier avec le ministère des Finances a été qu’ils nous ont promis non seulement ce fonds, mais aussi une réduction sur la taxe foncière pour le paiement rapide ainsi qu’une réduction supplémentaire pour les barres en raison du problème de la pandémie. a assuré une remise de 10% sur la taxe d’industrie et de commerce répartie en six versements qui sont payés tout au long de l’année, ainsi que le déplacement du calendrier fiscal, ce dernier a déjà été mis en place. Ce n’est pas vraiment une aide financière, car nous devons encore la payer, seules les dates nous ont déplacés. C’est pourquoi ce fonds qu’ils nous ont promis est fondamental, les conseillers eux-mêmes demandent qu’il soit déposé afin de le revoir et de l’approuver.

Pensez-vous que ces ateliers de réactivation menés par le ministère du Développement économique seront efficaces?

Nous croyons à la bonne volonté des secrétaires avec lesquels nous nous sommes rencontrés à plusieurs reprises, mais nous ne connaissons pas l’efficacité de ces ateliers. En fin de compte, tout ce que nous demandons, c’est qu’on nous laisse travailler, l’aide économique n’est même pas la priorité, qui sont des mesures à court terme, l’important est la continuité de la réactivation afin de pouvoir se défendre. Nous ne sommes pas une usine qui peut économiser la production, nous offrons un service qui, s’il n’est pas donné, aucun actif n’est généré. C’est pourquoi nous ne savons pas quelle sera l’efficacité de ces ateliers si nous ne sommes pas autorisés à travailler. Ce secteur ne peut plus tenir et la solution est un horaire flexible.

Quelles sont les solutions pratiques que vous proposez à cela?

Tenir compte de la situation inattendue et veiller à ce que la prolifération ne se produise pas. On voit que les véritables sources de contagion ne sont pas dans les établissements de nuit qui respectent toutes les mesures de biosécurité, c’est dans d’autres secteurs comme le service de transport public, qui est toujours bondé; parties clandestines dans les maisons, les fermes, les appartements, Misalud a déterminé que 74% des infections se produisent dans ce type de réunions. Notre proposition est d’encourager les gens à ne pas aller dans ces types d’espaces, mais au commerce formel et nous invitons les gens là où toutes les mesures de biosécurité sont respectées, avec un service qui prendra soin d’eux et créera des emplois. Nous demandons l’égalité entre les secteurs. Il est incroyable que tous les secteurs soient actifs à l’exception du commerce de nuit formel. La danse est toujours limitée au niveau national et les seuls lieux de nuit autorisés à servir sont les bars gastronomiques et les restaurants. En tant que secteur, nous avons déjà investi dans le suivi des mesures pour garantir la santé à la fois dans les locaux et dans les produits commercialisés, tant d’efforts que nous avons consacrés à la biosécurité, qu’il y a des mesures que nous avions déjà mais que MinSalud a abandonnées, comme les tapis, en prenant la température ou en prenant un enregistrement de personne à personne.

« Nous donnons une partie de nos ressources aux employés parce que nous n’avons pas d’autre moyen de les aider, parce que nous n’avons plus d’argent liquide. »

Manuel Pineda,

Président d’Asobares, Valle Chapter.

Quels sont certains des endroits emblématiques de la ville qui ont fermé en raison de la pandémie?

Mamut était l’un des lieux les plus emblématiques de la culture de la salsa à Cali, La Bamba, qui avait plus de 45 ans d’expérience sur le marché, ils font partie des 570 établissements qui, après le début de la pandémie, ont presque cessé d’exister car ils n’a pas résisté aux mesures restrictives, car malgré les conditions qu’ils devaient continuer à payer un loyer sans pouvoir produire quoi que ce soit pour le couvrir, surtout lorsque les banques privées nous tournaient le dos, nous sommes considérés comme des établissements à haut risque, donc que non on a pu accéder à n’importe quel crédit, c’est-à-dire que toute cette crise a dû être résolue avec les économies qui étaient disponibles, la vente d’actifs et finalement la fermeture pour faire faillite et avec une dette énorme.

Lisez aussi: L’épidémiologiste recommande de rechercher d’autres heures pour le couvre-feu

Quelles mesures pratiques le bureau du maire peut-il prendre pour atténuer d’une certaine manière cette crise?
Je souligne que ce que nous demandons, c’est qu’ils nous laissent travailler, nous ne demandons pas un horaire de 24 heures, mais quelque chose qui nous permette de survivre, de payer les coûts minimaux et d’atteindre un point d’équilibre. Dans le cas du fonds de solidarité, ce serait comme un chiffon, une aide temporaire, la vraie et seule solution est de nous laisser travailler. Nous avons des gens qui ont consacré leur vie à cette industrie et qui sont considérés comme des personnes vulnérables.

Qu’est-ce qui a été le plus dur pour vous dans cette situation?

