Le Brésil

«Pai de Luzia» est dédié à apporter des connaissances sur l’évolution à la population – Jornal da USP #jornaldausp

Réplique du crâne d'Homo neanderthalensis sur l'affichage à l'occupation Hominin, dans le hall de l'IEA
Nucleus dédié à la diffusion scientifique veut prendre des répliques qui sont actuellement exposées à Occupation hominine, à l’IEA – Photo: Leonor Calasans / IEA-USP

.

Le bioanthropologue Walter Neves dit qu’il a toujours consacré une partie de son temps à la diffusion scientifique. Mais ce n’est qu’après avoir pris sa retraite en tant que professeur à l’Institut des biosciences de l’USP (IB) qu’il a pu développer cette activité sans avoir à faire face au jugement de collègues qui voyaient l’effort de vulgarisation de la science comme une perte de temps consacré aux cours et la recherche. «Quand il y a une réduction budgétaire au CNPq, aux Capes, au Fapesp, alors les scientifiques (disent) » il faut chercher le soutien de la population « . Comment rechercher le soutien de la population? Vous n’avez jamais perdu cinq minutes de votre temps pour apporter votre science au peuple, comment voudrez-vous avoir le soutien de la population? », Demande Neves, qui travaille depuis 2018 à l’Institute for Advanced Studies (IEA) de l’USP, où il vient de créer le tout nouveau Centre de vulgarisation des connaissances sur l’évolution humaine.

L’objectif central du nouveau noyau est d’apporter des connaissances scientifiques sur l’évolution de notre espèce au plus grand nombre. En ce sens, l’équipe développera des actions pour les écoles publiques, les étudiants de premier cycle et le grand public. Walter Neves ne cache pas l’envie de monter de petites expositions dans les centres commerciaux, qui ont une forte circulation de personnes et restent ouverts pendant la pandémie de covid-19. Il comprend que ce type d’action est une contribution importante, quoique modeste, pour lutter contre le négativisme et l’anti-scientisme qui circulent dans le pays avec le coronavirus.

.

Le professeur Walter Neves montre d'anciens artefacts en pierre ébréchée dans ses mains
Le professeur Walter Neves est un expert de l’histoire évolutive des êtres humains – Photo: Cecília Bastos / USP Imagens

.

«Nous vivons un moment très paradoxal. Il n’y a jamais eu autant de déni scientifique dans le pays, nous vivons vraiment un moment d’obscurité. Mais, d’un autre côté, à cause de la pandémie, on n’a jamais autant parlé de science et on n’a jamais autant parlé de scientifiques. Je pense que nous devrions profiter du bon côté. Avec la pandémie, les gens valorisent la science et ils valorisent les scientifiques », dit le bioanthropologue, populairement connu comme le« père de Luzia », pour ses études sur le fossile humain vieux d’environ 11 mille ans. Le crâne de Luzia a été découvert dans une fouille à Lagoa Santa, Minas Gerais, dans les années 1970.

Pour ceux qui ont consacré toute leur vie professionnelle à la biologie évolutionniste, lutter contre le négationnisme scientifique signifie faire un contrepoint aux idées créationnistes. «J’ai une position très différente de celle de mes collègues sur cette question de créationnisme et d’évolutionnisme. Je pense que les gens attribuent des significations à leur vie de manières très différentes. Certaines personnes attachent un sens à travers la religion; d’autres, par la science. Je pense que vous choisissez une vision religieuse, c’est-à-dire le créationnisme, ou vous choisissez une version scientifique, qui est l’évolutionnisme, c’est une décision intime. Mais je pense que les gens doivent le faire de manière informée », soutient le scientifique.

.

En savoir plus sur l’archéologie et la bioanthropologie:
Les preuves suggèrent que le Homo sapiens arrivé sur le continent américain il y a 30000 ans
Des scientifiques brésiliens réécrivent l’histoire de l’humanité
L’ADN ancien raconte une nouvelle histoire sur les habitants de Luzia

.

Le problème, évalue-t-il, est que si les créationnistes font un travail cohérent pour apporter des idées religieuses à la population, les actions de l’académie sont insuffisantes pour vulgariser les connaissances scientifiques. «Les gens sont déjà exposés aux idées créationnistes dans leur vie quotidienne, principalement à travers leurs religions fondamentalistes, mais ils n’ont pas accès à ce que la science a à dire sur l’émergence de l’espèce humaine sur la planète. Ainsi, le noyau, bien que modestement, veut y contribuer, pour que les gens aient facilement accès à ce que la science a à dire sur notre existence sur la planète », dit Neves.

Le Centre de vulgarisation des connaissances sur l’évolution humaine de l’AIE commence avec neuf membres – cinq professeurs et quatre étudiants – et se consacrera à la promotion d’expositions, de cours et de conférences, le tout gratuitement. L’initiative est une grande nouveauté à l’AIE, où la programmation est, en règle générale, composée de «discussions académiques effrénées». «Je ne pense pas que quiconque ait jamais proposé une ligne pour vulgariser la science là-bas. A ma bonne surprise, il a été approuvé », déclare le professeur retraité.

Répliques de cinq crânes anciens appartenant aux espèces Homo habilis, Homo erectus et Homo floresiensis
Les crânes d’anciens hominidés aident à raconter l’histoire évolutive de l’espèce humaine – Photo: Cecília Bastos / USP Images

Comme il s’agit d’activités en face-à-face, la prévision est que la programmation publique du noyau ne commencera qu’au deuxième semestre, en raison des restrictions imposées par la pandémie. D’ici là, les membres prendront le temps de recevoir les rendez-vous et de préparer les cours et le catalogue des conférences, ainsi que de planifier la collection et la logistique des expositions. L’une des attentes du groupe est de produire une grande exposition sur l’évolution humaine sur l’Avenida Paulista, à São Paulo. Walter Neves dit que l’AIE négocie cette possibilité avec Itaú Cultural depuis 2019.

Si le rêve ne se réalise pas, le groupe travaille déjà avec l’idée d’organiser une petite exposition itinérante dans deux villes de l’intérieur. Cette exposition devrait rassembler le matériel actuellement exposé dans le hall de l’AIE et comprend une réplique du squelette complet de la célèbre Lucy, le fossile de Australopithecus afarensis trouvé en 1974 en Ethiopie. Lucy vivait il y a environ 3,2 millions d’années, mesurait environ 1,10 m, était bipède et marchait debout, comme nous.

En ce qui concerne l’avenir plus lointain, Walter Neves est optimiste quant à la relation entre les scientifiques et la société: «Je me rends compte qu’il y a toute une nouvelle génération de jeunes scientifiques qui ne sont pas seulement très concernés par cela, mais qui font de la diffusion scientifique, maintenant par des moyens électroniques, intensivement et de la plus haute qualité. Mais je pense que les choses ne changent que lorsque cette nouvelle génération est au pouvoir. Jusqu’à présent, pour ainsi dire, ma génération, qui est au pouvoir, je ne vois aucun changement au fil du temps. Mais je ne doute pas que la prochaine génération aura une dimension plus juste, du monde académique à la diffusion scientifique auprès du grand public », dit-il.

.

➧ Voir aussi: cours La saga de l’humanité sur Canal USP, avec Walter Neves

https://www.youtube.com/watch?v=

.

➧ En savoir plus sur l’évolution humaine dans cet épisode du podcast USP USP
.

Vous pourriez également aimer...