Le Brésil

Qu’est-ce que le bolsonarisme ? Un nouveau mouvement social ou pas ?

Manifestation bolsonariste le 7 septembre 2021 à São Paulo.  Image : Miguel Schincariol/AFP.
Manifestation bolsonariste le 7 septembre 2021 à São Paulo. Image : Miguel Schincariol/AFP.

Populisme, néolibéralisme, conservatisme (et une foule d’autres -ismes), autant de mots que vous avez sans doute déjà entendus pour désigner le même phénomène : la Bolsonarisme

Bien que le bolsonarisme soit un concept polysémique ━ c’est-à-dire avec de multiples significations et interprétations ━, il est possible d’identifier clairement certains des principaux points qui caractérisent le mouvement politique.

Voulez-vous savoir quels sont ces éléments et ce qui a permis l’essor de Jair Messias Bolsonaro à la présidence de la République ? Dans ce texte, politisez ! t’expliquer!

Lire aussi : Conservatisme : comprendre le concept en 4 points

Tout d’abord, après tout, qui est Jair Bolsonaro ?

Jair Bolsonaro est un capitaine à la retraite de l’armée brésilienne et ancien député fédéral de l’État de Rio de Janeiro, poste qu’il a occupé pendant 28 ans, du 1er janvier 1991 au 1er janvier 2019.

Né le 21 mars 1955 à Campinas, une ville de l’intérieur de l’État de São Paulo, Bolsonaro a commencé sa carrière militaire dans la ville de Resende (RJ), après avoir été diplômé de l’école supérieure de l’armée brésilienne – Academia das Agulhas Negras.

Avec une trajectoire troublée par le Forces arméesBolsonaro a été publiquement reconnu comme un critique des conditions salariales de l’armée, ainsi que pour son soutien grèves de l’armée ━ action qui constitue un crime, selon la Code pénal militaire.

Les questions de discipline militaire et la défense des émeutes l’a conduit à être condamné en première instance par le Tribunal militaire supérieur. En 1988, il a été acquitté par la même instance.

Même en 1988, Bolsonaro a été élu pour la première fois membre du conseil municipal de Rio de Janeiro. Cela passe par le Parti chrétien-démocrate (PDC), sigle de parti dont les principales bannières sont le conservatisme, la religion catholique et la défense du nationalisme.

En 1990, deux ans après avoir été élu conseiller, l’homme politique débute sa carrière au Congrès national en tant que député. Cette période dura jusqu’à son élection présidentielle et fut marquée par l’exaltation de la dictature militaire (1964-1985), par la critique de politique identitaire et pour défense de la méritocratie (anti-quotas). Sur le plan économique, il a défendu les droits de l’armée et de la police, ainsi que le protectionnisme.

Cependant, une série de doutes subsistent : Comment un député du Congrès national, jusqu’alors peu connu, a-t-il réussi à accéder à la présidence de la République ? Quels sont certains des facteurs qui expliquent cela et qui sont ceux qui composent votre base de followers, les bolsonaristes?

Voir aussi notre vidéo sur le conservatisme au Brésil !

Bolsonarisme : une « nouvelle droite brésilienne » au XXIe siècle ?

Photographie de l’armée. Image : Pexes.

L’une des premières caractéristiques que l’on peut relever de la Bolsonarisme est sa relation avec le régime militaire, qui va des déclarations de Bolsonaro faisant l’éloge de l’époque à la célébration de la mémoire de personnalités et de leurs actions, comme celles du colonel Carlos Brilhante Ustra (1932-2015). Les mesures de sécurité publique et développement économique qui font référence à la dictature sont les principales mobilisées par le dirigeant.

Un exemple en est la déclaration de Bolsonaro le 31 mars 2022, lors d’une cérémonie au Palácio do Planalto, dans laquelle il a déclaré :

« Que serait le Brésil sans les travaux du gouvernement militaire ? Ce ne serait rien ! Nous serions un républicain… »

Cette même tendance est observable chez ses électeurs, comme l’ont révélé la collecte de données et les entretiens menés par le professeur Esther Solano de l’Université d’État de São Paulo (UNESP) en 2018.

Dans cette étude, en cherchant à identifier les éléments de la « nouvelle droite »Solano voit la mobilisation d’une série de valeurs traditionnelles qui seraient perdus au Brésil, parmi lesquels : la religion, la famille et la discipline. L’auteur résume :

« L’une des questions que la droite la plus radicale utilise toujours comme rhétorique dans le débat sur ses valeurs et ses fondements éthiques est la réinterprétation de la dictature, réinterprétant que dans la dictature la vie était plus sûre et plus disciplinée. […] resignification de la dictature dans une période nostalgique où le bon citoyen était protégé par l’État et où régnait l’ordre et non la confusion » (SOLANO, 2018).

Ainsi, il est possible d’identifier re-signification de la dictature militaire de 64 comme l’un des aspects qui caractérisent le bolsonarisme. Cependant, malgré cet aspect de désir de retour vers le passé, il est possible de questionner cette conceptualisation. Cela est dû à d’autres éléments contemporains qui prédominent dans le mouvement, tels que les mobilisations de rue, l’utilisation intensive des réseaux sociaux et les débats sur le genre et la race.

Le moralisme et le « nous » contre elles ou ils ».

Deuxièmement, le question de morale c’est aussi un aspect essentiel à attirer l’attention pour comprendre le mouvement politique qui s’organise autour de la figure de Jair Bolsonaro et de ses idéaux.

