Le Brésil

Regarder le passé pour comprendre le présent et projeter l’avenir

« Les hommes font leur propre histoire, mais ils ne la font pas de leur plein gré ; ils ne le font pas dans les circonstances de leur choix, mais dans celles qu’ils affrontent directement, léguées et transmises par le passé. (Marx, Le dix-huitième brumaire de Louis Bonaparte)

Comme l’a déclaré l’ancien député fédéral José Genoino, dans l’émission Souveraineté en débat, du Mouvement SOS Brésil Souverain de SENGE/RJ, du 10 septembre 2021, le développement des événements récents de la dernière journée de septembre, au Brésil, a été la consolidation de la farce et de la tragédie, mais a également représenté une grande comédie, qui a culminé dans le «manifeste à la nation», écrit par un putschiste têtu et signé par un fasciste lâche et pusillanime.

À la suite de cette séquence d’actes, la classe dirigeante du pays, qui a toujours méprisé le peuple brésilien, a réussi à construire, bien qu’effrayée, un accord de plus pour tenter de maintenir sa survie dans un pays complètement dévasté et détruit.

Il suffit de se promener dans les rues des villes pour constater les répercussions de la pauvreté et de la misère, car la plupart des gens ne sont plus en mesure de supporter les augmentations du coût de la vie, du prix de la nourriture, du carburant et du gaz de cuisine, qui sont imposées sur tout le monde. ; dans le même temps, les travailleurs sont systématiquement touchés par les pertes de salaire et les réductions des droits sociaux et conduits à l’informalité. Toutes ces destructions ont pris de l’ampleur, notamment après le coup d’État de l’entrave indue de la présidente Dilma Rousseff, en 2016.

De là à nos jours, la situation s’est de plus en plus dégradée dans le pays ; la politique développée jusqu’à présent n’a pas réussi à établir un équilibre minimum dans la corrélation des forces sociales, afin de garantir l’harmonie institutionnelle.

Cela devient très clair lorsque les attaques et les harcèlements perpétrés contre l’ancien président Luiz Inacio Lula da Silva, utilisé pour l’emprisonner pendant plus de 580 jours et empêcher sa participation aux élections de 2018, se répètent maintenant sauvagement, dans une vallée exécrable tout ce qui comprend même menaces à sa vie, visant à l’écarter, une nouvelle fois, de la course à l’élection présidentielle de 2022.

Le pays se retrouve avec un simulacre de projet économique, dont la seule formulation est d’augmenter la gigantesque concentration des richesses pour les privilégiés et de favoriser les maîtres du marché financier, qui engrangent d’immenses profits sans rien investir ni produire.

Nous avons été soumis à un semblant d’économie, qui ne se soucie pas de garantir le développement national ou l’éradication de la pauvreté, avec la fin de la marginalisation systématique des plus pauvres, descendants, pour la plupart, des esclaves noirs et indigènes rescapés du génocide ils taxent.

Le Brésil d’aujourd’hui représente les mêmes intérêts du passé colonial, qui s’est reproduit comme une farce dans l’Empire et comme une tragédie tout au long de la période républicaine jusqu’à maintenant, par les mains des mêmes agents, qui ont toujours été désengagés pour l’indépendance nationale.

Et comme l’a déclaré Genoino, dans Sete de Setembro 2021, l’histoire était représentée comme une comédie, dans l’un des accords les plus tristes conclus d’en haut, signé entre un ancien capitaine de l’armée brésilienne et une classe dirigeante qui s’effondre avec toute la structure .d’État.

Tout indique que nous sommes confrontés à une possible corrosion de la classe dirigeante qui a commandé l’État national jusqu’à présent, car ce groupe utilise des chiffres déplorables à tous égards pour négocier un accord impraticable qui est totalement séparé des besoins effectifs du pays.

Les derniers événements peuvent représenter la fin d’un cycle. Car, même s’il peut durer encore un certain temps, l’arrangement politique néolibéral actuel ne produira rien de nouveau, puisqu’il n’a même pas réussi à mettre en œuvre ou à consolider un projet de reconstruction nationale dans le sens du populisme établi après la Révolution de 1930.

A cette époque, quarante-deux ans après la fin de l’esclavage formel, certains droits ont été accordés, visant à l’accommodement de la classe ouvrière exploitée, en gardant le commandement entre les mains de l’élite. La grande différence est qu’à l’heure actuelle, rien n’est accordé aux classes subalternes, qui sont dépassées par une concentration criante des revenus.

Il est important de souligner que les acteurs de la Nouvelle République n’ont pas compris que «la tradition de toutes les générations mortes opprime le cerveau des vivants comme un cauchemar.  » (Marx). En conséquence, ils n’avaient pas la capacité de construire un État qui établirait la mémoire comme base de sa fondation, afin d’éviter que les erreurs successives du passé ne se répètent en farces et en tragédies, permettant aux accords établis par les élite, qui a amené à nos jours.

En outre, la Constitution de 1987/1988, en n’approuvant pas dans le texte de la Constitution actuelle l’abrogation explicite de la loi d’amnistie de 1979, imposée par la classe dirigeante, représentée dans cette Assemblée par le centre de l’époque, a permis le maintien de l’État avec tout son fardeau néfaste du passé irrésolu, qui, malheureusement, a rendu possible ce moment de tragi-comédie, qui pourrait conduire à la désintégration nationale.

Ainsi, il est nécessaire de se tourner vers le passé pour comprendre le présent et projeter notre avenir en tant que nation indépendante et souveraine, ce qui ne sera possible qu’à travers l’organisation de forces populaires, progressistes et démocratiques.

Vous pourriez également aimer...