L’événement le plus récent était avec les mesures de couvre-feu, pratiquement ils venaient d’arriver au travail pour les rendre à nouveau, par exemple les cuisiniers sont détruits parce qu’ils travaillent au jour le jour, parce que c’est leur gagne-pain. La même chose se produit avec les artistes, lorsque nous annulons leurs présentations, nous savons que c’est leur façon de subsister, les voyant détruits parce qu’ils n’ont pas d’autre moyen de survivre. Ce que nous avons fait, c’est donner une partie de nos ressources aux employés parce que nous n’avons pas d’autre moyen de les aider, puisque nous n’avons plus d’argent liquide.

Que pensez-vous de la proposition de certains épidémiologistes, de faire passer le couvre-feu à des heures du jour et d’ouvrir la nuit pour qu’il y ait plus d’équité dans les secteurs touchés?

C’est l’une des propositions que nous présentons également au bureau du maire et que nous avons appelé le modèle d’alternance. Là, nous expliquons que 90% des ventes auxquelles nous devons survivre sont les jeudis, vendredis et samedis. C’est pourquoi nous proposons que le couvre-feu le week-end se fasse pendant la journée de 5h00 à 12h00. Cela nous aiderait beaucoup. Et les banques et autres établissements pourraient avoir des heures prolongées. Pendant la semaine des lundis, mardis et mercredis un couvre-feu nocturne qui n’était pas si tôt, par exemple après 22h00. Cela permettrait de mieux partager le fardeau des pertes et ne concernerait pas seulement les établissements de nuit.

Voir aussi: Interdiction à Cali pendant ce week-end, a annoncé le maire Ospina

Comment voyez-vous l’avenir de ce secteur à moyen et long terme?
Si on nous permettait de travailler jusqu’à au moins 1 heure du matin pour atteindre un point d’équilibre et pouvoir traverser cette crise jusqu’à ce que les choses se normalisent, on aurait de l’espoir. Avec les dernières mesures mises en place, nous demandons de pouvoir travailler jusqu’à 10 heures du soir, ce qui présente toujours des pertes, mais cela nous permettra de payer pour certains quarts de travail, car une fermeture à 8 est totale, sans possibilité de travail, c’est fatal.

Décrivez l’expérience d’assister à un gastrobar lors d’une pandémie?

Nous encourageons les réservations sur place, afin que le premier contact soit pour faire la réservation dans votre gastrobar ou établissement de préférence, et à l’entrée nous n’enregistrons pas les données de la personne qui entre mais nous avons un point de désinfection et elles sont Assignez la table, préalablement désinfectée, avec ses deux mètres de distance entre les tables, nous ne traitons plus les lettres physiques mais numériques via des QR codes et où vous pouvez passer votre commande directement. Les employés portent des masques et se conforment à tous les protocoles requis. L’ambiance est déjà un espace ludique, avec de la musique mais sans danser car c’est toujours interdit. Au moment du paiement, 99% de nos établissements disposent de moyens de paiement numériques, soit par virement, soit par dataphone, afin d’éviter les espèces. Enfin, nos tables ont une capacité maximale de six personnes et nous évitons l’utilisation d’articles qui peuvent être passés de table en table.

« Le virus ne sort pas seulement la nuit »

Le choc culturel a-t-il été dur par l’interdiction de la danse? Pensez-vous que votre restriction est nécessaire?

Ici à Cali, un pilote était appliqué avant que la danse ne soit complètement interdite, mais avec le troisième pic, vous devez attendre qu’il passe pour réévaluer la danse.

Avec toutes les restrictions, comment ce secteur a-t-il réussi à survivre à la situation?

Avec une capacité à 30% pendant les heures normales, nous sommes suffisants pour faire face, mais pour chaque heure qui est restreinte, nous perdons plus ou moins 20% des ventes.

Pensez-vous qu’en assouplissant ces mesures, les citoyens se comporteront bien?

Le virus ne sort pas seulement la nuit, il est présent à toute heure, l’important est de prendre soin de soi. Nous sommes dans une pandémie depuis plus d’un an et nous ne savons pas comment dire autrement que chaque personne doit prendre soin non seulement de lui-même mais des autres, nous pouvons faire un effort pour fournir des espaces sûrs, mais si les gens ne sont pas conscients puis nous continuerons à voir que le plus grand nombre de contagions se produit lors de réunions clandestines à domicile.

Il n’y a pas d’étude nationale qui démontre l’incidence de la fermeture du secteur de nuit dans la libération des lits USI ou dans la réduction des infections, toutes les mesures sont basées sur des hypothèses. C’est pourquoi nous insistons sur le fait que les mesures de fermeture affectent d’une part l’économie et, d’autre part, qu’elles encouragent ce type de réunions clandestines à avoir lieu;

Vous pourriez également aimer...