La Colombie

Patricia Tamayo parle de son rôle dans «  L’oubli que nous serons  »

Quand on a demandé à Patricia Tamayo, enfant, ce qu’elle voulait être en grandissant, elle a toujours répondu qu’elle était actrice. Bien qu’il ne connaisse pas la raison, il a toujours été clair sur sa direction et quand il a commencé à étudier le théâtre, il l’a complètement confirmé.

Tamayo ne se souvient pas exactement de son premier rôle, mais il ne l’avait certainement pas à l’école. Elle a dit qu’elle ne ferait pas de «théâtre amateur», qu’elle voulait être comédienne professionnelle et «faire du théâtre, après avoir étudié le théâtre». Pour cette raison, il n’a jamais fait partie de la troupe de théâtre de l’école et n’est monté sur scène qu’après avoir étudié deux ans à Bogotá avec Paco Barrero et s’inscrire à l’Universidad del Valle.

Dès son premier montage, une pièce de théâtre de Tennessee Williams, avec Paco Barrero, Tamayo a compris que le métier n’était pas ce qu’elle imaginait enfant. Il y avait beaucoup de choses à connaître, à comprendre et à pratiquer pour agir. Avec ces premiers contacts avec le théâtre, il démystifie la carrière et trouve tout ce qu’un acteur a vraiment à faire pour préparer et exercer son métier de manière responsable.

Lire aussi: Le triomphe du cinéma national avec le Goya pour «  L’oubli que nous serons  »

L’éducation des acteurs est-elle très importante pour vous?

C’est vital. Une personne peut avoir beaucoup de talent, mais cela peut s’estomper très rapidement si elle n’est pas poursuivie et la seule façon de le faire, à mon avis, est d’étudier et d’agir au sein d’une cause. Il doit être approfondi. Ce métier, qui est l’un des plus anciens au monde, a tellement de choses à apprendre et d’outils pour travailler qu’il serait un gaspillage de ne pas le faire. Un talent qui n’est pas poursuivi et qui n’a pas de formation me semble être un talent gaspillé.

Vous n’avez pas l’air d’une actrice en quête de célébrité, quel était votre objectif?

Mon objectif était d’agir, car c’était ce qui remplissait mon âme, d’apprendre et de pouvoir vivre de mon métier, en faisant bien les choses. Je n’ai jamais voulu de show business ni de célébrité. Parfois, ils arrivent, parce que le travail du théâtre est exposé au public, aux gens, mais ce n’est vraiment pas quelque chose qui m’intéresse, ni quand j’étais petite, ni quand j’étudiais. Je voulais juste travailler là-dessus, car je savais ce qui me rendait heureux et ce que j’aimais.

Comment en êtes-vous arrivé à «L’oubli que nous serons»?

Je suis arrivé à ‘L’oubli que nous serons’ parce qu’ils m’ont appelé et m’ont dit que Fernando Trueba viendrait en Colombie, parce qu’il choisissait des actrices pour représenter Cecilia Facciolince dans le film ‘L’oubli que nous serons’. Je n’arrivais pas à y croire, car c’est l’un de mes livres préférés. Trueba avait vu du matériel de certaines actrices à qui il voulait parler, j’allais être à Bogotá pendant quelques jours et je suis allé à un petit-déjeuner avec Mike, Alberto Rodríguez (qui était en charge du casting et du choix des acteurs) et avec Fernando Trueba. Nous avons bavardé pendant un long moment, il m’a demandé des choses, je lui ai demandé des choses, nous avons parlé du livre, c’était une conversation sympa et à la fin Trueba a dit « bienvenue sur le navire ». Je n’arrivais pas à y croire, car en Colombie, les acteurs font du casting pour tout. Je lui ai demandé s’il ne voulait pas me lancer et il a ri et m’a dit qu’il ne choisissait généralement pas d’acteurs et qu’il était clair, après avoir vu certaines de mes choses et m’avoir parlé, que j’allais être Cecilia. C’était un cadeau de l’univers.

