Le Brésil

Que doit contenir un programme gouvernemental? Impôts !

Programme gouvernemental et impôts.  Image : Freepik.
Programme gouvernemental et impôts. Image : Freepik.

Depuis des décennies, on parle de les inefficacités de notre système fiscal et la nécessité d’une réforme fiscale. Aux prochaines élections, les programmes gouvernementaux devront certainement s’attaquer à ce problème.

Les détails exacts dépendront de la l’inclination politique de chaque candidat, mais certains aspects ne peuvent être ignorés. les impôts sont nécessaire pour maintenir la machine d’état en marche et produire des services publics. Mais ils génèrent des coûts qui vont au-delà de l’argent qui sort de nos poches – ce qu’on appelle les distorsions.

Ces distorsions sont inévitables, étant donné que il n’y a pas de fourniture de biens et de services publics sans perception d’impôts. La question est de savoir si on peut mettre en place une fiscalité dans laquelle ils ne sont pas trop gros. Un exemple permet d’illustrer ce propos.

A lire aussi : Structure fiscale brésilienne : comprendre son fonctionnement

un exemple hypothétique

Supposons que le gouvernement d’un pays décide de taxer la production de jus d’orange pour financer ses activités. une partie de cela la taxe finit par être répercutée sur les consommateurs sous la forme de prix plus élevés. Mais ils réagissent en substituant la consommation de jus d’orange à d’autres biens, par exemple le jus de raisin. Le résultat est que la production et la consommation de jus d’orange seront plus faibles.

Ce mouvement génère une série de coûts pour la société, qui ne sont pas exactement l’argent que nous dépensons pour payer ces taxes. Ce sont les distorsions qui réduisent la économie efficacité.

Un secteur (le jus d’orange) finit par diminuer de taille non pas parce que ses entreprises sont moins productives, mais simplement parce qu’il y a une fiscalité plus élevée par rapport aux autres secteurs de l’économie. Et certaines activités économiques (la production de jus de raisin) finissent par en profiter.

Alors, pas nécessairement le Les rares ressources de l’économie vont à ceux qui en font l’usage le plus productif.. C’est ce que les économistes appellent mauvaise allocation des ressources.

En outre, taxer peu de produits nuit à la perception des impôts par le gouvernement. En effet, les particuliers et les entreprises modifient leur comportement en réponse à l’augmentation de la fiscalité, ce qui leur permet d’« échapper » à une partie de la fiscalité. Je n’ai pas vu d’évasion ou d’évasion fiscale, mais simplement de le remplacer par d’autres produits qui sont devenus relativement moins chers.

Dans l’exemple hypothétique, de nombreuses personnes n’achèteraient pas de jus d’orange (au lieu de jus de raisin) parce qu’il est devenu plus cher en raison de la hausse des taxes. Avec cela, la consommation du produit et les possibilités de percevoir des taxes de cette manière diminuent.

un vrai exemple

Il y a une proposition qui revient toujours dans les discussions au Brésil et qui est considérée par beaucoup comme une solution miracle : la taxe unique. En général, cette proposition implique la perception de taxes sur les transactions financières, sur le modèle de l’ancien CPMF. Il est même question de supprimer toutes les autres taxes de l’économie et de mettre en place un CPMF suralimenté. Nous verrons probablement des versions de cette taxe dans certains programmes gouvernementaux.

Et ici, il faut être très prudent. Comme dans l’exemple hypothétique du jus d’orange, les gens sont sûrs de changer leur comportement pour éviter la taxe. Par exemple, les individus utiliseront moins système financier pour effectuer les paiements et les entreprises réaliseront davantage d’étapes de leur production en interne (au lieu d’embaucher d’autres entreprises pour réaliser une partie de la production). Découvrez la discussion plus en détail ici.

Tout cela a le potentiel de réduire l’efficacité de l’économie. Et le montant à collecter sera très probablement inférieur à ce que visent les partisans de la proposition, compte tenu de la réaction attendue des particuliers pour réduire les transactions financières.

Alors, si vous tombez sur des propositions miraculeuses de taxes sur quelques activités finançant l’appareil d’État, méfiez-vous !

Voir aussi notre vidéo sur les impôts au Brésil !

Les avantages d’une fiscalité uniforme

Comme nous en avons discuté, les coûts fiscaux vont au-delà de l’argent que nous versons au gouvernement. Il y a coûts sociaux, à mesure que les particuliers et les entreprises modifient leur comportement en raison de la fiscalité. En ce sens, les systèmes qui reposent sur une base large – c’est-à-dire qui couvrent divers biens et services dans l’économie – et qui ont des taux similaires tendent à réduire ces distorsions.

Dans l’exemple du jus d’orange, si la même taxe était prélevée sur le jus de raisin, il y aurait moins de possibilités de substitution, ce qui réduirait les distorsions liées à la fiscalité.

