Le Brésil

nous devons concilier la sécurité avec la manière de faire campagne de Lula

São Paulo – L’entourage de l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva (PT) reconnaît que les risques inhérents à la campagne du candidat présidentiel pour le Palais du Planalto ne peuvent être ignorés, à un moment non seulement de polarisation politique, mais de menaces concrètes pour votre sécurité . Le signal d’alerte est tombé hier soir (7), à Cinelândia, dans le centre-ville de Rio, où un homme a lancé un artefact à proximité de la plate-forme de campagne de Lula.

Cependant, malgré les risques évidents, l’ancien président doit continuer à faire campagne dans son style, ce qui implique d’interagir avec la population et de marcher avec la foule, se laissant exposé et vulnérable. C’était comme ça, par exemple, à Salvador, la semaine dernière. « C’est sa façon de faire. Il faut concilier la manière de faire campagne de Lula et la sécurité. Sinon, si Lula est empêché de faire campagne, ils auront été vainqueurs », assure Wadih Damous, avocat, ancien député fédéral et très proche de l’ancien président.

Protection requise

La force de Lula est d’être ensemble et d’embrasser les gens. Les alliés et lui-même le savent et des précautions sont prises. Selon Damous, il y avait de la sécurité au rassemblement de Cinelândia et le pré-candidat était bien protégé par un dispositif de sécurité sans précédent pour le lieu. Parmi les mesures prises, toute la zone où séjournait le public était entourée de plaques de métal et ceux qui entraient étaient fouillés.

« Mais vous ne pouvez pas lui demander de ne pas faire campagne. Nous ne pouvons pas renoncer à demander à l’État de protéger les candidats, notamment Lula », ajoute l’ancien président de l’OAB à Rio de Janeiro. Malgré le fait que les milices et les fascistes soient retranchés dans l’État brésilien, note Damous, des mesures de sécurité strictes ont été adoptées. Mais ces précautions, même rigoureuses, risquent de ne pas suffire, admettent les organisateurs de la campagne. Pour autant, il est hors de question de demander à Lula de rester chez lui et de faire campagne sur Internet.

La violence est la norme dans le monde

Selon Damous, l’attentat qui a tué l’ancien Premier ministre du Japon, Shinzo Abe, ce vendredi (8), montre que la violence politique est un problème mondial. « C’est un modèle qui se passe dans le monde, de violence politique. Nous devons comprendre cela et prendre les mesures appropriées. Mais ne vous laissez pas abattre par cela », conclut l’ancien député.

Des témoins ont déclaré que l’auteur de l’attentat de Cinelândia – identifié comme étant André Stefano Dimitriu Alves de Brito – a lancé une bouteille en PET de deux litres, une sorte de bombe artisanale, qui a explosé en exhalant une odeur d’excréments et d’urine. L’épisode s’est déroulé devant l’estrade où Lula prendrait la parole, mais il n’était pas encore présent. Quelques personnes à proximité ont couru, mais il n’y a pas eu d’émeute généralisée ni de blessés.

Selon les policiers militaires qui ont arrêté l’individu, le suspect a même interprété une situation fictive : il a couru vers les militaires et, en criant, a dit qu’il était poursuivi. Plus tard, la police civile a « informé » que le suspect avait déclaré n’avoir aucune idéologie politique et que son acte était une « forme de protestation ».

Enquête

L’enquête recherchera des images de caméras de sécurité. Le téléphone portable de Brito a été saisi. La police a demandé à la justice de briser le secret du prisonnier, de clarifier les circonstances et la possible participation d’autres personnes.

Samedi dernier (2), l’agriculteur Rodrigo Luiz Parreira, connu sous le nom de « Rodrigão Treta », a été arrêté, soupçonné d’être le principal responsable de l’attaque, avec un drone, contre l’événement de Lula et le pré-candidat au gouvernement de Minas Gerais Alexandre Kalil, à Uberlândia, le 15 juin. La détention préventive a été décrétée à la demande du ministère public fédéral.

L’accusé faisait l’objet de mandats de perquisition et de saisie à au moins cinq adresses. Il a admis être propriétaire du drone et a été arrêté le jour de l’attaque, avec Charles Wender et Daniel de Oliveira.

A lire aussi :

Vous pourriez également aimer...