Patricia Tamayo, actrice colombienne

Comment était-ce de travailler avec Trueba?

Incroyable. C’est un homme qui, comme je le dis, n’est pas seulement sage, mais sage. Il en sait beaucoup sur ce qu’il fait, aime ce qu’il fait, mais c’est aussi un être humain fantastique, généreux et calme. Il sait parler à l’acteur et faire ressortir le meilleur de lui. Je pense que c’est l’une des plus belles rencontres que j’aie jamais eues au niveau professionnel et qu’elle restera à jamais dans mon cœur. C’est un homme qui aime beaucoup partager et parler. Nous avons formé un groupe et une très belle famille pendant les deux mois de tournage à Medellín. C’est un don de la vie de l’avoir connu, de continuer à partager avec lui et d’avoir été dirigé par lui.

Pour le rôle, il s’est davantage penché sur le livre ou sur Cecilia Facciolince …

Pour moi, il est important de prendre tous les outils dont je dispose. Au début, j’ai pris le livre et j’ai tout sorti du personnage que j’y voyais et de la façon dont les autres personnages la percevaient. Cecilia a été très généreuse et ouverte à répondre à toutes mes questions. C’est un soutien gigantesque quand, en tant qu’actrice, vous avez l’opportunité de jouer une personne qui est vivante, avec qui vous pouvez parler, écouter ses expériences et la voir bouger, parler, rire, s’exprimer. C’est un outil géant pour un. J’ai eu plusieurs entretiens avec elle et elle était prête à tout répondre, aussi compliquée soit-elle. C’était très gentil, nous avons fait une très belle amitié. C’est une femme incroyablement intelligente avec une force incroyable.

Considérez-vous ce rôle comme le plus important de votre carrière de 25 ans?

Je n’aime pas en parler le plus ou le moins. J’aime vraiment les choses que je fais. Je peux dire que c’est sans aucun doute l’un des personnages et des projets les plus aimants, les plus inspirants et les plus beaux auxquels j’ai participé en tant qu’actrice.

Concernant le Goya, avez-vous toujours rêvé d’obtenir un tel prix?

Non. Peut-être que d’une certaine manière, nous avons tous dans un petit morceau du cœur d’un enfant cette illusion de gagner des prix, mais ce n’est vraiment pas quelque chose pour lequel je travaille ou que je bouge.

Le jour de la cérémonie, je la regardais avec mon mari et quand ils ont dit «  L’oubli que nous serons  » j’ai commencé à sauter comme un fou, j’étais très heureux, j’ai failli mourir et je pense avoir fait tout l’exercice que je n’avais pas fait, au point de sauter et de crier. Tout le monde était très heureux et des gens qui savaient et ne savaient pas m’écrivaient pour me remercier d’avoir donné cela à la Colombie. C’est un triomphe pour le cinéma national, pour ceux d’entre nous qui ont fait le film et pour tout le pays.

Quelle est votre prochaine étape? Avez-vous pensé à faire plus que d’agir?

J’ai toujours été très clair sur le fait que je suis une actrice et que je serai une actrice jusqu’à ma mort. Être actrice définit un grand pourcentage de ma vie, c’est ce qui me passionne le plus. Je ne sais pas s’il a un talent caché là-bas, mais très caché, pour faire autre chose, mais cela pourrait arriver.

Cette année, il y aura un film que j’ai réalisé en Suisse il y a un an et demi. J’ai aussi un autre tournage en Suisse à la fin de l’année, avec un film qui me passionne, mais dont je ne peux toujours pas parler.

Le plus proche est les 2 et 3 avril: la pièce «Le rêve de la vie» (de Felipe García Lorca) mise en scène par Jorge Hugo Marín, au Julio Mario Santodomingo. Maintenant, nous sommes en répétition et nous sommes très heureux de pouvoir faire du théâtre après si longtemps.

Lire aussi: Le triomphe du cinéma national avec le Goya pour «  L’oubli que nous serons  »

Vous pourriez également aimer...