Le Venezuela

Le mouvement indigène et le gouvernement de l’Équateur parviennent à un premier accord

Ce mardi, le mouvement indigène et le gouvernement équatorien sont parvenus à leur premier accord lors de la quatrième journée de pourparlers qui a débuté la semaine dernière, respectant les engagements officialisés dans l’Acte pour la paix, signé le 30 juin.

Un consensus a été atteint à la table thématique Banque publique et privée. Il repose sur quatre points fondamentaux : remise de dette, restructuration, refinancement et reclassement des débiteurs, ainsi que de nouvelles lignes de crédit productives, a rapporté Telesur.

« Surtout, ils vont permettre une plus grande accessibilité des secteurs ruraux et populaires à ces facilités de crédit », a déclaré le ministre du gouvernement, Francisco Jiménez, qui dirige l’équipe de négociation au nom de l’administration nationale.

Le texte a été signé par le Conseil de la politique et de la réglementation financières, BanEcuador et des représentants du mouvement indigène, en présence de représentants de la Conférence épiscopale équatorienne (CEE).

Les médias locaux ont montré le moment de la signature de l’accord conclu à la table du moratoire du crédit avec les banques publiques et privées.

« Parmi les applaudissements, les représentants des mouvements ont apposé leur signature sur le document », a rapporté Teleproducciones Ecuatorianas.

Précisions

Iván Andrade, président de BanEcuador, cité par Prensa Latina, a apporté quelques éclaircissements définis dans les récents tableaux techniques, qui seront réglés dans un document dont la signature est prévue par les deux parties au cours de cette journée.

En ce qui concerne les crédits, le Gouvernement allouera 540 millions de dollars destinés à la base productive. Parmi ceux-ci, 200 millions seront livrés pour une durée de 30 ans et à un pour cent d’intérêt.

Auparavant, les autorités avaient engagé 100 millions et les 100 restants seront livrés en quantités de 5 000 à 20 000, à 10 ans et avec 5 % d’intérêt.

Andrade a également mentionné parmi les accords la remise de crédits jusqu’à trois mille dollars, bénéfique pour 27 mille Équatoriens, ainsi que le refinancement pour les citoyens ayant des dettes en souffrance jusqu’à 10 mille dollars.

Dans le même ordre d’idées, ils analyseront les dossiers des débiteurs, afin de définir le type d’assistance.

D’autres institutions telles que la Société nationale de financement et la Société nationale de financement populaire et solidaire disposeront également de fonds pour aider les coopératives.

Questions en suspens

Malgré de multiples propositions, la première partie du tableau inaugural est toujours en suspens, relative aux subventions aux carburants, sur lesquelles les points médians n’ont pas été atteints.

Les représentants d’autres secteurs sociaux qui ne participent pas aux dialogues parlent des solutions en attente que le gouvernement et ses institutions ont concernant leurs revendications.

« Nous n’avons pas renoncé au droit à la résistance et à la protestation sociale », a déclaré José Villavicencio, vice-président du Front uni des travailleurs (FUT).

L’étape suivante

On s’attend à ce que la prochaine étape du dialogue consiste à aborder le thème du développement productif, probablement ce mercredi et pendant le reste de la semaine, pour ensuite laisser place à l’évaluation des questions pétrolières et minières.

Il est prévu de la même manière que les tableaux techniques resteront pendant trois mois, jusqu’en octobre prochain. La Confédération des nationalités autochtones de l’Équateur, le Conseil des peuples et organisations autochtones évangéliques et la Confédération nationale des organisations paysannes, autochtones et noires y participent.

Ces organisations appelant à la grève nationale tenue du 13 au 30 juin dernier, participent au nom des autres groupes sociaux participant aux mobilisations.

Les marches réclamaient des réponses de l’Exécutif à un agenda de 10 points sensibles pour la population, présenté depuis 2021 et sans réponses des autorités.

Pour beaucoup, les négociations en cours sont des signes de la volonté des deux côtés de parvenir à un consensus bénéfique pour les citoyens, en particulier ceux qui ont moins de ressources.

Le reste des questions à discuter comprend l’emploi et les droits du travail, l’énergie et les ressources naturelles, les droits collectifs et l’enseignement supérieur, la protection des investissements nationaux, le contrôle des prix, l’accès à la santé et à la sécurité.

Vous pourriez également aimer...