Le Brésil

Réflexions sur les objectifs de développement durable dans le Grand ABC

Toujours avec les objectifs du millénaire actuel à l’esprit, la conférence des Nations Unies s’est tenue en 1992 à Rio de Janeiro pour discuter de la garantie du développement des nations futures. À l’époque, les chefs d’État réunis ont convenu de créer un agenda qui proposerait une croissance et un développement durables et «mettant l’accent sur les êtres humains et la protection de l’environnement». Puis l’Agenda 2030 émerge, «pour promouvoir, à l’échelle planétaire, un nouveau modèle de développement pour le 21e siècle».

En janvier 2012 (20 ans plus tard), 193 délégations sont retournées à Rio de Janeiro pour s’engager en faveur du développement durable. Ainsi, la déclaration finale de la conférence RIO +20 se termine par le document «L’avenir que nous voulons».

Le soi-disant Programme de développement durable à l’horizon 2030 mis en place en 2015 propose 17 objectifs directeurs, avec 169 objectifs et a pour devise «ne laisser personne de côté». Ainsi, les objectifs du développement durable sont: l’éradication de la pauvreté (éradiquer la pauvreté sous toutes ses formes et partout), avec 7 objectifs; Faim zéro et agriculture durable, avec 8 objectifs; santé et bien-être, avec 13 objectifs; une éducation de qualité, avec 10 objectifs; égalité des sexes, avec 9 objectifs; eau potable et assainissement, avec 8 objectifs; une énergie abordable et propre, avec 5 objectifs; travail décent et développement économique, avec 12 objectifs; industrie, innovation et infrastructure, avec 8 objectifs; réduction des inégalités, avec 10 objectifs; villes et communautés durables, avec 10 objectifs; consommation et production responsables, avec 11 objectifs; action contre le changement climatique mondial, avec 05 objectifs; vie aquatique, avec 10 objectifs; vie terrestre, 11 objectifs; paix, justice et institutions efficaces, avec 12 objectifs; partenariats et moyens de mise en œuvre, avec 19 objectifs.

Programme Villes durables et ODD

Pour que les ODD soient mis en œuvre efficacement, il était nécessaire de les adapter à la réalité de chaque pays, ainsi que de créer des méthodologies de suivi spécifiques. C’était l’une des exigences de l’ONU et d’autres instances pour chaque membre signataire de l’engagement: créer la Commission nationale des objectifs de développement durable (CNODS). Au Brésil, cet engagement a été établi par décret présidentiel en 2016 (décret présidentiel 8892 du 27 octobre 2016).

De cette manière, l’IBGE a créé un ensemble d’indicateurs de suivi pour l’AGENDA 2030 et l’IPEA a produit un rapport spécifique pour «adapter les objectifs mondiaux à la réalité brésilienne», appelé Agenda 2030 – ODS – Objectifs nationaux pour les objectifs de développement durable. La société civile, à son tour, s’est également organisée et a créé le Groupe de travail de la société civile pour l’AGENDA 2030, qui à son tour publie chaque année le «Rapport léger de la société civile sur l’Agenda 2030».

Chaque année, l’ONU organise la réunion du Forum politique de haut niveau sur les objectifs de développement durable (HLPF), au cours de laquelle les pays présentent leurs progrès afin que les évaluations mondiales et les avancées des ODD puissent avoir lieu.

La Confédération nationale des municipalités (CNM) travaille à la mise en œuvre des objectifs de développement durable dans les municipalités. Pour faciliter le suivi des indicateurs et l’atteinte des objectifs, le CNM a créé le mandat municipal des ODD. La méthodologie consiste à utiliser un graphe de type radar pour suivre l’évolution de chaque ville. L’évolution et le suivi des communes vont de 0 à 1 et sont divisés par des couleurs: rouge (de 0,00 à 0,33 – en dessous du paramètre), jaune (0,34 à 0,66 – médiane), vert (0, 67 à 1,00 – au-dessus du paramètre ).


