Le Brésil

rencontrer l’organe qui conseille le président de la République

Rencontre du Conseil de la République avec l'ancien président Michel Temer, en 2018. Photo: Agência Brasil.
Rencontre du Conseil de la République avec l’ancien président Michel Temer, en 2018. Photo: Agência Brasil.

Saviez-vous qu’il existe un organe qui sert à conseiller le président de la République?

C’est vrai, dans ce texte, nous allons parler de la Conseil de la République: ce que c’est, comment il est composé, à quoi il sert, entre autres.

Alors jetez un œil!

Qu’est-ce que le Conseil de la République?

LE Conseil de la République a été institué par l’article 89 de la Constitution fédérale de 1988 comme étant la «organe de consultation supérieur du Président de la République », c’est-à-dire l’organe consultatif le plus élevé du président.

Cependant, le Conseil de la République n’a été réglementé et effectivement créé qu’environ 2 ans plus tard, au moyen de la loi no. 8,041 / 90.

Les acteurs suivants participent au Conseil de la République, sous la direction du Président de la République:

  • le vice-président de la République;
  • le président de la Chambre des députés fédéraux;
  • le président du Sénat fédéral;
  • les leaders de la majorité et des minorités à la Chambre des députés fédéraux;
  • les leaders de la majorité et des minorités au Sénat fédéral;
  • le ministre de la Justice;
  • six citoyens brésiliens d’origine, âgés de plus de trente-cinq ans.

Parmi les six citoyens, deux sont nommés par le Président de la République, deux sont élus par le Sénat fédéral et deux sont élus par la Chambre des députés fédéraux, qui ont tous un mandat de 03 (trois) ans, le renouvellement étant interdit. , c’est-à-dire qu’aucun ne peut être nommé ou élu pour un mandat ultérieur.

En outre, les citoyens, pour participer au Conseil de la République, doivent être des Brésiliens d’origine, c’est-à-dire qu’ils ne peuvent pas être naturalisés.

La participation au Conseil est envisagée activité publique pertinente, et la rémunération est interdite.

La loi établit également que c’est à la Secrétariat général de la présidence de la République fournir tout le soutien administratif nécessaire au plein fonctionnement du Conseil, le Secrétaire général faisant office de secrétaire des réunions du Conseil.

Et le Conseil de la République peut-il traiter de quelque question que ce soit?

La réponse est non.

Selon la loi, il appartient au Conseil de la République de se prononcer sur:

  • intervention fédérale, état de défense et état de siège;
  • questions relatives à la stabilité des institutions démocratiques.

Si vous voulez en savoir plus sur l’intervention fédérale, l’état de défense et l’état de siège, consultez cet autre texte ici de Politize!.

Par «institutions démocratiques», on entend l’ensemble des règles qui régissent l’État démocratique, qui, selon la Constitution fédérale de 1988, a les principes fondamentaux suivants:

  • la souveraineté;
  • citoyenneté;
  • dignité de la personne humaine;
  • les valeurs sociales du travail et de la libre entreprise;
  • pluralisme politique.

Le concept de «Institutions démocratiques» il est assez large, mais on peut dire qu’il inclut, par exemple, les règles fondamentales de la démocratie, qui ne peut pas être changé par un amendement à la Constitution:

  • la forme fédérative de l’État;
  • vote direct, secret, universel et périodique;
  • la séparation des pouvoirs;
  • droits et garanties individuels.

Par conséquent, on peut dire que lorsque l’un desPouvoirs de l’Union(Exécutif, législatif et judiciaire) interfère indûment dans la sphère de compétence d’une autre puissance, il y a instabilité des «institutions démocratiques», par exemple. Ou lorsque droits et garanties individuels – comme la libre expression de la pensée, par exemple – est violée, nous avons aussi une instabilité dans les «institutions démocratiques».

Il existe de nombreuses questions liées à la stabilité des institutions démocratiques, mais seules celles jugées pertinentes peuvent faire l’objet de délibérations du Conseil de la République.

Mais qu’entend-on par pertinent?

Ce classement est à la discrétion du Président de la République.

En effet, la loi – contrairement à ce qui se passe en cas d’état de défense et d’état de siège où la Constitution établit qu’avant de décréter de telles mesures, le Président doit écouter le Conseil de la République – établit que le Conseil se réunira sur ordre du Président de la République.

Autrement dit, en dehors des cas d’état de défense et d’état de siège, dans lesquels le président de la République est obligé d’écouter le Conseil de la République, la réunion d’audition du Conseil de la République pour délibérer sur l’intervention et les questions relatives à la stabilité des institutions, les processus démocratiques ne se produisent que si le président de la République est convoqué.

La Constitution fédérale dispose également que le Président de la République, lorsqu’il convoque la réunion du Conseil, peut convoquer le ministre d’État afin qu’il participe lorsque la question à délibérer concerne le portefeuille.

Enfin, il est important de souligner que puisqu’il s’agit d’un Conseil consultatif, les délibérations du Conseil de la République n’ont pas d’effet contraignant, c’est-à-dire ils n’imposent pas l’action du président de la République, qui a le pouvoir de suivre ou non les recommandations du Conseil de la République.

Contexte historique

Bien qu’il dispose d’une disposition constitutionnelle depuis 1988, le Conseil de la République ne s’est réuni qu’une seule fois.

L’affaire s’est produite au début de 2018, lorsque le intervention fédérale dans la sécurité de Rio de Janeiro.

À l’époque, bien que le mandat du Conseil de la République ne soit pas une obligation légale, le Président Michel Temer il a choisi de convoquer une réunion du Conseil de la République et du Conseil de la défense nationale.

La majorité des membres du Conseil de la République a voté en faveur de l’intervention fédérale, qui avait déjà été décrétée par le Président de la République, et les chefs de l’opposition à la Chambre et au Sénat se sont abstenus de voter au motif que les arguments étaient insuffisants. présenté pour justifier la mesure, selon un rapport de Jovem Pan.

Avant cela, cependant, il y avait deux occasions où le Conseil de la République presque a été déclenché.

La première a eu lieu en 2005, lorsque le président du barreau brésilien a officiellement demandé le Président Luís Inácio Lula da Silva de convoquer le Conseil de la République pour les aider à faire face à la crise politique dans le pays due au scandale de l’allocation mensuelle.

Le second s’est produit en 2010, lorsque le Roberto Gurgel, alors procureur général de la République, a demandé à la Cour suprême fédérale de décider que le président de la République décrétait une intervention fédérale dans le district fédéral.

Et savez-vous à quel point le STF est important pour notre démocratie? Regardez-le dans la vidéo

À l’époque, un scandale de corruption a éclaté dans le district fédéral qui a abouti à l’arrestation du gouverneur José Roberto Arruda. Un tel épisode a provoqué une déstabilisation politique dans le District fédéral qui a été gouverné par 5 gouverneurs différents en 12 mois.

Avez-vous aimé le contenu? Laissez votre avis dans les commentaires!

LES RÉFÉRENCES

BRÉSIL, Constitution fédérale de 1988

BRÉSIL, Loi nº. 8 041/90

POLITIZE!, État de défense, état de siège ou intervention fédérale?

YOUNG PAN, les conseils approuvent l’intervention fédérale dans la sécurité de la justice réparatrice

OAB MATO GROSSO DO SUL, Busato suggère une action du Conseil de la République pour contourner la crise

COUR SUPREME FÉDÉRALE, STF reçoit une demande d’intervention fédérale dans le District fédéral et le président demande des informations sur l’affaire

Vous pourriez également aimer...