Le bolsonarisme peut être conçu, comme le suggère Angela Alonso (2021), comme un « communauté morale ». En d’autres termes, il présente sa propre interprétation de la réalité socio-politique et économique du pays, ainsi qu’un choix entre ce qui est « bien » et ce qui est « mal ».

Le cas le plus clair en est la création de binarismes sociaux (vision qui organise l’univers en catégories opposées). Ceux qui sont associés aux rôles qu’un homme et une femme devraient assumer et ceux qui sont considérés « Chrétien et morale » contre les profanes.

Cette double organisation de la société se manifeste principalement à travers la notion de « bon citoyen », ce qui implique l’existence de ceux qui ne feraient pas partie de cet ensemble comme ; athées, corrompus, féministes, « les parasites de l’État », socialistes et autres.

Il s’agit donc d’un réseau d’appartenance caractérisé par l’opposition aux « autres », ceux qu’il faut combattre et qui sont hiérarchiquement inférieurs.

Anti-partisanerie et nettoyage politico-institutionnel

LA mobilisation conservatrice-patriotique présents dans les manifestations de 2015 et 2016 sont liés à l’image de Jair Bolsonaro. Plus précisément, les mouvements et déclarations des manifestants pro-impeachment ont été décisifs pour le renforcement d’éléments déjà présents dans les discours de l’ancien parlementaire : nettoyage politico-institutionnel et anti-partisanerie.

L’existence d’affiches lors de manifestations avec des déclarations telles que « Tout le monde dehors », « Le Brésil fait confiance à Sérgio Moro ! », « Notre politique est immorale ! », « Nous voulons tous les corrompus en prison : Lula Dilma Calheiros, Cunha… » et même « Je veux une intervention militaire maintenant » suggèrent l’existence d’un sentiment non seulement anti-ptmais peut-être contraire à la politique brésilienne en général.

Dans cette logique, les partis brésiliens tels que le PT (Parti des travailleurs), le MDB (Mouvement démocratique brésilien) et le PSDB (Parti social-démocrate brésilien) seraient tous similaires. Ceux fêtes traditionnelles qui, dans la perception du bolsonarisme, serait traversé par corruption, éloignement des citoyens et pour des logiques de gouvernance égalitaires.

De cette façon, il est possible de percevoir anti-partisanerie comme un autre facteur qui peut expliquer « qu’est-ce que le bolsonarismo? ». Ces faits seraient encore confirmés dans les recherches de Solano auprès des manifestants le 16 août 2015 sur l’Avenida Paulista. Les données recueillies par le chercheur ont montré que 96 % des manifestants n’étaient pas satisfaits du système politique et 73 % ne faisaient pas confiance aux partis (SOLANO, 2021).

Dès lors, une vision négative de la politique, des institutions, des partis et des dirigeants est cruciale pour la victoire (et la construction d’un groupe autour de lui) d’un homme politique qui se présentait comme faisant partie du « bas clergé » du Congrès national et qui allait pour « changer tout cela là ».

Voir aussi notre vidéo sur la polarisation entre Lula et Bolsonaro !

Conclusion

Comme on le voit dans le texte, le bolsonarisme est un phénomène encore difficile à comprendre. Que ce soit en raison de sa dimension temporelle récente ou de la variété des acteurs, des agendas voire des contradictions observées en son sein.

Cependant, il est possible d’identifier certains des facteurs constitutifs de ce mouvement tels que :

  • L’exaltation de la dictature militaire ;
  • La défense de la méritocratie ;
  • La division de la société en bons et mauvais;
  • Dans la sphère institutionnelle, la critique généralisée de l’existence des partis, des hommes politiques et de la dimension corrompue qui leur serait « intrinsèquement » associée.

Il faut garder à l’esprit qu’aujourd’hui 25% de la population brésilienne approuve le gouvernement actuel (DATAFOLHA, 2022). De cette façon, le Bolsonarisme il se révèle encore capable de mobiliser des milliers de personnes dans les rues et les urnes brésiliennes. Mettre en évidence l’impact social et politique de ce phénomène et son importance pour le comprendre.

Mais et toi ? Selon vous, qu’est-ce que le bolsonarisme ? Existe-t-il vraiment ? Peut-on parler d’un concept homogène ? Ces questions et d’autres servent de réflexion! Dites-nous ce que vous entendez par bolsonarismo dans les commentaires !

Références:
  • ALONSO, Angèle. La communauté morale bolsonariste. dans: DIVERS, Auteurs. Démocratie en danger ? : 22 essais sur le Brésil d’aujourd’hui. 1. éd. São Paulo : Companhia das Letras, 2019. p. 52-70.
  • Datafolha – La désapprobation du gouvernement Bolsonaro tombe à 46 % ; l’approbation est de 25 % : le président, qui a fait des publicités populistes, enregistre une première amélioration de sa popularité depuis mai.
  • SOLANO, ESTER. La bolsonarisation du Brésil. dans: DIVERS, Auteurs. Démocratie en danger ? : 22 essais sur le Brésil d’aujourd’hui. 1. éd. São Paulo : Companhia das Letras, 2019. p. 307-321.
  • SOLANO, ESTER. Crise de la démocratie et extrémisme de droite. ,Friedrich Ebert Stiftung Brésil, 2018.
  • ROMANO, CLAYTON. Bolsonarisme et bolsonaristes dans le Brésil contemporain : contexte historique, parcours politiques. Journal of Social Development, vol 27, n 1 jan/juin, 2021, PPGDS/Unimontes-MG.
  • UOL – Bolsonaro, sur le coup d’État de 1964 : Sans dictature, « nous serions une république ». UOL Notícias, São Paulo, 31 mars. 2022

Vous pourriez également aimer...