Le système fiscal brésilien, cependant, est loin de ce schéma. Il existe différents tarifs, souvent pour des produits à proximité.

Cela crée une incertitude supplémentaire pour les entreprises, en particulier lors de l’introduction d’un nouveau produit, car elles ne savent pas dans quelle catégorie l’article tombera (et quelle taxe sera facturée). O le système est encore complexeobligeant les entreprises à consacrer du temps et des ressources à se conformer aux procédures bureaucratiques liées aux impôts.

De plus, des opportunités sont créées pour l’action de lobbies entreprises, dans le but de faire pression sur les politiciens et les dirigeants pour qu’ils réduisent les impôts de certains secteurs. À la fin, Les entrepreneurs peuvent investir davantage dans la création de relations avec les politiciens pour obtenir un traitement fiscal favorable que dans l’innovation, la productivité, l’introduction de nouveaux produits, etc..

Un système plus simple avec tarifs communs aux différents produits, présenterait plusieurs avantages par rapport au système actuel. Cela réduirait les coûts sociaux de la fiscalité et signalerait aux entrepreneurs qu’il n’existe aucune possibilité d’accroître la rentabilité via hall pour réduire les impôts de votre industrie.

Voir aussi notre vidéo sur la fonction fiscale !

Questions aux candidats

Il est toujours utile d’orienter la discussion des politiques publiques par une référence. Dans notre cas, je pense que cette référence devrait être un régime fiscal uniformeavec des taux communs à la plupart des biens et services de l’économie.

Si un candidat estime qu’un secteur particulier mérite un traitement différent, il doit le justifier. En d’autres termes, il doit expliquer pourquoi il est nécessaire d’aider ce secteur et de nuire à d’autres, générant des coûts sociaux. Y a-t-il des avantages qui l’emportent sur ces coûts?

Souvent, la discussion portera sur les emplois à créer. Mais force est de constater que la fiscalité différenciée finit par nuire à d’autres secteurs, qui se retrouvent avec des impôts relativement plus élevés. Non seulement cela déclenche les coûts sociaux évoqués ci-dessus, mais cela rend également difficile création d’emplois dans d’autres secteurs qui n’ont pas été attribués.

L’argument peut également invoquer le la répartition des revenus. Un exemple est réduire les taxes sur les produits qui composent le panier alimentaire de base, au profit des plus pauvres. Mais il faut considérer que les plus riches en profiteront aussi (bien que dans une moindre mesure), puisqu’ils consomment aussi ces produits, ainsi que les entrepreneurs des secteurs qui produisent des denrées alimentaires de base (qui ne sont probablement pas parmi les plus pauvres).

Plus important: le candidat devra expliquer pourquoi cette amélioration distributive n’a pas pu être obtenue par des programmes de transfert de revenus, au lieu d’une taxation favorable sur les produits du panier de base.

Les économistes voient des raisons de « casser » la règle d’imposition uniforme lorsqu’il y a des externalités. Au cas d’externalités positives, lorsqu’une personne consomme un bien, elle génère des bénéfices pour des tiers qui n’ont rien à voir avec son action. Un exemple très clair est la vaccination, dans laquelle la personne diminue non seulement ses chances de contracter une maladie, mais aussi de la transmettre à d’autres. Dans ces situations, la prescription est d’encourager ces activités, avec une baisse des impôts et même des subventions.

Alors on pourrait interroger les candidats qui préconisent un traitement particulier pour un secteur particulier s’il existe des externalités positives, et si elles sont pertinentes.

En revanche, il existe plusieurs cas d’externalités négatives, lorsque la consommation ou la production d’un bien nuit à autrui. L’exemple classique est les activités qui polluent et agressent l’environnement. Ici, la recommandation est que ces activités soient découragées, c’est-à-dire qu’elles aient un taux d’imposition plus élevé que d’autres produits. À cet égard, l’éternel débat sur la réduction à zéro des taxes sur les carburants et même la subvention de cette activité va à l’encontre de tout argument d’efficacité économique.

Pas encore fini!

La discussion sur les impôts est complexe et ne tient certainement pas dans un texte unique. Ici, nous traitons essentiellement des aspects de l’efficacité économique liés au système fiscal. Mais il y a des problèmes très importants de répartition des revenus, que nous aborderons à la prochaine occasion.

Alors, avez-vous compris l’importance que le débat sur la fiscalité soit présent dans les programmes gouvernementaux ? Laissez votre avis ou question dans les commentaires !

Remarque : le texte ne reflète pas l’opinion ou la position de Politize !, il s’agit d’un partenariat établi avec la plateforme « Car? – economês en bon portugais”qui vise à rendre l’économie accessible au public non spécialisé et à montrer que sa compréhension est essentielle tant sur le plan individuel que pour le plein exercice de la citoyenneté.

Vous pourriez également aimer...