Le Brésil

Pandémie démasque les modèles économiques de l'enseignement privé –

São Paulo – L'école privée caresse autour des cours et des licenciements massifs dans les universités privées. Ces actions, au milieu de la nouvelle pandémie de coronavirus, montrent qu'une partie des établissements d'enseignement n'a aucun engagement envers l'éducation, mais uniquement envers leur propre modèle économique. L'évaluation est effectuée par le président de la Fédération des enseignants de São Paulo (Fepesp), Celso Napolitano.

«Dans cette pandémie, certains problèmes émergent. Il y a des écoles qui montrent qu'elles ne sont que des activités commerciales, rien à voir avec l'éducation. C'est la commercialisation de l'éducation », a déclaré Celso, dans une interview avec la journaliste Marilu Cabañas, de Radio Brésil actuelle.

Vendredi (31), un groupe de 70 propriétaires d'écoles maternelles et de garderies privées à São Paulo et ABC Paulista ont organisé une manifestation réclamant un retour à l'école.

Retour à l'école

Le retour aux cours en présentiel de l'éducation de base dans la ville de São Paulo, proposé par le maire Bruno Covas (PSDB), est en débat au Conseil municipal. L'idée de la mairie est de reprendre les activités en septembre.

Les enseignants sont cependant contre la mesure prévue par le projet de loi 452/20. Selon Celso Napolitano, la mairie et le gouvernement de l'État planifient le retour sans écouter les professionnels de l'éducation. «Il est nécessaire de prendre en compte la santé des familles et des éducateurs. Toutes les personnes sont importantes dans le système scolaire, du portier au perueiro. Les recherches montrent qu'il y a une insécurité totale », a-t-il prévenu.

Le 21 juillet, la Fepesp est entrée avec représentation au Ministère Public du Travail (MPT) pour demander l'intermédiation en appelant à des représentations patronales dans l'enseignement de base et l'enseignement supérieur (Sieeesp et Semesp, respectivement) dans le but d'élaborer un protocole de retour aux cours en présentiel, en respectant les conditions de travail des catégories d'enseignants et d'adjoints à l'administration scolaire.

Licenciements massifs

Lors de l'entretien, le président de la fédération rappelle que les établissements privés d'enseignement supérieur ont procédé à des centaines de licenciements. L'un des cas s'est produit à l'Universidade Nove de Julho, Uninove, qui a licencié ses professeurs via une plateforme en ligne.

«Ils démontrent que la seule chose qui compte, ce sont les affaires, en particulier l'enseignement à distance. Nous avons remarqué qu'ils traitent comme n'importe quelle autre entreprise, sans se soucier des étudiants. Uninove a par exemple licencié 680 enseignants. Il n'y a aucun moyen de travailler le deuxième semestre comme ça, c'est-à-dire que le collège mettra plus d'étudiants dans des salles virtuelles », rapporte Celso.

Une enquête de l'Institut Península, réalisée en mai de cette année, montre que 83% des enseignants brésiliens, en moyenne, ne se sentaient toujours pas ou peu préparés à l'enseignement à distance, pendant l'isolement social.

L'enquête montre que 88% des enseignants interrogés n'avaient jamais enseigné de manière virtuelle avant la pandémie. Même avec ce scénario sans précédent, l'Université Cruzeiro do Sul (Unicsul) a également licencié ses professionnels.

«L'Université Cruzeiro do Sul a déclaré, lors d'une audience devant le tribunal du travail, que les enseignants avaient été remplacés parce qu'ils ne s'adaptaient pas à une activité à distance. Imaginez avoir des enseignants avec 20 ans d'enseignement, mais obligés de s'adapter en trois mois. En fait, il s'agit d'une substitution de hauts salaires aux bas salaires », a ajouté Celso Napolitano.

Rédaction: Felipe Mascari

Édition: Glauco Faria

Vous pourriez également aimer...