Qui est derrière cet homicide ?

Ces dernières heures, la nouvelle du meurtre de Carlos Arturo Londoño, 59 ans, conseiller municipal de Tuluá, qui bénéficiait de mesures de protection active accordées par l'Unité Nationale de Protection (UNP).

Le responsable avait reçu plusieurs menaces, pour lesquelles il avait demandé à l'État de lui fournir une équipe de sécurité ; Toutefois, ces mesures n'ont pas été efficaces, car il a reçu plusieurs blessures par balle, ainsi que Clarivel Ocampo Fernández, 48 ans, fonctionnaire du ministère de la Protection sociale, à la sortie de la responsabilité des 100 premiers jours de gestion du maire de la région.

Après cette tragédie, un conseil de sécurité extraordinaire à Tuluá, qui comprenait la participation de plusieurs responsables et autorités pour rechercher les responsables de l'attaque.

La police a déterminé que l'homicide s'était produit lorsque Londoño avait demandé à son escorte de retourner au Colisée où avait eu lieu la remise d'un objet qu'il avait oublié. A ce moment-là, les tueurs à gages en profitèrent pour dégainer leurs armes.

Apparemment, les militaires Gaula ont réussi à blesser l'un des auteurs présumés de l'attaque. L'UNP a établi que l'homme recevait actuellement des soins médicaux et était sous surveillance.

?Le maire de Tuluá, Gustavo Vélez, a indiqué dans une interview pour El Tiempo que, apparemment, L'attaque a été menée à partir de plusieurs véhicules, « Ce que l'on sait, c'est que les tueurs se déplaçaient dans un véhicule et des motos, de là ils ont tiré sur le conseiller alors qu'il quittait le Colisée dans sa voiture, où nous faisions le point sur les 100 premiers jours », a déclaré Vélez.

Les premières hypothèses suggèrent que les responsables des homicides appartiendraient à la bande criminelle « La Inmaculada », dont les dirigeants alias 'Nacho' et alias 'Pipe', Ils restent dans différents centres pénitentiaires du pays.

« Nous savons que derrière ces événements, il y a toujours La Inmaculada, cette organisation a semé le chaos dans la ville, elle nous a battus. Et depuis les prisons, les criminels continuent de donner des ordres, c'est notre problème« , a déclaré le président.