• Plus d’articles dans la série Desenvolvimento em Foco


Lors de l’évaluation des sept communes de la Grande ABC (le tableau des indices dans son intégralité, il est possible de vérifier dans la 15ème carte de conjoncture de l’Observatoire Conjusques) il y a une disparité dans l’évolution entre les sept communes. Santo André et São Caetano do Sul apparaissent avec 20 indicateurs verts précédés de São Bernardo do Campo; ceux avec moins d’indicateurs verts sont Mauá et Rio Grande da Serra avec 12 indicateurs. Dans l’indice général, les meilleurs sont les indicateurs de la variable sociale, Ribeirão Pires étant la ville avec le plus grand nombre d’indicateurs verts à cet égard.

En regardant individuellement, les plus grandes faiblesses et forces de chaque municipalité sont perçues. São Caetano, par exemple, avec d’excellents taux en général, apparaît en rouge dans l’indicateur «participation aux politiques de conservation de l’environnement», mais c’est la seule commune qui apparaît en vert dans l’indicateur «taux de perte dans la distribution d’eau urbaine». Diadema a plusieurs indicateurs rouges dans le paramètre économique. Mauá et São Bernardo sont rouges dans l’indicateur «participation des consortiums», même si la Région a un bilan positif à cet égard.

Dans une analyse générale de l’évolution des communes en termes de nombre d’indicateurs avec les indices les plus élevés (entre les années 2017 à 2019), encore une fois la commune avec la plus grande évolution est São Caetano do Sul avec 22 indicateurs verts en 2018 et 23 en 2019, précédé de Santo André (15 en 2018 et 18 indicateurs verts en 2019). São Bernardo a présenté 16 indicateurs verts en 2018 et 15 en 2019). Les autres communes ont suivi un peu plus bas: Diadema (13 en 2018 et 11 en 2019); Mauá (14 en 2018 et 15 en 2019); Ribeirão Pires (14 en 2018 et 15 en 2019); et Rio Grande da Serra (11 en 2018 et 12 en 2019).

Efficacité

En conclusion, la mise en œuvre des objectifs de développement durable est un enjeu majeur dans le monde. En effet, les discussions sont initiées au niveau international. Pour l’efficacité des ODD, l’adéquation au Brésil dispose d’organes spécifiques pour réduire les divers besoins de chaque municipalité. Parmi eux, l’IBGE, l’IPEA et le CNM, qui ont un rôle essentiel d’orientation et de conduite en matière de suivi des indicateurs et de mise à disposition d’outils à cet effet.

Cependant, l’efficacité de ces indicateurs dans chaque municipalité brésilienne, ainsi que dans le Grand ABC, dépend de la construction d’un agenda public efficace qui implique les gestionnaires publics et la société civile.

Il est entendu et suggéré que le Consortium intercommunal de la Grande ABC serait un acteur important dans cette construction, puisque son rôle fondamental est de guider les communes vers l’application et l’efficacité des politiques publiques.


Alessandra Santos Rosa elle est titulaire d’un diplôme en économie et d’une maîtrise en administration de l’Université de la ville de São Caetano do Sul (USCS). Conseiller en économie et innovation au Secrétariat municipal du développement économique, du travail, du tourisme et de l’innovation d’Hortolândia (SP) et chercheur invité à l’Observatoire des politiques publiques, de l’entrepreneuriat et de la conjoncture (Conjusques).


L’Agenda 2030 émerge comme une proposition aux objectifs du millénaire, proposant plus d’accès et d’efficacité dans leurs agendas. Cette note est un résumé d’un article que nous avons publié dans la 15e note technique de l’Observatoire des politiques publiques, de l’entrepreneuriat et de la conjoncture de l’Université municipale de São Caetano do Sul (USCS), Conjuscs.

Vous pourriez également aimer...