Le Venezuela

Plus de 500 personnes sont mortes en Espagne à cause de la canicule

La canicule qui frappe l’Espagne a fait plus de 500 morts, a déclaré mercredi le Premier ministre Pedro Sánchez lors d’une visite dans une zone touchée par un incendie dans la région d’Aragon.

« Je demande aux citoyens de faire preuve d’une extrême prudence », a demandé le président socialiste, qui a une nouvelle fois souligné que « l’urgence climatique est une réalité » et que « le changement climatique tue », rapporte le portail web DW Español.

Le nombre de décès cité par Sánchez fait référence aux estimations de l’Institut public Carlos III, qui effectue un calcul statistique de l’augmentation de la mortalité causée par des causes précises, telles que la hausse des températures, en comparant ces chiffres avec la série statistiques historiques .

En ce sens, l’institut a souligné qu’il ne s’agit pas d’un registre officiel des décès.

L’Espagne, l’Italie, la France et la Grèce continuent de lutter contre l’incendie

Bien que la canicule se soit déjà calmée dans presque toute l’Europe, les incendies continuent d’être les tristes protagonistes d’aujourd’hui, en particulier dans les pays méditerranéens, où des milliers de pompiers travaillent contre les flammes dans un été particulièrement sec.

Selon l’agence EFE, en Espagne, la situation générale évolue favorablement après les sinistres de ces dernières dates grâce à l’amélioration des conditions climatiques, tant au niveau de la chaleur que du vent, et de nombreuses personnes expulsées de leur logement ont pu y retourner .

Cependant, plusieurs incendies importants continuent d’être actifs, notamment dans les provinces d’Orense et Lugo (Galice), Saragosse (Aragón) et Zamora et Ávila (Castilla y León), auxquels s’est ajouté ce jeudi un nouvel incendie sur l’île de Tenerife. (Canaries), qui a commencé dans la commune de Los Realejos dans une zone « compliquée et énergivore », avec une orographie abondante en dépressions et ravins peuplés de garrigue, selon les autorités locales.

En Italie, la situation est pire, avec l’intervention des équipes d’extinction dans 25 grands incendies, également alimentés par l’extrême sécheresse et la canicule qui s’y poursuit et devrait durer jusqu’à la fin du mois, avec des pointes à 42 degrés. pendant la journée et 27 degrés la nuit.

Ce jeudi, 14 grandes villes -dont Rome, Florence, Gênes, Milan et Turin- ont activé le plus haut niveau d’urgence en raison de la chaleur, tandis que les autorités demandent la collaboration des citoyens dans la lutte contre l’incendie, puisque « la plupart des incendies de forêt est causée par un comportement superficiel et souvent malveillant », comme ils le soulignent.

Les deux points chauds les plus inquiétants se trouvent dans les collines de Massarosa, près de Lucca (Toscane), avec environ 900 hectares brûlés et un millier de personnes évacuées, et sur le plateau de Carso, près de Trieste (Friuli-Venezia Giulia) à la frontière avec la Slovénie, où le les flammes se propagent déjà.

En effet, plus d’un millier de pompiers de ce pays d’Europe centrale, avec des équipes autrichiennes et croates venues en renfort, combattent ce qui est déjà considéré comme le plus grand incendie de l’histoire de la Slovénie, puisqu’il touche près de 2 000 hectares et oblige à l’évacuation de lieux variés

En France, deux incendies sont également particulièrement préoccupants : ceux qui se sont déclarés le 12 juillet au sud de Bordeaux, qui selon les pompiers n’ont pas progressé ces deux derniers jours, mais ne sont toujours pas réparés après avoir brûlé 20.800 hectares de pinèdes.

La délégation préfectorale ou gouvernementale insiste sur le fait qu’il n’y a pas eu de « changements notables » bien qu’il ait fallu s’attaquer à certains feux qui avaient été ravivés et que des travaux avec des engins lourds continuent d’être effectués sur les périmètres des feux.

Concernant les 37 000 personnes évacuées depuis le début de la crise, les conditions ne sont pas encore réunies pour qu’elles retournent chez elles ou dans les camps dont elles ont été expulsées et elles le feront quand il n’y aura pas de risque », secteur par secteur selon les situations ».

En Grèce, les trois grands incendies qui ont brûlé des milliers d’hectares de forêt et des dizaines de maisons et de voitures dans la région de l’Attique sont désormais maîtrisés, tandis que le parquet grec a ordonné une enquête pour clarifier leurs causes car il y a des indices qu’ils étaient provoqué.

Le pire des incendies a été celui qui s’est déclenché mardi sur le mont Penteli, en périphérie d’Athènes, qui a brûlé plus de 2.000 hectares de forêt et contraint plus d’une trentaine de personnes à être hospitalisées, victimes de problèmes respiratoires et de blessures légères. tandis que la Protection civile a organisé des évacuations de citoyens dans une zone qui touche 90 000 personnes.

Cependant, ce jeudi de nouveaux incendies se sont déclarés dans diverses parties de la péninsule du Péloponnèse, dont le plus dangereux est celui qui touche la commune d’Ágnanta, dans la région d’Élide, qui a déjà été évacuée.

Au cours des dernières 24 heures, 44 incendies de forêt ont été enregistrés en Grèce et, selon l’Observatoire national d’Athènes, à partir de demain, la situation sera encore plus compliquée, car les vents forts en rafales qui soufflent dans ce pays ajouteront une hausse des températures à 40 degrés centigrades.

La canicule frappe les États-Unis

Plus de 100 millions d’Américains sont en alerte ce jeudi en raison des températures élevées dans le pays, qui, selon le service météorologique national, ont dépassé les 60 records quotidiens maximum jusqu’à présent cette semaine, rapporte l’EFE.

Parmi les villes qui ont atteint ces records figurent Abilene, dans l’État du Texas, avec 110 °F (43,3 °C), et Salt Lake City, Utah, avec 107 °F (41,6 °C).

Le Centre de prévision météorologique a précisé dans un communiqué que le sud-ouest, l’est et l’est du pays sont les zones les plus touchées, tandis que de fortes tempêtes sont attendues dans le nord-est et le sud-est.

Il y aura des températures au-dessus de la normale pour le reste de la semaine, « avec une partie importante de la population sous alerte », a ajouté cette agence, selon laquelle dans des États comme l’Utah, les températures nocturnes ne chuteront qu’à 80 ° F (26, 7 ° C), qui n’apportera qu’un « soulagement relatif ».

Le journal The Washington Post a souligné que 48 des 50 États sont sous alerte pour les températures élevées. À Phoenix, en Arizona, les maximales pourraient atteindre 115 ° F (46,1 ° C), et il y a « au moins » 16 États où des températures à trois chiffres sont prévues.

Vous pourriez également aimer...